BREZE

Ecole Saint Vincent



SAINT MACAIRE DU BOIS

Agroforesterie



LE CENTRE DU VAL DU THOUET (MONTREUIL BELLAY, VAUDELNAY ET LE PUY NOTRE DAME)



La Sainte Barbe a réuni l'ensemble des sapeurs pompiers du Val du Thouet

Les sapeurs pompiers bénévoles des trois centres aujourd'hui fusionnés fêtaient pour la première fois une Sainte Barbe officielle sur Le Puy Notre Dame
Tout le matériel y compris la grande échelle était de sortie et de nombreuses personnalités étaient présentes
Il faut dire qu'il y avait , si l'on peut dire, du beau monde, jugez vous même
L'intendant général des pompiers du Maine et Loire
Pas moins de quatre conseillers départementaux dont le président du service départemental d'incendie et de secours, Jocelyne Martin et Bruno Cheptou, conseillers du canton de Doué la Fontaine, Patrice Brault, président, assisté de Isabel Volant, du bureau du SDISS, tous les deux conseillers départementaux de Cholet
Les maires du Puy Notre Dame, Vaudelnay, Montreuil Bellay et Brossay
Les représentants de la gendarmerie et une population nombreuse



Dépôt de gerbes de gauche à droite: Jean Marcel Supiot, Marc Bonnin, Patrice Mouchard, maires du Puy Notre Dame, Vaudelnay, Montreuil Bellay, l'intendant général et Patrice Brault, président du SDISS du Maine et Loire

Les autorités ont ensuite passé en revue l'ensemble des sapeurs et déposé plusieurs gerbes auprès de la nouvelle stèle inaugurée pour l'occasion en souvenir des pompiers disparus des deux communes
Puis de nombreuses décorations ont été remises en fonction du nombre d'années de service et plusieurs nominations de grades
A noter la promotion au grade supérieur d'adjudant chef aux deux adjoints des corps du Puy/Vaudelnay et Montreuil Bellay, Benoît Maingret et Franck Gourdien



La remise de grade au nouvel adjudant chef, Benoît Maingret

La cérémonie officielle terminée l'extension des locaux a été inaugurée et suivie par une visite où toute la population a pu se rendre compte de la qualité des locaux
Un nouveau bureau pour le chef de corps, deux salles pour se changer avant les opérations, devenues indispensables en raison de la mixité de plus en plus importante chez les sapeurs
Le lieutenant Maillet a été la maître d'œuvre de cette visite



Coupage du ruban, de gauche à droite
Isabelle Volant, conseillère départementale, l'intendant général du SDISS, Bruno Cheptou, conseiller départemental, Marc Bonnin, Patrice Mouchard, maires de Montreuil Bellay et du Puy Notre Dame, Patrice Brault, conseiller départemental et président du SDISS, Jean Marcel Supiot, maire du Vaudelnay, Jocelyne Martin, conseillère départementale et légèrement caché, le capitaine Potier

Nous avons alors accédé à la grande salle libérée des véhicules pour l'occasion pour écouter les discours nombreux des autorités présentes
Se sont alors succéder à la tribune la capitaine Potier qui a fait le bilan de l'année écoulée, présenté les adhérents de l'année et fait appel aux bénévoles, Monsieur le Maire du Puy Notre Dame, qui a repris rapidement l'historique de la caserne, l'intendant général qui a assorti son mot de faits réels et vécus mettant à l'honneur le pompier bénévole, et enfin le président du SDISS qui a présenté quelques chiffres du budget et des opérations
Nous avons ainsi appris qu'il y avait eu un peu plus de 40000 interventions dans l'année 2017 et en moyenne 500 appels jour au SDISS donnant lieu à une centaine de départs journaliers
On peut se féliciter de la réussite de ce regroupement imposé par la conjecture économique mais il ne faudra pas oublier l'effort et l'acceptation faite par la commune du Vaudelnay d'abandonner sa caserne de son territoire
C'est une décision louable et courageuse de la part de cette municipalité et de son maire qui voient avec un peu de nostalgie partir sur un autre lieu son corps de sapeurs et une partie historique de son histoire récente
Même si cette décision aurait sans doute été imposée par les circonstances, il m'apparaît important de le signaler et de les remercier



Les nouveaux jeunes sapeurs de l'année ont été présentés à la population

EAU ET ASSAINISSEMENT

A la suite de l'article du courrier de l'ouest concernant l'eau et l'assainissement que je vous joins en suite, Monsieur le Maire du Vaudelnay m'a indiqué que sans l'agglomération les investissements importants faits dans les communes ne pourraient pas être faits si les communes n'étaient pas groupées
Il a parfaitement raison et je suis d'accord avec lui
Mes observations que vous pourrez relire en suite ne concernaient que la gestion des contrats et non l'investissement
La gestion doit être surveillée de plus près lorsque la collectivité est importante
C'est le sens de la note que j'ai émise

Note de Dominique Monnier

Je reviens sur cet article qui me laisse perplexe
En effet le président de l'agglomération et le vice président en charge du dossier, se réjouissent de ne pas faire partie d'un syndicat départemental ce qui permettrait de garder une meilleure coordination sur les travaux et de rester autonomes sur nos territoires
Je suis d'accord avec eux mais le grand saumurois n'est il déjà pas trop grand pour avoir une vue générale de gestion approfondie
Leur argument est sans doute valable à la condition expresse que les élus soient les patrons et surveillent de près ces dossiers sans laisser la main libre aux délégataires que sont les entreprises SAUR, VEOLIA, etc
Les administratifs de l'agglomération se doivent d'avoir des consignes très précises pour vérifier impérativement les engagements pris et signés
Malheureusement il est bien connu que plus la collectivité est grosse, plus il est difficile de gérer avec économie
Pour ce faire je vous donne l'exemple de l'expérience que nous avons vécue lorsque dans les années 90/2000, le Puy Notre Dame et Le Vaudelnay étaient en syndicat mixte pour l'eau et l'assainissement
Nous étions en délégation avec une entreprise bien connue dans la région qui avait la charge de l'entretien
Chaque année les réseaux devaient être inspectés mais malheureusement il a fallu faire constater par huissier que les bouches d'égouts étaient bloquées par le bitume et que les vérifications n'étaient pas faites régulièrement
Nous avions à l'époque procédé et gagné en faisant respecter notre contrat
A deux communes le travail d'entretien était facile à vérifier en raison de la proximité et de l'attention des élus
A la fin du contrat nous avons pris une entreprise locale qui a parfaitement rempli son rôle
Est arrivée ensuite la création de l'agglomération et la reprise de la compétence eau et assainissement
Nouvel appel d'offre pour les réseaux et nouveau contrat au profit de l'ancienne firme nationale revenue, si l'on peut dire par la fenêtre
Que croyez vous qu'il advint?
La même chose qu'à l'origine et il nous a été impossible de suivre le travail de vérification réalisé
J'ai alors averti le président de l'agglomération en lui demandant d'imposer au délégataire de prévenir de leur passage en mairie de façon à ce que nous puissions être surs du travail régulier de la compagnie
C'était facile à faire mais je n'ai jamais obtenu satisfaction, confirmant ainsi le laxisme du délégataire
C'est pourquoi aujourd'hui je peux émettre un doute sur l'efficacité de ces regroupements, sauf si les élus ont la possibilité de vérifier sérieusement la réalité des engagements signés par contrat