CONSEIL DEPARTEMENTAL DE MAINE ET LOIRE

Note de Dominique Monnier

Un article du Courrier de l'Ouest de ce matin a ridiculisé la minorité de gauche du Conseil Départemental qui cherche par tous les moyens à s'opposer à la majorité
Mais il ne faut pas le faire systématiquement au risque de devenir risible
Je m'étonne de l'opposition sur ce sujet de Jean Luc Rotureau qui est souvent intervenu avec modération lorsqu'il était chef de groupe de la minorité
Mais s'engouffrer dans un dossier pour supprimer la retraite de ses anciens collègues qui ont cotisé volontairement et demander la suppression d'une somme à laquelle ils ont droit m'étonne de sa part
Nul doute que l'ancien maire d'Angers, Jean Monnier et Monsieur Dupuis, ancien président du tourisme régional, ont apprécié que leurs amis de gauche aient voté pour leur retirer leur dû
En effet en partant de ce principe il faudra supprimer à tous les Français bien entendu leur retraite même s'ils ont versé leurs cotisations
Peut être alors que toutes les personnes à partir de 60 ans (devenant économiquement non solvables )pourront demander le RSA au moment où cette même minorité fait des propositions pour en diminuer le nombre
Rien ne peut plus nous étonner de la part des amis de Monsieur Hollande

Dominique Monnier

Article du Courrier de l'Ouest

Jean-Luc Rotureau manque sa cible
L’élu angevin espérait ébranler la majorité départementale en dénonçant, mardi, une aide de 80 000 € à d’anciens conseillers généraux.

Raté.

Mardi, au Conseil départemental, Jean-Luc Rotureau trépignait d’impatience à l’idée de semer la zizanie dans les rangs de la majorité de centre-droit.
L’élu de la minorité de gauche croyait avoir soulevé un lièvre en pointant une aide du Département de 80 000 € à l’association des anciens conseillers généraux.
« Cette aide bénéficie à 11 ex-conseillers généraux et permet de financer des pensions de réversion », a détaillé l’élu.
Parmi eux figurent notamment des anciens élus de droite comme l’ex-ministre de l’Économie Edmond Alphandéry ou l’ex-président du conseil général André Lardeux, mais aussi de gauche comme l’ex-maire d’Angers Jean Monnier ou l’ex-maire de Noyant-la-Gravoyère Daniel Dupuis.
Selon la présidente de l’association incriminée, Myriam Dubois-Besson, également conseillère départementale de la majorité, les sommes seraient relativement modestes, « environ 500 € par mois ». «
Dans un contexte compliqué de méfiance de nos concitoyens, ces pratiques choquantes n’ont plus lieu d’être, a dénoncé Jean-Luc Rotureau qui a demandé qu’un vote à scrutin public soit organisé ou que la délibération soit retirée.
« Monsieur Rotureau veut jouer les chevaliers blancs.
On va voir », s’est amusé le président Christian Gillet qui, visiblement, s’était préparé à une telle attaque.

« La loi nous impose de verser cette aide »

« Avant 1992, les conseillers généraux pouvaient cotiser, sur la base du volontariat, à une association départementale pour leur retraite », a-t-il expliqué.
Et Myriam Dubois-Besson de préciser : « La loi nous impose donc de leur verser cette aide.
Nous n’avons pas le choix.
Au moins à hauteur de 67 000 €.
Les 13 000 € restant sont de notre ressort mais ils permettent de venir en aide à des veuves qui, pour certaines, en ont vraiment besoin ».
Patatras.
Le coup d’épée est parti dans l’eau.
« On peut s’opposer à la loi, a tenté, en désespoir de cause, Jean-Luc Rotureau.
Et puis ce débat permettra peut-être à ceux qui bénéficient de ce système et qui n’en ont pas besoin de dire qu’ils ne veulent plus de cette aide ».
« Les gens qui ont cotisé pour leur retraite y ont droit ou alors il faut aussi supprimer toutes les retraites des sénateurs, des députés… a tranché Christian Gillet.
Nous sommes respectueux de la loi de ce pays.
Et si nous ne la respections pas, les bénéficiaires pourraient intenter des procédures judiciaires contre le Département et seraient sûrs de gagner ».
À l’heure du vote public, la majorité s’est, sans surprise, prononcée à l’unanimité contre la proposition de Jean-Luc Rotureau.
Dans les rangs de la gauche, seule Fatimata Amy n’a pas suivi ses collègues.
« Je suis pour le respect de la loi », a-t-elle expliqué.
Affaire classée.

COMMUNE DE SAINT CYR EN BOURG

Conseil Municipal du 6 Janvier 2017

Le bilan de l’activité multisports
L’activité multisports reprendra du lundi 13 au vendredi 17 février, de 14 à 18 heures, au gymnase de Saint-Cyr-en-Bourg, avec une activité laser-game le mercredi.
Une proposition de créer cette animation avec les communes de Chacé et Brézé est à l'étude

Charges transférées.
Sylvie Batys est désignée pour représenter la commune à l'agglomération de Saumur à la Commission locale d’évaluation des charges transférées (CLECT).

Groupe-assurance.
Le conseil décide à l’unanimité de rattacher la collectivité à la consultation lancée par le centre de gestion pour la couverture des risques statutaires des agents permanents, à compter du 1er janvier 2018.

Travaux.
Information des élus sur les travaux en cours :
L’étanchéité de la toiture de la salle des sports est terminée.
Les travaux d’assainissement de la rue Foucauld, entrepris par l’entreprise Justeau, ont débuté du côté du cimetière ».

Affaires scolaires.
Evocation du compte de la réunion du personnel du Syndicat intercommunal à vocations scolaires (SIVOS) qui a eu lieu vendredi 3 février dernier.ùùù Le fonds de soutien sera reversé au SIVOS.
Le montant est de 1 100 € ».

COMMUNE DE MONTREUIL BELLAY

Des jeunes financent leur projet ski avec un loto

Afin de financer leur projet ski, neuf jeunes de l’accueil de loisirs de Montreuil-Bellay ont organisé un loto, vendredi dernier à la Closerie,
Ils étaient soutenus par le Centre social et culturel Roland-Charrier et la mairie.
Cent cinquante personnes y ont participé.
« Les jeunes vont donc pouvoir partir la deuxième semaine de février, après avoir passé plus d’un an à autofinancer leur projet » souligne Benoît Bonnin, directeur de l’accueil de loisirs jeunes.

Portes ouvertes de la Rousselière

Beaucoup de monde aux oportes ouvertes de l'établissement samedi dernier
57 familles se sont déplacées pour écouter et comprendre le système de formation par alternances dispensées par l’établissement.
Les visiteurs ont pu découvrir un établissement fortement équipé au niveau des ateliers de la mécanique et ont été agréablement surpris du cadre proposé aux jeunes : internat équipé de chambres avec douches et WC, terrain de sport, piscine, terrain de cross, salle de musculation et dojo pour réaliser les activités sportives et améliorer les animations lors des veillées des internes.