LU SUR SAUMUR KIOSQUE (Extrait de l'édito)

Du chiffre pour le tourisme

Le tourisme dans le département, ce n'est pas rien. 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires direct et indirect. Plus de 2,3 millions de touristes chaque année et 16 300 emplois directs et indirects. A Angers, ce business n'a pas la même configuration qu'en Saumurois. Les nuitées se concentrent en semaine sur le tourisme d'affaires. Alors, c'est naturellement que Christophe Béchu a eu l'idée de fusionner Angers Loire Tourisme et Angers Expo Congrès dans "ALTEC" Angers Loire Tourisme Expo Congrès. Pourquoi pas... Sauf, que Christophe Béchu n'a pas voulu s'arrêter là. Il a imaginé absorber aussi le Comité départemental avec. Non ! ont répondu les élus du Conseil Départemental. Le président du Conseil Départemental a justifié dans Ouest France : "La fusion est impossible, Béchu représente les intérêts de l'Agglo et moi de tous les territoires. Il ne peut pas y avoir d'hégémonie angevine". Bah oui quand même...

Partie remise ?

J'ai adoré la conclusion de l'article d'Angers Mag sur le sujet où le journaliste aborde le sujet.Il s’agit d’une porte grande ouverte à une (grosse) petite idée que le président de l’agglo a derrière la tête. Car ce qu’il ambitionnait au début de son mandat, en accord avec son successeur à la tête du Département, Christian Gillet, c’est une fusion d’Angers Loire Tourisme et du Comité départemental du Tourisme. « Je me suis ensuite retrouvé seul à partager cette vision convergente », ironise-t-il, évoquant « la crispation » récente avec le Conseil départemental sur le sujet. Il n’empêche, l’idée n’est pas abandonnée. Et la nomination récente de Denis Griffon - par ailleurs patron de Terra Botanica - à la direction de l’Agence départementale du Tourisme (ancien CDT) est « un bon signal ».

Mais au fait, cela sert à quoi un Comité départemental du Tourisme ? A regrouper celui de Saumur, d'Angers et de Cholet ? Oui mais pourquoi ?

Michel Choupauvert

REPONSE DE DOMINIQUE MONNIER

Je viens de lire l'édito de Saumur Kiosque au sujet du regroupement énoncé entre l'office de tourisme d'Angers et Anjou Tourisme (ancien comité départemental du Tourisme).
Que le département s'y oppose, cela me semble normal!
La question n'aurait même pas du se poser ou alors les élus n'ont pas compris le rôle de chacun des organismes.
Je sais par expérience que souvent le tourisme pour lequel chacun s'attribue les faveurs dans la réussite est le premier à voir son budget réduit en cas de crise.
Et pourtant tout le monde se vante d'une France, premier pays touristique du monde, dont l'économie est plus importante que celle de l'agriculture.
Regrouper l'office de tourisme d'Angers, le centre des congrès et le parc des expositions me paraît tout à fait normal.
La finalité est la même, « le développement du tourisme d'Angers et sa Région ».
Mais fusionner Anjou tourisme qui a une vocation départementale avec la collectivité angevine serait une grave erreur.
Le président du département et mon successeur ont raison de refuser.
Je vois d'ici l'ire des présidents des Mauges, du Choletais, du Saumurois, Segréen ou Baugeois qui se démènent pour leur région et qui ne pourraient accepter une main mise angevine sur le comité départemental.
La loi « Notre » a délégué la compétence tourisme au Conseil Départemental partagée avec la Région mais l'économie financière n'autorise pas tout.
Lors de mon mandat de Président d'Anjou Tourisme, j'ai toujours voulu réunir les organisations touristiques pour une meilleure efficacité dans le respect d'une vocation départementale.
Ainsi j'ai fait entrer comme membre permanent les offices de 1ère catégorie .
Celui d'Angers à condition que ceux de Saumur et Cholet soient également représentés dans les mêmes conditions.
La porte est restée ouverte pour tout autre office important de territoire de même catégorie susceptible de se créer.
Le président du département m'avait donné son accord à l'époque.
J'ai ensuite négocié la fusion entre le CDT et la Fédération départementale des offices de tourisme.
L'assemblée générale a également accepté comme membre permanent les commissions « Tourisme » des Chambres de Commerce et de l'Agriculture de façon à travailler ensemble sur la formation et éviter des doublons dans nos organisations respectives.
L'hôtellerie de plein air par son syndicat départemental  est devenue associée car le tourisme vit principalement de la vitalité des entreprises privées. Le comité s'est dynamisé parce que le schéma touristique décidé par le département a été réalisé non pas par une agence( souvent spécialiste des copiés collés) mais par l'ensemble des prestataires du département (publics et privés).

Il reste une question, à quoi sert Anjou tourisme ?

A développer une promotion au minimum départementale.
C'est pourquoi en fin de mandat, j'avais soumis l'idée, pour une meilleure efficacité, de réunir tous les offices, sites et prestataires de tourisme, pour créer un pot financier commun qui permettrait au comité de gérer une promotion beaucoup plus importante et économique de la notoriété de l'Anjou.
Cela n'a rien à voir avec un regroupement des structures qui restent indépendantes
D'autre part Anjou Tourisme cherche avec succès à animer et développer .
Nous avons réussi à rénover les campings avec plus de 10 millions d'euros d'investissements privés sans que le département ne débourse un centime de subvention.
La vitalité et l'efficacité ne passent pas obligatoirement par une fusion.
Anjou Tourisme est un outil du Conseil Départemental au service de l'Anjou.
Il a toujours souhaité travailler avec l'ensemble des acteurs du tourisme du Maine et Loire dans un souci d'efficacité et dans le respect de l'indépendance de chacun.
Le pluralisme est une richesse pour faire émerger de nouvelles actions.
Il me semble important de conserver une vision départementale afin de conserver un équilibre entre les territoires qui le compose.
Il en est le garant et au service de tous sans exclusive, sans parti pris et avec un seul but développer et faire connaître toutes les richesses de notre Anjou.
Cela a toujours été la motivation du Conseil Général et aujourd'hui du Conseil Départemental de Maine et Loire, attaché depuis toujours à respecter l'équilibre entre l'Urbain et le Rural
C'est pourquoi je soutiens la position de cette collectivité.

Dominique Monnier
Ancien président d'Anjou Tourisme