Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dominique MONNIER

30 Juin 2017

Par Dominique Monnier, vendredi 30 juin 2017 à 06:05 :: Informations cantonales

SAUMUR

La démission de Jean Michel Marchand, maire démissionnaire, a été refusée par la Préfète
Jackie Goulet, successeur désigné, devra attendre son élection au conseil municipal du 29 septembre 2017

SENAT

Les élections auront lieu le 24 septembre 2017
Les 4 sénateurs du département seront élus par 1870 grands électeurs ( députés, conseiller régionaux ou départementaux, maires ou conseillers municipaux)
Il semblerait sous réserve que Christian Gillet, président du Conseil Départemental, ait renoncé
Jean Pierre Chevassieux, maire de Maulévrier, serait sur les rangs

29 Juin 2017

Par Dominique Monnier, mercredi 28 juin 2017 à 20:53 :: Informations cantonales

LE THOUET

La préfète de Maine-et-Loire a décidé des mesures de protection de la ressource en eau sur tout le département.
Pour autant, le réseau d’alimentation en eau potable n’est pas affecté.
« La situation hydrologique du Maine-et-Loire est délicate. » tient à signaler Béatrice Abollivier.
Ainsi, le comité de l’eau présidé par la préfète prend les mesures suivantes :
Pour les eaux souterraines :
Classement en « alerte renforcée » : l’Oudon. Soit, il est interdit de prélever dans ce bassin-versant sauf pour des « usages vitaux et prioritaires. »
Classement en « alerte » : Romme-Brionneau, Layon. Tout prélèvement est interdit de 10h à 20j sauf pour des « usages vitaux et prioritaires » dans les bassins-versants concernés.

Classement en « vigilance » : Aubance-Thouet-Ouere, Authion Moyen, Erdre, Mayenne.
Ce classement fait « appel à la vigilance » de tout le monde sur l’utilisation de la ressource en eau dans les bassins-versants concernés.

Pour le prélèvement en eaux superficielles :
Classement en « alerte renforcée » : Hyrome, Aubance, Divatte, Couasnon, Dive, Layon, Brionneau, Erdre, Thau. Tous les prélèvements sont interdits sauf pour des « usages vitaux er prioritaires. » Classement en « alerte » : Oudon, Argenton, Mayenne, Evre, Thouet, Moine. Autrement dit, il est interdit de prélever de l’eau de 10h à 20h sauf pour des « usages vitaux et prioritaires. » Classement en « vigilance » : Lathan, Romme. Ce qui a pour conséquence « l’autolimitation des prélèvements et usages de l’eau. »
En suivant les orientations du SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion de l’Eau) Loire-Bretagne et au regard des débits mesurés dans les bassins versants du département, la préfète décide que le remplissage de tous les plans d’eau est interdit dans tout le département.

Note de Dominique Monnier

Je suis toujours avec passion le Thouet et l'opération "Arasage des barrages" sur laquelle j'ai toujours été réservé, pour ne pas dire contre
Il n'y a rien de mieux que les photos pour comprendre l'utilité de l'opération
Vous pourrez comparer la situation de la rivière à Vieux Moulin sur la Commune du Vaudelnay au 15 juin 2017 et au 28 juin 2017 soit 13 jours après.



La vue au 15 juin 2017



Au même endroit au 28 juin 2017 soit 13 jours après

Après avoir ouvert les barrages pour que les poissons remontent mieux le cours d'eau, on comprend mieux pourquoi Madame la Préfète de Maine et Loire interdit les prélèvements d'eau des agriculteurs!!!!!
Mais pour prélever quoi?
Les mesures de protection sont elles vraiment utiles!!!!
Les spécialistes et consultants qui ont milité pour abattre les retenues d'eau devraient venir aujourd'hui nous expliquer la continuité écologique!!!!!!
Avec des exemples concrets telles que les photos, cela mériterait le déplacement sur le terrain en réunion publique pour expliquer l'opération auprès de la population
Une grosse déception supplémentaire la situation des barrages ouverts tels des blokauss qui gâchent l'esthétique du paysage
Prochain rendez vous dans quelques semaines pour voir l'évolution
À la prochaine photo, on pourra traverser à pied
(à suivre)

SAUMUR AGGLO

Lu sur Saumur Kiosque
%% Les 8 piscines de l'agglo sont prêtes pour l'été et préparent l'avenir
Depuis le 1er janvier dernier, la nouvelle Communauté d'agglomération Saumur Val de Loire est dotée de compétences élargies en matière d'équipements sportifs.
Parmi eux, on compte à présent huit piscines communautaires qui sont désormais prêtes à accueillir du public.

La piscine de Gennes aura elle aussi son lot de changements
L'agglomération est en effet responsable et gestionnaire des cinq piscines en extérieur, situées sur les communes de Brain-sur-Allonnes, Montreuil-Bellay, Gennes-Val de Loire, les Rosiers-sur-Loire et Longué-Jumelles.
De plus, s'ajoutent 3 piscines couvertes : Val de Thouet et Offard à Saumur et le Centre aquatique de Doué-en-Anjou.
Pour cette piscine, le contrat de Délégation de Service Public (DSP) arrive à son terme le 30 juin prochain et sa gestion sera reprise en « régie directe » au 1er juillet prochain par l'agglomération.

Amélioration du service à l'usager

Depuis le 1er janvier dernier, les élus de la Communauté d'Agglomération ont donc souhaité travailler autour de plusieurs points, notamment l'amélioration du service à l'usager.
La priorité depuis le mois de janvier ayant été l'ouverture des piscines découvertes pour la saison estivale.
Pour faciliter cette mise en place, le travail en partenariat avec les différentes communes, notamment grâce à la mutualisation des actions sur l'aspect technique, permet actuellement d'atteindre l'objectif souhaité.

Améliorer les services à l'usager

Pour assurer l'accueil des usagers dans des conditions optimales de sécurité, un protocole d'harmonisation des pratiques en lien avec l'hygiène et la sécurité a été mis en place sur l'ensemble des équipements. L'ensemble des Plans d'Organisation de Surveillance et de Secours (POSS) et tous les règlements intérieurs des établissements aquatiques ont été revus. Des travaux de sécurisation et de mise en conformité ont été réalisés dans certaines piscines afin de préparer l'accueil du public. Par exemple, les fonds du bassin ludique et de la pataugeoire de la piscine des Rosiers-sur-Loire ont été rénovés avec un nouveau « liner », le toboggan a été sécurisé ainsi qu'une partie des plages. Les plongeoirs des piscines des Rosiers-sur-Loire et de Gennes Val-de-Loire ont été supprimés pour des raisons de sécurité. De même que le chauffe-eau remplacé et les margelles sécurisées, pour la piscine des Rosiers-sur-Loire. Tandis que sur les autres piscines d'été, des travaux plus ponctuels ont été réalisés.

Nouveaux tarifs et horaires d'ouvertures

De conception quasiment similaire et avec une proposition de cours identique à chaque établissement, la Communauté d'agglomération Saumur Val de Loire a souhaité harmoniser les tarifs des 5 piscines extérieures. Ainsi, et c'est une nouveauté de cette année, une carte d'abonnement composée de dix entrées enfants et dix entrées adultes donne l'accès à toutes les piscines extérieures. Les jours de fermetures de certaines piscines ont été modifiés pour permettre aux usagers de disposer chaque jour d'une piscine extérieure ouverte sur le territoire de l'agglomération. Au centre aquatique de Doué en Anjou, la suppression de la différenciation géographique a été supprimée. Elle permet une simplification et une meilleure lisibilité. D'autant plus, certains tarifs ont été revus à la baisse, c'est désormais avec un tarif unique que les usagers pourront venir se baigner.

L'apprentissage de la natation, une seconde priorité

La seconde priorité est donnée sur l'apprentissage de la natation, toutes les piscines en proposeront des cours. Ces derniers sont organisés sur des cycles de 5 ou 10 séances. La séance sera proposée sur un temps de 45 minutes et est accessible à tous les enfants de plus de 6 ans au tarif de 6 euros. Afin de proposer à tous un accès au cours de natation, une tarification spécifique et équitable (réduction de 50%) est également applicable sur justificatif d'un quotient familial inférieur à 605. Pour proposer à tous les enfants des conditions d'apprentissages optimisées, l'ensemble du matériel pédagogique a été harmonisé entre les différents équipements avec une réflexion partagée sur l'évolution du projet pédagogique pour tendre progressivement vers les enseignements dispensés à la piscine du Val de Thouet. Si vous êtes plus grand et plus sportif, vous pourrez profiter de cours d'aquagym proposés dans chaque piscine, à l'exception du bassin de Gennes Val-de-Loire. On peut compter également sur une longue réflexion au niveau de l'accueil et de l'apprentissage scolaire. Les élus et les équipes travaillent dès maintenant à préparer la rentrée et ont entamé une réflexion pour déterminer le futur intérêt communautaire de la natation scolaire. L'objectif prioritaire sera d'accompagner les territoires carencés au plus vite, et si possible dès la rentrée 2018.

Fermetures techniques

La collectivité a choisi de différencier les périodes des fermetures techniques obligatoires pour vidanger les bassins des piscines de Doué en Anjou et Saumur Val-de-Thouet. Afin d'éviter la fermeture simultanée de ces 2 établissements, le centre aquatique de Doué-en-Anjou sera en maintenance entre le 1er et le 7 juillet et la piscine de Saumur Val-de-Thouet sera, quant à elle, fermée après l'été, à partir du 4 septembre. Il vous est rappelé que ces vidanges imposées par l'Agence Régionale de Santé permettent un nettoyage complet des bassins et un entretien approfondi, le tout, afin de vous garantir les meilleures conditions d'hygiène et de sécurité sanitaire.

CIZAY LA MADELEINE

Lu sur Saumur Kiosque

Du bois pour chauffer l’Abbaye de Fontevraud, à qui le tour ?
Le samedi 17 juin dernier a eu lieu une visite du pôle énergétique de l’Abbaye de Fontevraud, qui depuis 2012 se chauffe aux granulés de bois, ainsi que de la société LBG Environnement. L’occasion de dévoiler les dessous d’une chaufferie hors-normes, mais aussi tous les points positifs apportés par ce type de chauffage.

Le Pôle Énergétique de l'Abbaye Royale de Fontevraud

Le bois a toujours son mot à dire ! La société LBG Environnement, implantée à Cizay-la-Madeleine, organisait le samedi 17 juin 2017 une visite de l’Abbaye de Fontevraud et de son pôle énergétique.
250 personnes, élus, professionnels du chauffage et travaillant dans les bureaux d’études sont conviées à cette effigie.
LBG Environnement et l’Abbaye : une association payante
Depuis que la bâtisse du XIIe siècle se chauffe au bois, son empreinte carbone s’élève à 10,9 kg par mètre carré contre 18,5 auparavant. Le fait que LBG Environnement organise cette visite n’est pas anodin. La société se charge du chauffage de l’Abbaye depuis 2012 par le biais de sa branche Anjou Bois Energie qui collecte puis recycle le bois pour en faire du bois de chaufferie.

Une société polyvalente, écolo et qui marche !

Session Abbaye terminée, la visite se poursuit à Cizay-la-Madeleine dans la société LBG Environnement, spécialisée dans la valorisation des déchets verts. Ici, le maître mot est polyvalence. Pour Lucien Gerbier comme pour ses 42 salariés, le bois est une matière dérivable sous toutes ses formes. Des feuilles à la souche de l’arbre, tout est susceptible d’être efficace rien qu’en matière de chauffage. Et avec les machines achetées récemment, le rendement est impressionnant. Avec 60 000 tonnes de déchets verts recyclés et une production de 18 000 tonnes de granulés par an, sans oublier les plaquettes, bûchettes ou encore le paillage, LBG Environnement observe des recettes fertiles avoisinant les 10 millions d’euros.

Le bois, une matière à exploiter

Le bois, un produit qui se perd dans les domiciles du département. Pourtant il constitue un moyen facile de se chauffer en polluant moins. L’exemple de l’Abbaye de Fontevraud emmènera-t-il avec lui les familles Saumuroises vers une transition énergétique boisée ?

Note de Dominique Monnier
Un article sur les portes ouvertes est à lire sur ce blog à la date du 20 Juin 2017

28 Juin 2017

Par Dominique Monnier, mercredi 28 juin 2017 à 06:14 :: Informations cantonales

COMMUNE DU PUY NOTRE DAME

Compte rendu de la Commission Environnement / cadre de vie du 19 juin 2017

Retour sur la visite des jardins
4 jardins ont été visité : la commission tient à remercier Isabelle et François Aubel, Françoise Gourdon, Bill et Betty et Jacqueline Gounou.
Il est proposé de renouveler ces visites à une autre saison.
La date du samedi 16 septembre est arrêtée car elle coïncide avec les journées du patrimoine.
Le programme définitif des jardins à visiter sera arrêté ultérieurement.

Plantations de la rue Sainte 
Quelques plantes repoussent spontanément.
Il est proposé d’utiliser les graines distribuées par la mairie et de compléter avec des plantes apportées par les habitants.
Claudie Landelle suggère d’utiliser la liste des plantes relevée lors de la visite des jardins et celle donnée lors de la réunion par Mme Tilley.
Cette dernière est intéressante car certaines sont des plantes dites miraculeuses ou plantes de la Saint Jean (lien avec la collégiale, la sainte ceinture, le pèlerinage de Compostelle).
Il est proposé de faire un atelier plantation à l’issue de la visite de jardins.

Choix du visuel pour illustrer «  la ceinture fleurie »
L’agence de communication Epifolio a fait des propositions de visuel pour illustrer les interventions sur le cadre de vie rassemblées sous le nom « ceinture fleurie ».
Un visuel a été choisi :
Il figurera sur tous les documents, panneaux, communication ayant un lien avec la commission environnement/cadre de vie et ses actions.

Organisation d’un troc plantes
  La date du samedi 14 octobre est proposée pour organiser cette manifestation de 10h à 12h (échange de plantes et de graines).
Il faut communiquer tout de suite pour prévenir les habitants afin qu’ils aient le temps de prévoir des boutures ou de stocker des graines.
Proposition d’emprunter une exposition sur les bonnes pratiques en terme de jardinage auprès du CPIE.

Plantations sur la commune
Anthony Fouet, employé communal en charge des espaces verts, explique le travail réalisé dans les jardinières et la mise en place de plantes comestibles.
Les habitants peuvent se servir ; il a fait pousser des salades, des courgettes, des concombres, du persil, …

Suspensions
Les suspensions fleuries étant supprimées (consommation excessive d’eau, mal proportionné par rapport à la collégiale), il est proposé de les remplacer par des « enseignes » en fer forgé reprenant les plantes que l’on retrouve le plus sur la commune.
Projet à étudier en fonction du coût, de la mise en œuvre, etc

Agenda à venir :
Visite de jardins : samedi 16 septembre 2017 (horaire et programme à préciser)
Troc plantes : samedi 14 octobre de 10h à 12h

Plantes adaptées à la sécheresse
Achillée
Agastache
Rose trémière
Ail
Gazon d'Espagne
Armoise
Aster
Bourrache
Souci
Bleuet
Valériane rouge
Pied d'Alouette
Cosmos
Montbrétia
Delosperma
Œillet de pentecôte
Echinacée/Rudbeckia
Boule azurée
Vergerette
Panicaut
Giroflée
Euphorbe
Pavot Californien
Gaillarde
Pavot Californien
Gaillarde
Gaura
Géranium vivace
Hysope
Pois vivace
Lavande
Linaire
L'Alysson maritime
Grande mauve
Myosotis
Calament/Menthe des chats
Nigelle de Damas
Oenothère
Marjolaine/Origan
Pavot
Galane
Sauge de Sibérie
Phlomis
Romarin
Rudbeckie
Sauge arbustive
Sedum
Coquelourde des jardins
Oreille d'ours
Tagète/Œillet des Indes
Thym/Serpolet
Capucine
Verveine de Buenos Aires

DEPARTEMENT

Lu sur Saumur kiosque

100% fibre en Maine-et-Loire : L'opérateur sera désigné fin 2017

Le Syndicat Mixte Ouvert Anjou Numérique a diffusé le premier numéro de sa newsletter trimestrielle, intitulée « # 100 % Fibre ». Dans celui-ci, le SMO confirme que 2018 est « l’année qui marquera le début des travaux, et notamment la commercialisation des premières prises à la fibre optique », mais que « 7 ans devraient être nécessaires à la couverture totale du territoire » (relire notre article). Anjou Numérique a toutefois délivré une bonne nouvelle : l'opérateur sera désigné à la fin de l’année 2017...
Dans le cadre du projet « 100 % FttH » lancé par le SMO Anjou Numérique, 220 000 prises seront installées sur le département de Maine-et-Loire, au terme de ce déploiement, ce qui correspond à pas moins de 13 000 kilomètres de fibre optique.

Particuliers ou entreprises : 400 euros d'aide

400 euros, c’est le montant de l’aide allouée par le Syndicat Mixte Ouvert Anjou Numérique aux usagers (particuliers ou entreprises) qui souhaitent monter en débit en attendant l’installation de la fibre optique. « Des solutions alternatives, soumises à éligibilité, existent : le satellite, le Wimax ou la 4G fixe », précise Anjou Numérique. Puisqu'en effet, le 100 % fibre, ce n'est pas pour tout de suite : il faudra attendre 2025.

365 millions d'investissements sur une période de 7 ans

Le début des travaux, et notamment la commercialisation des premières prises à la fibre optique, est attendu pour 2018. À partir de là, « 7 ans devraient être nécessaires à la couverture totale du territoire », annonce le SMO. Pour rappel, le déploiement du Très Haut Débit sur l'ensemble du département Ligérien représente un investissement de 365 millions d'euros sur 7 ans, cofinancés par le Département (28 millions d'euros), les Communautés de Communes et d’Agglomération (83 millions d'euros), la Région (23 millions d'euros), l’État (99 millions d'euros), ainsi que l’Europe (3,5 millions d'euros). Si l'échéance semble encore loin, Anjou Numérique se félicite d'avoir déjà franchi « une étape essentielle », dans le cadre de son projet « 100 % FttH » sur la totalité du territoire rural départemental... Au début de ce mois de juin 2017, la Commission de Délégation de Service Public (CDSP), composée de Philippe Chalopin, Marc Schmitter, Jean-Louis Roux, Dominique Ozange, Philippe Courpat et Éric Mignot, s’est effectivement réunie afin d’examiner les offres émanant du lancement de la Délégation de Service Public (DSP), qui a eu lieu au mois de mars dernier.

L'opérateur lauréat sera désigné à la fin de l'année 2017

En clair, les élus du SMO (Syndicat Mixte Ouvert) ont réceptionné les dossiers de candidature des futurs délégataires ayant répondu à l’appel d’offres pour le déploiement de la fibre optique en Maine-et-Loire (hors zone AMII, Appel à Manifestation d'Intention d'Investissement). Comme l'explique le SMO, « plusieurs opérateurs se sont portés candidats, répondant à un cahier des charges dense et précis (ndlr : relire notre article) ». Une nouvelle étape a été franchie le lundi 19 juin dernier... La CDSP (photo des membres ci-contre, lors de l’ouverture des offres le jeudi 8 juin dernier) s’est penchée cette fois sur l’analyse des offres. Prochaine étape, désormais, la négociation qui aboutira à la désignation du lauréat, à la fin de l'année 2017. Le SMO Anjou Numérique demande donc de la « patience ».
« Vers un projet « 100 % FttH » pour tous »... Le mot du président d'Anjou Numérique

Philippe Chalopin : « Le compte à rebours est lancé. Nous venons de passer un cap. Une étape primordiale pour mener à bien nos ambitions numériques pour le Maine-et-Loire. Suite au lancement de l’appel d’offres pour la délégation de service public en mars dernier, plusieurs entreprises se sont portées candidates. L’ouverture des offres nous a permis de mesurer l’appétit des prétendants pour le projet de notre territoire. Les perspectives sont désormais très claires, le délégataire sera désigné cet hiver, après une période automnale consacrée à la négociation avec chaque candidat. Un choix qui, grâce au « 100 % FttH » pour tous (particuliers, entreprises, collectivités), favorisera l’implantation de nouvelles entreprises en Maine-et-Loire, renforcera l’attractivité du territoire et désenclavera les zones rurales. Je tiens donc à saluer l’engagement de nos partenaires – le Département (28 millions d'euros), les Communautés de Communes et d’Agglomération (83 millions d'euros), la Région (23 millions d'euros), l’État (99 millions d'euros), ainsi que l’Europe (3,5 millions d'euros) – sans qui rien n’aurait été possible ».

Nota Bene : Le SMO Anjou Numérique a lancé son site internet, à la mi-mai 2017.
Rendez-vous sur www.anjou-numerique.fr. Et pour tous renseignements, envoyez un mail à contact@anjou-numerique.fr.

27 Juin 2017

Par Dominique Monnier, dimanche 25 juin 2017 à 20:25 :: Informations cantonales

GRAND SAUMUR

Le réseau d’Agglobus s’agrandit avec la nouvelle agglo saumuroise.
Dès le 1er septembre, le nombre de scolaires transportés passera de 2500 à 5000.
La tarification suit la hausse du coût de la vie.
Sur les 5 000 jeunes concernés, ils sont déjà 1 700 inscrits auprès d’Agglobus qui recommande aux parents de passer par le site de Saumur Agglobus.
Saumur Loire développement à ses débuts avait déjà la compétence transports.
Agrandissant son territoire, Saumur Val de Loire exerce cette compétence en exclusivité sur son périmètre avec obligation de servir les scolaires au 1er septembre prochain.
Des négociations ont été conduites et se poursuivent avec les services du Département (qui avait la compétence avant) et de la Région (qui la récupère sur le reste du territoire, hors-Agglo).
Elles ont porté sur la tarification qui est le sujet de préoccupation des parents.
Deux axes ont été retenus dans un souci de clarification : d’abord l’harmonisation des tarifs sur l’ensemble du territoire, puis la continuité du service entre l’Agglo et les autres acteurs.
Guy Bertin, vice-président en charge de ces questions à l’Agglo, explique : « Dans le périmètre de l’Agglo, toute personne transportée est liée à la SPL Agglobus en exclusivité.
Il reste des conventions avec la Région pour tous les transports qui se font entre les EPCI, de Noyant pour venir à Saumur par exemple ou de Beaufort à Saumur, de Saumur à Cholet.
La Région continue alors d’être pilote et organisatrice des transports. »
Pour la rentrée scolaire, « tout est prêt aujourd’hui pour accompagner tous les enfants vers les établissements scolaires en lien avec leur secteur » poursuit Guy Bertin qui veut ainsi rassurer les parents.
La SPL est donc prête à prendre en compte les demandes et les abonnements dès à présent. L’Agglo était habituée à transporter 2 500 enfants jusqu’alors. Ils seront plus de 5 000 en septembre. « On passe du simple au double ! »
Tous les chefs d’établissements sur les trois intercommunalités qui ont rejoint l’Agglo (Gennois, Longuéen, Douessin) ont été rencontrés pour leur expliquer la démarche et l’organisation.
L’Agglo a choisi pour chacune des prestations le tarif le plus avantageux dans le territoire.
« Au bilan, tout le monde va gagner dans cette uniformisation de services qui va être importante » assure Guy Bertin.
La fusion des intercommunalités permet d’optimiser les ressources dans l’intérêt des usagers qui ne supporteront que la hausse du coût de la vie (soit +2,5 %).
Plus de proximité avec les territoires permet aussi de mieux adapter des circuits ou d’en créer, comme dans le cas du réseau de la commune nouvelle de Tuffalun qui réclamait un service spécifique pour les enfants de Louerre et d’Ambillou.
Autre progrès, la tarification tout public qui était zonale avec Anjoubus quand chaque zone franchie coûtait 2 € à l’usager. Un tarif unique à 1,40 € est retenu, ce qui fait passer le trajet Saumur - Saint-Georges-sur-Layon par exemple de 4 € à 1,40 €.
Pour les abonnements mensuels et annuels, les tarifs sont également lissés à la baisse sur ceux d’Agglobus : 275 € en tarif unique quels que soient les trajets effectués au sein de l’Agglo au lieu de 612 € auparavant quand il fallait franchir deux « frontières ».

Autres dossiers

Zone de la Ronde : la convention publique d’aménagement entre Saumur Val de Loire (SVL) et Atler Cités (ex-Sodemel) a été prolongée de 10 ans, c’est-à-dire jusqu’en 2028. L’objectif consiste à continuer des travaux d’aménagement qui concernent des parcelles ou encore la sécurisation des flux routiers.

Assemblée des élus : c’est une nouveauté introduite dans le règlement intérieur de SVL. Il y aura désormais une assemblée générale de tous les conseillers municipaux du Grand Saumurois. Ils seront réunis une fois par an. Ce nouveau rendez-vous, qui s’ajoute à la conférence des maires, vise à informer tous les élus sur l’activité de la collectivité.

Équipements sportifs : les communes de Mouliherne, de Vernantes, Saint-Philbert-du-Peuple et de Longué-Jumelles disposent de salles de sports qui étaient auparavant, du ressort de l’ancienne communauté de communes Loire Longué. Des travaux ont été engagés. « Au moment de la clôture des comptes et de la fusion, l’Agglo a récupéré de la trésorerie de l’ancienne communauté de communes Loire Longué. La décision a été de rendre cette trésorerie aux communes pour qu’elles financent les travaux », explique Yann Cristel, directeur général des services de SVL. La propriété des salles restera communale.

Alter Eco : SVL va acheter au département de Maine-et-Loire 3 100 actions de 62,57 € chacune pour un montant total de 193 967 €. L’idée est d’entrer au capital et disposer d’un siège à Alter Eco. Alter Eco construit des bâtiments industriels pour le compte d’entreprises ou d’entrepreneurs, qu’elle loue ensuite à ceux-ci. Alter Eco a un capital de 10 millions d’euros. Il est constitué pour 60 % par le département de Maine-et-Loire.

Piscine de Doué-en-Anjou : au 1er juillet, le centre aquatique sera géré en régie directe par SVL.

COMMUNE DE MONTREUIL BELLAY

Calligraphie.
Du lundi 3 au mercredi 5 juillet, de 10 heures à 13 heures et de 14 heures à 18 heures, à l’atelier Anima Libri, 180, rue Nationale, David Lozach fait explorer les formes italiennes à partir de la « chancelière », lettre cursive humaniste du XVe siècle italien, qui deviendra la « bâtarde » puis « l’anglaise ».
Découverte ainsi des principes de la cursivité, qui ont participé à la création de l’écriture contemporaine.
Tarifs : 273 €, adhésion annuelle Anima Libri : 15 €.
Inscription avant le 30 juin.
Contact : 02 41 38 55 72, animalibri@gmail.com, www.anima-libri.fr

COMMUNE DU COUDRAY MACOUARD

Le projet du lotissement des Deux-Provinces va entrer dans sa phase active.
Le début des travaux est annoncé pour l’automne.
Le dirigeant de la société saumuroise Escoval, annonce son intention de commencer « Ã  l’automne prochain » les travaux de construction de deux maisons.
Le chantier lancera ainsi le nouveau lotissement des Deux-Provinces au Coudray-Macouard.
Deux permis de construire ont été déposés.
À la fin de l’année 2011, l’association Les Amis du Coudray avait été créée pour défendre le patrimoine local.
Elle combat ce projet situé au lieu-dit Le Poitou, à l’une des entrées du village, juste en limite d’Artannes-sur-Thouet.
D’après les responsables de l’association, ce lotissement « introduisait 12 constructions neuves dans la partie historique du village », à l’intérieur d’une zone de protection du patrimoine architectural urbain (ZPPAU).
Aujourd’hui, Jean-Pierre Benoist annonce donc le lancement des travaux : « Ceux qui ont lancé le recours contre le permis de lotir ont été déboutés. Nous allons pouvoir commencer la construction des deux premières maisons avant la fin de cette année. »
La société Escoval se charge de la construction des logements, avant de vendre ensuite les maisons.
12 parcelles de 400 à 900 m2 sont à lotir.
Les constructions se feront de façon progressive, au fur et à mesure des ventes.
Escoval compte investir 2,5 millions d’euros dans cette opération immobilière, et annonce des prix de vente inférieurs à 200 000 €.

COMMUNE DE BROSSAY

Le vide-greniers de Brossay a bénéficié cette année d’une affluence remarquable, certainement due, pour partie, à une météo des plus avantageuses.
Cette manifestation est organisée tous les ans par un collectif de cinq associations (Les Voltigeurs saumurois, le Club de troisième âge, l’Association des chasseurs, le Cercle Saint Girard et les anciens combattants AFN du Vaudelnay et Brossay).
René Chiron, président des retraités dresse un bilan très satisfaisant :
« Nous avons accueilli 70 exposants et la fréquentation a été très bonne.
Je tiens à remercier tous les bénévoles et en particulier les jeunes de Brossay ou d’ailleurs, qui nous ont rejoints ».

GRAND SAUMUR

Jean-Jacques Micoud, 52 ans, vient d’être choisi pour diriger la nouvelle SPL Saumur Val de Loire, chargée de développer le tourisme dans toute l’agglomération.
Interrogé, il a indiqué qu'il connaissait les vins, la Loire, la Loire à vélo, les châteaux, le château de Saumur, et aussi le Bioparc.
Ce territoire est un peu le symbole de l’art de vivre à la française.
On n’a pas la mer, ni la montagne, mais on a tout le reste.
On a ici une synthèse de tout ce qui fait que la France est leader en matière de tourisme dans le monde : du patrimoine, des activités, des savoir-faire, de la gourmandise… »
« On ne part pas de rien. La base est solide.
L’Agglo a déjà fait beaucoup de choses ces dernières années, notamment un travail de diagnostic.
Maintenant, l’objectif est d’accélérer la « mise en tourisme » à partir de ce qui a été observé.
À aucun moment vous ne m’entendrez dire qu’on part de rien, ou qu’il faut faire table rase du passé.
Un choix fort a été fait avec la création de cette société publique locale (SPL) qui va devoir maintenant orchestrer, mettre en musique les points forts du territoire, et faire vivre tout cela. »

Note de Dominique Monnier:

Ayant dirigé pendant 11 années le comité départemental du tourisme, je m'intéresse toujours aux personnes susceptibles de développer notre région
Laurent Boron, mon ancien directeur et également ancien directeur de l'office du tourisme de Saumur, m'a indiqué bien connaître Jean Jacques Micoud avec lequel il a eu de très bonnes relations
Il semble bien que ce garçon, un vrai professionnel du tourisme, soit l'homme de la situation
Je pense qu'il saura travailler avec tous les partenaires départementaux car pour réussir il ne faut pas se limiter au Saumurois
Je lui souhaite bon vent dans ce nouveau défi dont le Saumurois a bien besoin

COMMUNE D'EPIEDS

Samedi, le Comité des fêtes a organisé sa première fête des voisins.
Sur l’esplanade herbée, les tables étaient dressées pour accueillir les participants.
Pour cette première édition, une quarantaine d’habitants du bourg mais aussi des hameaux d’Epieds, se sont retrouvés pour partager ce moment de convivialité.
Autour de l’apéritif, chacun a pu faire connaissance. « Chacun apporte son repas et nous mettons à disposition un barbecue pour les personnes qui souhaitent faire des grillades, précise la présidente Vanina Guillebault. Après le repas, nous allons faire des jeux : course en sac, pétanque et les enfants peuvent profiter des jeux à disposition ».
Le beau temps et la chaleur s’y prêtant, c’est tard dans la soirée que les convives se sont séparés, encore une fois ravis de leur fête des voisins.

25 Juin 2017

Par Dominique Monnier, samedi 24 juin 2017 à 19:04 :: Informations cantonales

De retour de randonnée vélo pendant 5 jours autour de Cherbourg, je ne résiste pas au plaisir de reprendre un article du Courrier de l'Ouest de ce matin agrémenté de mes photos personnelles
En effet vendredi matin , en ouvrant la fenêtre de mon logement , j'ai découvert le Queen Mary 2 arrivé dans la nuit
J'ai eu la chance de le voir partir le soir même en direction de Saint Nazaire, en effectuant une manœuvre calmement et majestueusement devant les yeux rivés de milliers de spectateurs



Pour sortir de la rade de Cherbourg, il a d'abord du reculer lentement

Le paquebot revient aujourd’hui là où il est né pour s’aligner au départ de la transat The Bridge, face à quatre multicoques.
Nantes et Saint-Nazaire ne font décidément rien comme les autres.
Les deux cités portuaires font vivre depuis une semaine un événement d’exception, The Bridge, qui culmine ce week-end.
Pour commémorer l’arrivée des soldats américains à Saint-Nazaire en 1917, les organisateurs ont affrété, avec le soutien de 150 entreprises, l’emblématique Queen Mary 2.
Le majestueux paquebot, lancé à Penhoët en 2004, ralliera New York depuis Saint-Nazaire.
Mais il ne sera pas seul.
Quatre multicoques vont le défier à travers l’Atlantique et tenter de le devancer.
La mission sera ardue face aux vents dominants.
L’élite des marins français à la barre
À la barre de ces oiseaux du large, l’élite des marins français : François Gabart, Thomas Coville, Francis Joyon.
Les coureurs les plus rapides autour du monde en solitaire.
Excusez du peu. Il ne manquera qu’Armel Le Cléac’h, qui construit en ce moment un trimaran géant.
Mais à leurs côtés : Yves Le Blévec, autre funambule aguerri sur trois coques.
The Bridge va par ailleurs bien au-delà de cet étonnant défi océanique.



Puis virer de bord sur place, dans la petite rade

« L’événement promet des émotions maritimes, culturelles, musicales et sportives », soulignait la semaine dernière Patrick Boissier, président de l’association organisatrice.
Ainsi, le week-end dernier, les trimarans ont rallié le port de Nantes avec le trois-mâts Belem.
Le parc des anciens chantiers navals a accueilli pour sa part la coupe du monde de basket à trois joueurs.
Le Français Tony Parker parraine l’ensemble de l’événement.
Jeudi dernier, la flotte a rejoint Saint-Nazaire, où l’association des Sauveteurs en mer (SNSM) va fêter ses 50 ans.
Le Queen Mary 2 est attendu pour sa part cet après-midi vers 17 heures.
Des retrouvailles chargées d’émotion avec un grand feu d’artifice en soirée.
La flotte quittera Saint-Nazaire demain dans l’après-midi.
À 19 heures, cap sur New York. Le Queen Mary 2 embarquera un millier d’acteurs économiques qui ont participé au projet pour un « forum au long cours » inédit sur le thème de l’entreprise demain.
Le « liner » devrait arriver outre-Atlantique le samedi 1er juillet au terme d’une transat riche de symboles.
Emmanuel VAUTIER
emmanuel.vautier@presse-océan.com



Avant de partir dans la grande rade, en direction de Saint Nazaire

COMMUNE DU PUY NOTRE DAME



De nombreux ballons ont été offerts

Samedi 17 juin, l’ESPV (Entente sportive Puy - Vaudelnay) accueillait sur les deux magnifiques terrains du Puy-Notre-Dame, le rassemblement U13 Niveau 2.
Et c’est justement le club du Puy-Notre-Dame/Vaudelnay qui avait été choisi par le District de Maine-et-Loire pour organiser la phase finale des U 13 du département.
En effet, le stade du Puy-Notre-Dame est connu pour la qualité de ses installations : la municipalité a été félicitée par le représentant, M. Augereau, et le club du Puy-Vaudelnay pour l’organisation.
Ce rassemblement de fin de saison organisé par le District de Maine-et-Loire de Football regroupait les 24 meilleures équipes du Challenge U13 Niveau 2.
C’est sous une chaleur étouffante que ces 300 joueurs se sont affrontés dans un état d’esprit exemplaire.
Joueurs, arbitres, éducateurs, dirigeants, parents, supporters de chaque équipe ont contribué à une énorme fête du foot donnant tout le sens au mot fair-play.
Chaque équipe a reçu un goûter et une coupe offerte par l’ESPV et un ballon a été offert à chaque joueur par le District.
La fête a été réussie grâce aux nombreux bénévoles présents sur place.
La journée s’est clôturée par un mot des représentants des deux communes et d’Arnaud Martin, nouveau président récemment élu.



Le nouveau président Arnaud Martin est en même temps un bénévole parmi tant d'autres

Les vignerons de l'appellation Saumur Puy Notre Dame racontent leurs vins

Des visites œnotouristiques auront lieu chaque vendredi de l’été chez les viticulteurs de l’Appellation d’origine contrôlée .
Du cep au verre : Les vignerons racontent le Saumur Puy-Notre-Dame ». Tel est le concept proposé tous les vendredis de l’été, jusqu’au 15 septembre, par l’Appellation d’origine contrôlée (AOC) Saumur Puy-Notre-Dame.
Chaque vendredi, le grand public peut participer à des visites œnotouristiques dans les domaines viticoles de la commune.
La première s’est déroulée hier, 23 juin. Un vigneron vous accueille dans son domaine pour une balade d’une heure à travers le vignoble et ses paysages remarquables, afin de vous faire partager son savoir-faire et les secrets de vinification de l’appellation Saumur Puy-Notre-Dame.
Puis les visiteurs sont invités à une dégustation commentée, avec modération naturellement, des plus belles cuvées de l’AOC, accompagnée d’un pique-nique composé de produits du terroir saumurois.
Une production annuelle de près de 290 000 bouteilles

L’Appellation d’origine contrôlée saumur puy-notre-dame a été créée en 2008. Elle représente une production annuelle de près de 290 000 bouteilles. Issu du cépage cabernet franc, le Saumur Puy-Notre-Dame se présente comme un vin rouge à la robe soutenue. Il est charpenté, puissant et harmonieux, et est dominé par des arômes de fruits rouges et de fruits noirs, avec une belle persistance en bouche, caractéristique des vins de garde.
Ces visites œnotouristiques sont organisées, entre 10 h 30 et 12 h 30, sur réservation préalable et obligatoire auprès de l’Office de tourisme du Saumurois, 8 bis, quai Carnot, 49 400 Saumur, ou par téléphone au 02 41 40 20 60.
Les tarifs sont fixés à 7 € par adulte et à 4 € par enfant.

Renseignements également auprès du Syndicat des Vins de Saumur au 02 41 51 16 40.

LU DANS LE COURRIER DES LECTEURS

« Pour quelques centimes de plus… »
« La France possède le plus gros cheptel européen avec 20 millions de vaches qui produisent 30 milliards de litres de lait par jour. Cela n’empêche pas la profession de subir des pertes insensées.
« Et si, chaque grande surface affichait le prix du lait acheté comparé à son prix de vente ?
Les consommateurs serviraient de juges en observant la part redonnée aux éleveurs et pourraient ainsi privilégier les centrales qui se montrent les plus généreuses, manière toute simple de sauver sans doute le réseau laitier. Voilà un comportement citoyen qui ne demanderait que du bon sens pour sauver notre France agricole, si méritoire mais profondément frappée !
« Suicides, désertification, le bonheur n’est plus dans le pré… A nous de redonner, à cette ruralité agonisante, ses lettres de noblesse. Elle mérite qu’on la traite avec plus de respect et de considération ! Et que ceux qui pensent que le sujet est « bidon », qu’ils aillent passer une seule journée au pis des vaches pour comprendre la difficulté du travail et le peu de récompense en retour. Bon nombre se retrouvent sur la litière. A qui la faute ? A un lobby, une fois de plus destructeur, qui « veut le beurre, l’argent du beurre et le lait (sous-payé) de la fermière… »
« N’oublions pas que si notre campagne est si belle, nous la devons au monde paysan. Déjà Flaubert avait donné l’alerte : « Il ne faut jamais laisser en friche les facultés de la nature ».
François MONNIER, Blois

COMMUNE DE MONTREUIL BELLAY

Les inspecteurs de l’environnement de l’Office National de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) ont interpellé des individus qui se livraient à de la chasse de nuit.
Depuis quelque temps, les policiers de l’environnement avaient collecté des renseignements récurrents d’indices de braconnage dans le sud du département, du côté de Montreuil-Bellay.
Ils ont donc décidé de mettre en place un dispositif de surveillance dans la nuit du 12 au 13 mai. Cette nuit-là, les quatre inspecteurs de l’ONCFS ont interpellé trois individus qui venaient en pleine nuit, à bord de leur véhicule, de tirer sur un sanglier.
Les trois hommes, tous originaires du Saumurois, ont été entendus quelques jours plus tard dans les locaux de la gendarmerie de Montreuil-Bellay.
L’ONCFS rappelle que la chasse de nuit dans ces conditions n’est pas autorisée. Ces pratiques, en plus de créer un sentiment d’insécurité dans les campagnes, mettent à mal les efforts de gestion du gibier mis en œuvre par les chasseurs locaux.
Pour ce délit de chasse de nuit avec usage d’un véhicule, les trois personnes mises en cause encourent une peine de quatre ans d’emprisonnement et de 60 000 € d’amende. Le tireur, seul titulaire du permis de chasser, risque également le retrait de son permis ainsi que la confiscation de son arme.


20 Juin 2017

Par Dominique Monnier, samedi 17 juin 2017 à 18:02 :: Informations cantonales

MONTREUIL BELLAY

Lu dans le Courrier de l'Ouest

Lors du bilan du festival BD ce mardi, Marc Defois, le président de l’association Au cÅ“ur des bulles organisatrice de cet événement culturel, est revenu sur les subventions attribuées : 5 000 € de la municipalité, 3 000 € de la Région des Pays de la Loire et 2 000 € par le Département pour un dossier défendu par Jocelyne Martin et Bruno Cheptou, pour l’intervention de dessinateurs dans les Collèges de Saumur et Montreuil-Bellay, et le projet sur le monde du handicap.

« Nous attendons la réponse de la communauté d’Agglo pour une subvention sollicitée pour début juin.
Concernant l’enveloppe culturelle du Département versée à l’Agglo, notre dossier est resté dans les oubliettes, malgré différentes démarches avec la municipalité de Montreuil-Bellay et auprès de Rodolphe Mirande, vice-président chargé de la culture.
Son secrétariat dit que ce n’est pas de son ressort et que cela dépend d’un autre secrétariat qui fut contacté mais nous n’apparaissons pas dans la liste des associations retenues.
Aujourd’hui je me demande pourquoi le festival BD a été évincé de l’enveloppe culturelle départementale sachant que le livre est dans ses priorités.
Lors de l’inauguration du festival, le vice-président a pris la parole pour défendre les valeurs de notre festival BD et qu’il fera tout pour le soutenir ».

« Que les hommes politiques analysent bien le bénévolat »

« Avant la réunion de ce soir, nous avons échangé des SMS avec ce dernier sur mon ressenti vis-à-vis des hommes politiques et que j’attendais autre chose d’eux. Pour ce manque de 5 000 € par rapport à l’année précédente, je voudrais que les hommes politiques analysent bien le travail du bénévolat qui met en valeur notre belle région tant en France qu’à l’étranger. Cela représente deux temps pleins. Il me semble que soutenir une association qui se permet de trouver les deux-tiers de son budget dans le monde du privé est respectable par rapport à des structures événementielles qui sont soutenues grâce à la subvention départementale avec peu ou voir pas du tout de fonds privés ».

Note de Dominique Monnier:

Cher André Defois

Ce que vous avez réalisé avec le Festival BD est tout simplement remarquable
Mais il me semble que vous parlez un peu vite contre les politiques qui vous aident remarquablement
Très peu d'associations bénéficient de 10.000€ de la part de diverses collectivités
Commune, Région et département, c'est vraiment bien
Bruno Cheptou et Jocelyne Martin ont raison de vous soutenir et ils le font avec réussite, bravo
Mais je me souviens du festival BD lors de la dernière année de mon mandat de Conseiller général où vous aviez eu le même problème qu'aujourd'hui et vous aviez accusé à l'époque le Conseil Général alors que je n'avais jamais arrêté de vous soutenir
Aujourd'hui vous accusez l'agglomération de Saumur
N'allez pas trop vite car la subvention que vous sollicitez proviendrait d'un contrat culturel signé avec le Conseil Départemental
Ce serait donc deux subventions de la même collectivité dont la dernière obtenu indirectement
Pensez que d'autres manifestations ou associations ne touchent rien
Alors je crois qu'il faut rester dans le raisonnable avant de demander de la transparence aux politiques
Ils n'ont pas toujours tort comme on veut nous le faire croire aujourd'hui et ils sont les gestionnaires de l'argent public

Dominique Monnier

Le jeu d’échecs géant fait le bonheur des élèves de l’école de la Herse lors des récréations.
L’introduction du jeu d’échecs à l’école de la Herse vise à sensibiliser les enseignants et les élèves aux bienfaits de la pratique de ce jeu qui mobilise logique, stratégie, rigueur et capacité d’abstraction, tout en facilitant l’apprentissage de la citoyenneté par le respect des règles et d’autrui. À l’école de la Herse, les élèves de CE2-CM1 de la classe d’Eric Thoumelin ont fabriqué eux-mêmes les pièces d’échec, qu’ils ont positionné ensuite sur l’échiquier géant, conçu par la municipalité il y a quelques mois.

« Les élèves ont fabriqué eux-mêmes les pièces à partir de bouteilles, de bidons en plastique », souligne Eric Thoumelin. « Nous avons apporté des bouteilles de différentes capacités et des bidons. Les grosses bouteilles représentent le roi et la reine ; les petites bouteilles, les pions ; les bidons avec des poignées, les cavaliers et les gros bidons, les tours. Pour qu’ils ne s’envolent pas, nous avons fait un étalonnage avec du sable, et après nous les avons peints en blanc et en noir », expliquent les élèves, très fiers de leur réalisation.

Toutes les pièces ont été réalisées avec les conseils techniques de l’enseignant en maternelle, Bruno Renoux, et les conseils de Gilles Durand, Employé de vie scolaire, ont été précieux dans l’apprentissage du jeu. « Les échecs développent la logique, la création, l’attention, mais pour moi, il est important que cela reste d’abord un jeu » précise Eric Thoumelin.

Pendant la récréation, c’est avec plaisir que les élèves installent leurs pièces et s’affrontent entre eux.

CIZAY LA MADELEINE


D'immenses hangars utilisent le photovoltaïque

Samedi l'entreprise Gerbier ouvrait ses portes au grand public
Que de chemin parcouru depuis le lancement
Les habitants de Courchamps et de Cizay la Madeleine doivent se rappeler les débuts difficile du compostage avec les odeurs qui mettaient en difficulté les municipalités
Aujourd'hui tout a été solutionné avec bonheur et Monsieur et Madame Gerbier se sont lancés dans une entreprise de développement écologique qui fait l'admiration de la Région
Je me souviens d'un congrès sur place où il y a quelques années, ce chef d'entreprise avait précisé qu'il créait un emploi par trimestre
En 10 ans 40 emplois avaient été créés
Et pourtant tout n'a pas toujours été simple


Un broyeur pour une entreprise essentiellement écologique

Il a fallu aussi se battre contre l'administration pour des poses de plaques photovoltaïques qui auraient pu avoir des conséquences sur la suite de l'entreprise
Aujourd'hui le résultat est tout simplement remarquables et Madame le Maire de Cizay doit être heureuse d'abriter sur sa commune une entreprise en plein développement
Félicitations à Monsieur et Madame Gerbier et leur équipe pour cette remarquable réussite



De nombreuses démonstrations ont plu au nombreux public

BREZE -ANTOIGNE

Lu dans Saumur Kiosque

Les écoles de Saint-Vincent à Brézé, Les Rogelins à Varrains et Les hirondelles à Antoigné sont récompensées pour la réduction des déchets lors de la remise de leur diplôme d’« Ã‰cole Zéro Déchet » par Saumur Agglopropreté.
Elles ont de quoi être fières ! En effet, un total de 33 kilogrammes de déchets par semaine sont évités sur l’ensemble des trois écoles, soit une réduction de 30% à 60% du poids de leurs poubelles.
Plus de 200 élèves, accompagnés de leurs enseignants, des personnels périscolaires et d’entretien, les parents d’élèves se sont engagés cette année dans la réduction des déchets dans le cadre de l’animation « Ã‰cole Zéro Déchet », proposée par Pierre-Yves Muller de Saumur Agglopropreté. Outre la véritable prise de conscience de la production de déchets au sein de l’établissement scolaire, ils ont également pu mesurer l’impact considérable de gestes simples de réduction sur le volume de déchets produit. «L'enjeu de l'animation est bien de permettre à chacun dans l'école de constater la production de déchets, puis de mesurer l’impact des solutions simples de respect de l'environnement. Toutes les actions telles que, limiter les emballages, choisir des fournitures réutilisables, composter les déchets de cuisine, voire valoriser les restes alimentaires grâce aux poules fraîchement installées près de l’école d’Antoigné.
Ces nombreuses actions ont contribué aux bons résultats obtenus», se réjouit Pierre-Yves Muller.

Le diplôme

La remise du diplôme : « Ã‰cole Zéro Déchet » est l’occasion pour les trois écoles de se rencontrer et de partager leur expérience. Les élèves assisteront au spectacle « Lombric Fourchu est amoureux d’une étoile ». Dans celui-ci, Iwan Laurent et son acolyte Lombric Fourchu abordent sur le ton de l’humour et en musique la prévention des déchets. Les enseignants des différentes écoles ont également travaillé ensemble pour proposer aux élèves des ateliers d’arts plastiques avec des matériaux de récupération. Une journée de partage autour de la thématique du déchet, qui devrait encourager les écoles à poursuivre leur engagement au sein du réseau des « Ã‰coles Zéro Déchet » aux côtés des écoles de Verrie et Distré, diplômées l’année passée.

LE PUY NOTRE DAME

Lu dans Saumur Kiosque

Du cep au verre, les vignerons racontent le Saumur Puy-Notre-Dame
Nouveauté dans le Saumurois ! Tous les vendredis de l’été, jusqu'au 15 septembre 2017, l'AOC Saumur Puy-Notre-Dame organise des visites Å“ntouristiques dans les domaines, afin de dévoiler l’appellation et son histoire au grand public.
Les rendez-vous, intitulés « Du cep au verre : Les vignerons racontent le Saumur Puy-Notre-Dame », débutent le vendredi 23 juin 2017. À vos agendas !
Les vignerons du Saumur Puy-Notre-Dame vous invitent dans leurs vignes tous les vendredis matins, entre le 23 juin et 15 septembre 2017, pour découvrir les spécificités de leur appellation née en 2008.
Voici le concept : un vigneron vous accueille dans son domaine pour une balade d’une heure à travers le vignoble et ses paysages remarquables, afin de vous partager son savoir-faire et les secrets de vinification du Saumur Puy-Notre-Dame.
À suivre : une dégustation commentée des plus belles cuvées de l'AOC Saumur Puy-Notre-Dame, accompagnée d’un pique-nique composé de produits du terroir Saumurois... toujours dans un cadre idyllique !

Près de 290 000 bouteilles chaque année

L’Appellation d'Origine Contrôlée (AOC) Saumur Puy-Notre-Dame, créée en 2008, représente une production annuelle de près de 290 000 bouteilles.
Issu du cépage cabernet franc, le Saumur Puy-Notre-Dame se présente comme un vin rouge à la robe soutenue. Il est charpenté, puissant et harmonieux, et est dominé par des arômes de fruits rouges et de fruits noirs avec une belle persistance en bouche, caractéristique des vins de garde.
Sur ce haut lieu du Saumurois, tant géographique que spirituel, la Collégiale du Puy-Notre-Dame domine depuis plus de 800 ans un océan de vignes de 1 500 hectares. Lieu de villégiature d’Aliénor d’Aquitaine, le Puy-Notre-Dame est un vieux village viticole depuis la domination des Plantagenêts au XIIe siècle. La qualité architecturale de son habitation reflète ce riche passé... avec les immenses caves Ponotes qui permettent de conserver les vins rouges de longue garde.

Infos pratiques : Sur réservation obligatoire auprès de l’Office de tourisme du Saumurois, 8 bis Quai Carnot, 49 400 Saumur, par téléphone au 02 41 40 20 60;
Tarif : 7 euros par adulte, 4 euros par enfant.
Horaires : entre 10h30 et 12h30.
Plus de renseignements auprès du Syndicat des Vins de Saumur, 49 rue du Maréchal Leclerc à Saumur, par téléphone au 02 41 51 16 40 ou par mail à 5aoc.saumur@gmail.com.
Facebook : https://www.facebook.com/saumurpuynotredame/?fref=ts.
Site internet : www.vins-de-saumur.com.

FOOTBALL


Le club du Puy Notre Dame/Vaudelnay avait été choisi par le district de Maine et Loire pour organiser la phase finale des U 13 du département
Le stade du Puy Notre Dame est connu pour la qualité de ses installations et la municipalité a été félicitée par le représentant, Monsieur Augereau, et le club du Puy Vaudelnay pour l'organisation
24 équipes se sont partagées le titre départemental sous le soleil ce qui n'a pas arrêté les jeunes pour se disputer des matches acharnés



Le nouveau président Arnaud Martin

Un réussite totale ou chaque équipe a eu droit à son lot de ballons orange et un cadeau pour chaque participant
La journée s'est clôturée par un mot des représentants des deux communes et d'Arnaud Martin, nouveau président récemment élu lors de l'assemblée générale du club et généreusement applaudi
Une réussite pour laquelle les bénévoles méritent de grandes félicitations



Fabrice Bardy, de la municipalité du Vaudelnay et Patrice Mouchard, maire du Puy Notre Dame



Olivier Cochonneau, nouveau trésorier du club

17 Juin 2017

Par Dominique Monnier, vendredi 16 juin 2017 à 18:51 :: Informations cantonales

DEPARTEMENT

Samedi dernier, nos colonnes s’ouvraient à Yves Spiesser, président d’ARPEJE 49 et du GAPE.
Au nom du conseil d’administration de son association, il annonçait porter l’appel à projets auprès du Tribunal administratif.
Christian Gillet apporte sa réponse et « dénonce la violence des propos et les contre-vérités d’Yves Spiesser ».

« Depuis plusieurs semaines, Yves Spiesser fustige à longueur de colonnes la nouvelle approche engagée par le Département en matière d’accueil des enfants confiés, souligne Christian Gillet. ùùù Je suis choqué par la violence de ses propos portés à mon endroit, et à travers moi aux élus et agents du Conseil départemental.
Cette attitude agressive n’honore pas ce responsable en charge de l’accueil et de l’accompagnement éducatif de centaines d’enfants confiés dans le département.
Au-delà de la virulence des accusations, je veux aussi dénoncer les contre-vérités de M. Spiesser.
Celui-ci laisse entendre que le Département aurait agi de manière unilatérale et serait resté sourd aux demandes de l’ARPEJE49 et du GAPE49.
Faux ! Depuis le début, soit il y a près de deux ans, le Conseil départemental s’est employé à prévenir tous les partenaires de l’évolution de la politique de protection de l’enfance qu’il fallait opérer, obligation d’ailleurs rappelée en 2016 par la Chambre régionale des comptes.
Il a ainsi été reçu à trois reprises en 2015 (10 septembre, 8 octobre et 6 novembre) afin de partager un diagnostic et envisager des solutions d’amélioration du dispositif d’accueil des enfants confiés.
Une 4e rencontre prévue pour envisager des rapprochements ou des mutualisations entre associations a été déclinée par le GAPE49, qui n’a d’ailleurs jamais été force de proposition dans ce domaine »…
« Tous les courriers du GAPE et de l’ARPEJE ont en outre reçu une réponse écrite ou orale permettant ainsi au dialogue et au travail de se poursuivre durant cette période (16 février, 1er et 19 avril, 7, 15 et 27 juin 2016).
Preuve en est par exemple : le report obtenu, à sa demande, d’un délai de 6 mois du dépôt des dossiers à l’appel à projet »…
« Nous sommes donc bien loin du « déni démocratique » et des « démarches obscurantistes » reprochées au Département.
Nous assumons pour notre part pleinement la responsabilité qui est la nôtre d’assurer la protection des enfants confiés, dans le sens de l’intérêt de l’enfant et de la bonne gestion de l’argent public »…

PUY NOTRE DAME -VAUDELNAY

Après 9 années de présidence passées à la tête de l'ESPV, Guy DEROUINEAU a souhaité transmettre son poste de façon progressive.
  Ce poste a été confié à Arnaud MARTIN à compter de la saison 2017-2018.
Guy Derouineau reste Vice-président afin d'épauler son successeur.
La composition du bureau 2017-2018 :
PRESIDENT : Arnaud Martin
VICE PRESIDENT (en charge des seniors) : Guy Derouineau
VICE PRESIDENT (en charge des jeunes) : Benoit Maingret
VICE PRESIDENT (en charge de l'animation) : Jean Louis Boiteau
SECRETAIRE : Régis Charbonneau
SECRETAIRE adjointe : Isabelle Girard
TRESORIER : Olivier Cochonneau
TRESORIERE adjointe : Céline Jarnier

MONTREUIL BELLAY

Les élèves de terminale Conduite et gestion d’exploitation agricole de la Maison familiale rurale (MFR) de la Rousselière à Montreuil-Bellay, ont reçu un premier prix départemental, mardi 23 juin.
Cette classe de quinze élèves a participé à la 7e édition du concours national du clip vidéo « Cultures Agri ».
Sa réalisation a été sélectionnée parmi une dizaine de vidéos, et a remporté le premier prix départemental. Ce thème s’inscrit dans le programme de formation de ces terminales, le but étant de sensibiliser à l’envie à cette pratique et à l’agroécologie.
Après une journée de visite et une autre de prise de vues chez Jean-Pierre Beaudoin, cultivateur à Chaumont-d’Anjou, les élèves ont travaillé et finalisé le projet avec leurs formateurs, M. Cibet et M. Chauvet.
Le cultivateur angevin, impliqué dans le développement durable, a trouvé que ces moments d’échanges avec les jeunes étaient instructifs et prometteurs. « Maxime, qui était en formation chez moi, a été surpris lorsque je lui ai expliqué que l’on semait sans labour », explique Jean-Pierre Beaudoin.
L’agroforesterie incite à utiliser de moins en moins de produits phytosanitaires et oblige à réfléchir à de nouvelles techniques.
Quant aux jeunes de la classe de terminale, ils ont pu apprécier leur récompense.
Le chèque qui accompagne le prix départemental leur permettra d’organiser une sortie pour aller découvrir d’autres techniques.

16 Juin 2017

Par Dominique Monnier, jeudi 15 juin 2017 à 18:36 :: Informations cantonales

CIZAY LA MADELEINE

Dimanche 2 juillet, à 17 heures, après une exposition d’instruments médiévaux et une visite du Prieuré, Ligeriana, ensemble vocal et instrumental fondé sous la direction de Katia Caré en 2000, présentera un programme de musique sacrée du Moyen Âge, des polyphonies primitives à l’écriture élaborée du XVe siècle, avec Gilles Binchois et Guillaume Dufay.
tarif : 10 € ; gratuit moins de 12 ans ; renseignements et réservations au 02 41 51 40 88 ou au 06 80 74 28 94, courriel : production.perceval@gmail.com

EPIEDS

Lundi soir, les membres du comité des fêtes se sont retrouvés afin de peaufiner les derniers préparatifs pour la fête de l’étang du dimanche 6 août, dont l’un des temps forts sera la traditionnelle course de baignoires.
Les équipes peuvent se faire inscrire dès maintenant au 06 40 95 35 76 ou au 06 82 19 17 24 ou le jour même à 14 heures. Le départ de la course sera donné à 15 heures. Il est recommandé aux équipes de venir déguiser.
De nombreuses animations seront aussi proposées, dont une tombola et une structure gonflable installée pour les enfants. Autour de l’étang aura lieu le vide-greniers, à partir de 7 heures, l’emplacement étant fixé à 2 € pour les particuliers et 50 € pour les professionnels. Les inscriptions seront prises le jour même.
Le soir, un repas sera servi à partir de 20 heures, sur réservations. L’association du Soleil dans la cuisine préparera, devant les spectateurs, une jambalaya. La soirée sera animée par Dina Gen and the Charly’s. Enfin, un feu d’artifice, financé par la commune, clôturera la fête.

SAINT MACAIRE DU BOIS

La cueillette fut fructueuse lundi dernier, au jardin de Cocagne, pour les élèves de l’école publique.
Les élèves des classes de grande section, Cours préparatoire et Cours élémentaire 1re année se sont rendus, lundi 12 juin, au jardin de Cocagne, qui jouxte l’école de Saint-Macaire-du-Bois, afin de participer à la cueillette de quelques légumes et plantes aromatiques.
« Ce déplacement au jardin de Cocagne finalise notre projet pédagogique de l’année, qui avait pour thème « Nature et sports ». Nous avons travaillé en partenariat avec le Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine, qui nous a permis, grâce à ses conseils avisés, de mettre en place un véritable potager dans le jardin de l’école », explique Pauline Yquel, enseignante.
Les élèves ont également travaillé durant l’année autour de la vannerie et de l’éveil des sens ainsi que sur les outils de jardin.
« Aujourd’hui, nous avons réparti la quarantaine d’enfants en ateliers et nous effectuons sur le terrain une sorte de travaux pratiques : il s’agit en effet de cueillir du persil, de la ciboulette, de ramasser des pommes de terre et de faire des semis de courges et de blettes. Un autre groupe est chargé de composer le contenu des paniers solidaires qui seront distribués demain aux adhérents », poursuit l’enseignante. Un exercice qui consiste en la reconnaissance des légumes, la pesée et l’édition de ticket qui identifiera le contenu de chaque panier.
Même si quelquefois, les connaissances des élèves sur l’utilisation des plantes aromatiques notamment laissent à désirer, tous se sont acquittés de leur tâche avec beaucoup de sérieux. Et chacun est reparti avec le produit de sa cueillette.
Les inscriptions pour la rentrée prochaine sont toujours possibles auprès de l’école.

Le jardin de Cocagne de Saint-Macaire-du-Bois dépend de l’association L’Aspire. Stéphanie Patarin et Ludovic Vallée sont responsables de l’équipe de salariés en insertion sociale et professionnelle au sein de ce jardin, installé dans la commune depuis 2006, et qui produit en bio depuis 2008.
Le site de Saint-Macaire comprend 3 000 m² de surface couverte et 2,2 ha en plein champ où sont cultivés des légumes de saison et également quelques fruits. Ces légumes sont commercialisés via un circuit de distribution hebdomadaire de paniers de trois tailles différentes, adaptés aux besoins de chacun, et acheminés vers des points relais. L’équipe de salariés en insertion assure également le conditionnement et la livraison des paniers bio solidaires, après réception des fruits et légumes des producteurs de Bio Loire Océan.
Mardi, 50 paniers ont été distribués, et jeudi une centaine. Les élèves de l’école ont participé à l’élaboration de ces derniers. Les enfants connaissent bien le jardin de Cocagne, certains légumes servis à la cantine y étant produits.

15 Juin 2017

Par Dominique Monnier, mercredi 14 juin 2017 à 20:59 :: Informations cantonales

OU EN EST T'ON AVEC LE THOUET

À suivre de très près la situation du Thouet
La préfète interdit les prélèvements d'eau
Mais pourquoi?
Il n'y a pas de quoi!
On se moque du monde et au mois d'août, on pourra traverser à pieds
Alors l'interdiction!!!!!!!!
Mais sans doute que les poissons remonteront avec des planches à roulettes?
(A suivre)

PHOTOS DU THOUET 14 JUIN 2017



Le moulin de Couché vu du Pont



Vieux Moulin



Le Moulin de Couché de l'autre coté du Pont



Le Vieux Moulin



Le Vieux Moulin, le barrage a disparu



Le Moulin de Couché en limite des Deux Sèvres


Belle image à partager pour offrir la prise de conscience avant les vacances.



COMMUNE DE SAINT MACAIRE DU BOIS

Conseil municipal du 12 Juin 2017

Compteurs Linky.
Gabriel Taillée, maire de Saint-Macaire-du-Bois, explique : « Le compteur Linky, c’est le nouveau compteur électrique qui va progressivement remplacer tous les compteurs classiques. Linky est communicant, c’est-à-dire que certaines opérations qui nécessitaient le déplacement d’un technicien se feront à distance dans les 24 heures.
La consommation de chaque foyer sera relevée automatiquement.
C’est Enedis (anciennement ERDF), gestionnaire du réseau de distribution, qui se charge du remplacement des compteurs électriques.
La pose du compteur Linky, à savoir environ une demi-heure, est totalement gratuite.
Les habitants seront informés par courrier et par l’intermédiaire du bulletin municipal ».

Arts et chapelles.
Concernant le projet du circuit touristique 2018 « Arts et chapelles », le maire précise : « Afin de mettre en valeur le patrimoine religieux et de découvrir des créations artistiques, l’association Arts et chapelles organise un circuit de visites de chapelles ou d’églises pour lesquelles des artistes sont invités à réaliser une Å“uvre ».
L’église de Saint-Macaire-du-Bois ferait partie du circuit cependant, une participation financière est demandée.
Aucune décision n’a été prise. Affaire à suivre.

Achat de matériel.
Une machine à laver d’un montant de 500 € sera achetée pour l’école pour l’entretien des draps, torchons, serviettes de toilette et jeux divers.
Également pour l’école, il sera installé un lavabo et un chauffe-eau électrique dans le préau qui sera transformé en classe à la prochaine rentrée.
En effet, la troisième classe créée en 2016 fonctionne actuellement dans des locaux trop exigus.
L’effectif des élèves est en légère augmentation : 120 élèves pour le Regroupement pédagogique intercommunal (RPI) avec 72 à Saint-Macaire-su-Bois et 48 aux Verchers-sur-Layon.

Points sur les travaux.
L’Aspire (Association saumuroise pour l’insertion et la réadaptation par l’emploi) commencera les travaux de ravalement de la façade de la mairie et de l’école à partir de ce jeudi 15 juin.

Fête des trois Saint-Macaire :
28 habitants de la commune participeront à cette manifestation, à Saint-Macaire-en-Mauges, les 24 et 25 juin.

Randonnée pédestre le 10 septembre :
elle est organisée par la commission communale environnement et l’Association des parents d’élèves.
Ce même jour, les habitants et tous ceux qui le désirent sont invités à un grand pique-nique sur le terrain communal.
L’association Gabol prévoit d’organiser des manifestations durant l’hiver 2017/2018 : à cet effet, une réunion est prévue le lundi 19 juin, à 20 h 30, à la mairie.
L’exposition artistique « Les Macairiales » sera reconduite : une réunion de préparation se déroulera vendredi 16 juin, à 18 heures, à la mairie.
Le bulletin municipal sera distribué pour le 14 juillet.

Prochain conseil
Vendredi 30 juin à 20 heures.

COMMUNE D'EPIEDS

Conseil municipal du 12 Juin 2017

L’adjoint Guillaume Martin, a présidé la séance du conseil municipal d’Epieds
.
Extension du réseau électrique de distribution publique :
Afin de desservir les parcelles AE n° 165, 166 et n° 167, le Conseil approuve l’extension du réseau d’électricité et décide de mettre à la charge des demandeurs, les frais relatifs aux extensions dudit réseau, au prorata du nombre de terrains à desservir.
Cependant, le conseiller municipal Christophe Lafrance interroge le maire : « Je pensais qu’à partir du moment où l’on déterminait que le terrain était constructible, il devait être logiquement viabilisé par la commune. Est-ce que, réglementairement, nous avons le droit de faire payer les personnes ? ». Le maire répond : « Les terrains ne sont pas forcément viabilisés par la commune. Ce n’est pas une obligation. C’est à la charge des propriétaires ».

Nomination d’un régisseur suppléant pour la régie de pêche :
Frédéric Camus est nommé régisseur suppléant à la nouvelle régie de recettes pour l’encaissement des droits de pêche sur l’étang communal.
Jérôme Ruel est le titulaire.

Délégation permanente du conseil municipal au maire :
après délibération, le Conseil charge le maire, ou à défaut un adjoint, d’intenter au nom de la commune, les actions en justice ou de défendre la commune dans les actions intentées contre elle, comme cité dans l’article 16 du Code général.
« Cette délégation concerne tous les cas où une action est intentée contre la commune, ses propres intérêts et ceux des personnes à l’égard desquelles sa responsabilité peut être recherchée ; et dans tous les cas où les intérêts de la commune ou ceux de ces mêmes personnes ne peuvent être préservés par des procédures amiables », précise le maire.

Demande de protection fonctionnelle du maire :
après la sortie du maire, les élus accordent la protection fonctionnelle à Danielle Leguay en sa qualité de maire de la commune d’Epieds pour lui permettre d’assurer la défense de ses intérêts.
Les élus autorisent le financement sur le budget communal de l’ensemble des frais d’avocat, d’huissier de justice ou autres frais devant être engagés pour mener les actions nécessaires à sa défense et autorisent le maire ou à défaut un adjoint à signer tout document afférent à cette affaire et à solliciter de l’assureur Protection fonctionnelle le remboursement desdits frais.

COMMUNE DE MONTREUIL BELLAY

Discosoupe et salade de fruits.
Samedi 1er juillet, 10 h, centre social et culturel R.-Charrier, 139, rue d’Anjou.
Événement ouvert à tous sur le thème du gaspillage alimentaire.
Au programme : épluchage et préparation de plats à base de fruits et légumes puis dégustation en musique avec le groupe Djamana. Possibilité également de tester les vélos à jus de fruits : pédaler, mixer et déguster…
Gratuit. Contact : 02 41 52 38 99, actionsfamilles.csc@gmail.com, http://csc-rolandcharrier.centres-sociaux.fr/

UAM Judo
Cette section a compté an 2017, 55 licenciés
Trois nouvelles ceintures noires ont été comptabilisées
Bénédicte Corona, nouvelle enseignante, prendra officiellement ses fonctions à la rentrée prochaine.
Dans le groupe ados-adultes, il y a quatre ceintures noires.
Rémy Delarue, âgé de dix-sept ans, son frère Simon et Sven Chabenat, tous deux âgés de dix-neuf ans, seront récompensés fin juin par la remise de leur ceinture noire.
Jaufret Biémon, médaillé de bronze au Championnat régional, est sélectionné pour la Coupe de France qui se déroulera au mois d’octobre prochain.

COMMUNE DE VAUDELNAY

Conseil municipal du 12 Juin 2017
Un terrain de boules qui vient d’être mis en place et préalablement à la réunion les élus ont commencé par visiter cette réalisation
Monsieur le Maire a déclaré avec satisfaction
« Après le city stade, les jeux de plein air dédiés aux plus jeunes, nous avons pensé aux aînés en installant deux jeux de boules.
Les employés municipaux ont été chargés du terrassement, de la pose des rondins qui délimitent les jeux et du sable de carrière gris, le revêtement. Le coût de l’opération s’élève à 2000 € et cette réalisation devrait satisfaire les habitants créant ainsi un espace de jeux intergénérationnel.
Une table et un banc sont prévus pour finaliser cet endroit. »
Félicitations à la municipalité pour cette initiative

Tarif du restaurant scolaire.
Augmentation à partir du 1er septembre, passant de 2,85 € à 2,90 € pour les enfants inscrits régulièrement et de 3,25 € à 3,30 € pour les inscrits occasionnels.

Partenariat avec l’association Arts et Chapelles.
« Pour favoriser la valorisation du patrimoine religieux et pour la création contemporaine des arts plastiques, l’association Arts et Chapelles organise chaque année un circuit de visite de chapelles ou d’églises pour lesquelles des artistes sont invités à réaliser une Å“uvre spécifique » explique le maire.
Afin de préparer le circuit 2018, la chapelle de Messemé a été retenue « un bon moyen de faire découvrir la commune » poursuit-il.
L’association prévoit un passage de 5 000 visiteurs par site.

Syndicat intercommunal d’énergie du Maine-et-Loire.
Fabrice Bardy est nommé délégué titulaire pour représenter la commune au sein du Sieml.

Questions diverses.
Mise en place de compteurs Linky dans la commune entre novembre 2017 et juin 2018.
Achat d’une débroussailleuse/broyeuse pour un montant de 1 169 €.

Le prochain conseil
le jeudi 29 juin, à 20 h.

Intervention de Lionel Fleutry, vice président en charge des grands équipements , à l'agglomération de Saumur
Il a été interpellé sur le contrat de ruralité
La commune de Vaudelnay a pour projet de rénover le parvis de l’église,
Elle a pour cela élaboré un dossier sollicitant des aides financières de l’État, de la Région, par l’intermédiaire du contrat de ruralité en mettant en exergue la mise en accessibilité de ce site conformément aux prérogatives gouvernementales.
Créé en 2016, le contrat de ruralité coordonne les moyens financiers et prévoit l’ensemble des actions et des projets à conduire en matière d’accessibilité aux services et aux soins, de développement de l’attractivité, de la dynamisation des centres bourgs, de mobilité, de transition écologique ou, encore, de cohésion sociale.
Le dossier concernant le parvis de l’église de Vaudelnay n’a pas été retenu, d’où le questionnement assez véhément des élus à l’égard des représentants de l’Agglo :
Comment les petites communes s’intègrent-elles dans l’Agglo ?

Intervention de Éric Mousserion, vice président en charge des transferts de charge, à l'agglomération de Saumur
« Pour la mutualisation »
Éric Mousserion explique : « On n’a pas été préparé pour ce contrat de ruralité et, à la commission, on ne se connaît pas pour l’instant, des dossiers ont été arbitrés mais il est important de faire remonter les informations aux préfets et sous-préfets qui décident ».
Pour l’instant, Jean-Marcel Supiot souligne que « cela fait près de 10 ans qu’on n’a pas de permis de construire, l’assainissement est en attente depuis de nombreuses années, pour l’instant, nous avons un assainissement unitaire. »
Et Lionel Fleutry de conclure : « Il y a beaucoup de bonne volonté au niveau de l’Agglo, je suis pour la mutualisation. »

Note de Dominique Monnier:
Il est de bon ton de se regrouper actuellement
On peut comprendre l'inquiétude des petites communes sur le financement de leurs projets
Une priorité ne doit pas obligatoirement favoriser en premier la commune centre
On trouve bien de l'argent pour abattre les barrages du Thouet en se passant de l'avis des communes

DEPARTEMENT

La Préfète de Maine-et-Loire a décidé hier de prendre des mesures de restriction relatives aux eaux superficielles et a modifié celles relatives aux eaux souterraines.
Ce classement a pour conséquence l’autolimitation des prélèvements et usages de l’eau.
L’Argenton, le Brionneau, le Layon et le Thouet sont placés en alerte renforcée :
les prélèvements y sont interdits, à l’exception des usages vitaux et prioritaires.
La Dive du nord est placée en crise : tout prélèvement à l’exception des usages vitaux est désormais interdit.
Vigilance
En conformité avec les orientations du SDAGE Loire-Bretagne et au regard des débits mesurés dans les bassins versants du département, le remplissage de tous les plans d’eau est interdit dans tout le département.
Pour ce qui concerne les eaux souterraines, le Romme-Brionneau, l’Authion-moyen et le Layon sont placés en vigilance.
Ce classement a pour conséquence un appel à la vigilance de chacun sur l’utilisation de la ressource en eau dans les bassins-versants concernés.

14 Juin 2017

Par Dominique Monnier, mardi 13 juin 2017 à 20:36 :: Informations cantonales

Montreuil Bellay
L’accueil de loisirs intercommunal du Centre social et culturel Roland-Charrier est ouvert aux enfants de 2-12 ans du 10 juillet au 1er septembre (fermé le 14 août).
Cet été, le thème porte sur « la Tour Eiffel a des ailes » et part en voyage dans différents pays : Espagne, Italie, Tahiti, Portugal, Angleterre, Brésil.
Les inscriptions auront lieu au Centre social et culturel mercredi 21 juin de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h 30 et jeudi 22 juin de 9 h à 19 h.

Le Puy Notre Dame



Buanderie et classe enfantine de l'école Saint Louis



L'école Saint Louis

511 et 512èmes cartes postales sur le site de collection de la commune Ponot de cœur
Pour accéder faire sur internet : http://ponotdecoeur.blogspot.fr/

Brézé

La traditionnelle randonnée la Brézéenne, organisée par le BOL cyclo-marche, a eu lieu dimanche.
Sous le soleil, les participants se sont lancés sur les différents parcours proposés par le club à travers le patrimoine de la commune.
À l’arrivée, tout le monde se disait ravi malgré la chaleur.
« Nous avons eu 103 cyclos, 140 marcheurs, 122 vététistes.
Ce sont les marcheurs qui ont le plus souffert, nous l’avons vu à l’arrivée » indique le président Auguste Lecerf, déplorant la faible participation de Saumur.
« Pour les cyclos, nous avons les clubs de Loudun, Les Rosiers-sur-Loire, Mazé, Somloire, Brézé mais très peu de participants du Club des cyclotouristes saumurois.
C’est un peu dommage, surtout que nous, petit club, nous essayons toujours d’être présents à leurs manifestations ».

Antoigné

Le dernier conseil d’école de l’année s’est déroulé jeudi. Fabien Pinson, directeur, qui reste en poste pour la prochaine rentrée, tout comme sa collègue, a informé que « le maire a annoncé le maintien en l’état de l’organisation des Temps d’activités périscolaires (TAP), seuls les jours où sont fixées les activités peuvent interchanger en fonction des écoles de Montreuil-Bellay.
La directrice des TAP, Mandy Gonçalves, a annoncé son départ, le recrutement d’une nouvelle directrice ou d’un nouveau directeur est donc à prévoir ».
Les effectifs sont stables avec 50 élèves inscrits à ce jour.
À noter que le projet de jardin intergénérationnel s’est bien mis en place, grâce notamment à l’implication de tous : parents d’élèves, municipalité, enseignants et élèves ainsi que des habitants qui petit à petit s’intègrent à cette aventure. Une liaison a même été établie avec une école de Madagascar.

L’inauguration officielle du jardin, en présence de tous les acteurs du Pot ’âgé, est programmée ce samedi 17 juin à 11 h : les habitants sont tous conviés.

Quant à la fête de l’école, elle aura lieu le 2 juillet à 14 h.

13 Juin 2017

Par Dominique Monnier, lundi 12 juin 2017 à 20:40 :: Informations cantonales

COMMUNES DU PUY NOTRE DAME ET VAUDELNAY+





L'HISTOIRE DU JOUR

Qu'est-ce qu'un Bloc mucilagineux à effet soustractif ?
Le pire, c’est que c’est complètement vrai !

L’éducation nationale fait des progrès dans la transmission de la langue française !!!........
Bloc mucilagineux à effet soustractif »...cela veut dire quoi?
Il est vrai que les femmes de ménage étaient devenues des « techniciennes de surface » et les aveugles des « non-voyants », et les sourds depuis longtemps des malentendants
Pour suivre à la lettre nos nouveaux enseignements...
Voilà qui devrait ravir les amoureux de la langue Française...
Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, il ne s'agit pas d'une "évolution de la langue", mais de "prospective positive modernisée d'un mode de communication oral... !
Déjà cet été, j’ai adoré les campings qui ne veulent plus qu’on les appelle campings parce que ça suscite instantanément dans l’esprit des gens l’image de Franck Dubosc en moule-boules ou de Roger et Ginette à l’apéro avec casquette Ricard et claquettes Adidas.
Donc les professionnels de la branche demandent que l’on dise désormais « hôtellerie en plein air
Ha ha, ça change tout !!!
J’ai aussi appris que je n’étais pas petite mais « de taille modeste » et qu’un nain était une « personne à verticalité contrariée ».%% Si, si !%% Mais rendons à César ce qui lui appartient, l’empereur du genre reste le milieu scolaire et ses pédagos à gogo.
J’étais déjà tombée de ma chaise pendant une soirée de parents quand la maîtresse a écrit sur le tableau que nos enfants allaient apprendre à manier « l’outil scripteur » au lieu de tenir un crayon.
Je me suis habituée au fait que les rédactions sont des « productions écrites », les sorties en groupe des « sorties de cohésion »
et les élèves en difficultés ou en situation de handicap des « Ã©lèves à besoins éducatifs spécifiques».
Mais cette année, sans discussion aucune, la palme est attribuée au Conseil supérieur des programmes en France et à sa réforme du collège.
Z’êtes prêts ?... Allons-y.
Donc, demain l’élève n’apprendra plus à écrire mais à « maitriser le geste graphomoteur et automatiser progressivement le tracé normé des lettres ».
Il n’y aura plus de dictée, mais une « vigilance orthographique ».
Quand un élève aura un problème on tentera une « remédiation ».
Mais curieusement le meilleur est pour la gym
Oups pardon !!! pour l’EPS (Education physique et sportive).
Attention, on s’accroche :
courir c’est « créer de la vitesse »,
nager en piscine c’est « se déplacer dans un milieu aquatique profond standardisé et traverser l’eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête »,
et le badminton est une « activité duelle médiée par un volant ».
Ah ! C’est du sportif, j’avais prévenu !...
Les précieuses ridicules de Molière, à côté, c’est de l’urine de jeune félidé (je n’ose pas dire du pipi de chat).
Alors, les amis, ne perdons pas ce merveilleux sens du burlesque et inventons une nouvelle catégorie :
la « personne en cessation d’intelligence », autrement dit, le con.
Signé
Martine Meunier, mère d’une élève.
Ah ! non, re-pardon
Martine Meunier «génitrice d’une apprenante ».
Ben oui,
un "outil scripteur", c'est un stylo,
un "référentiel bondissant", c'est un ballon,
et, pour finir et revenir à l’objet de ce courriel,
un "bloc mucilagineux à effet soustractif", c'est une gomme !
Je pense que les "zzzélites" qui ont inventé de telles conneries n’en resteront pas là avant d’être tous en hôpital psychiatrique pour,
voyons, voyons
ah ! oui j’y suis : « remédiation de cessation d’intelligence

COMMUNE DE BREZE

L’inauguration du jeu de pétanque et de l’aire de jeux a eu lieu vendredi, en présence des habitants.
« Tout a été fait sur le plan communal.
Nous avons lancé ces travaux en janvier-février, explique le maire André Niort.
Je me suis aperçu, par des contacts amicaux, que certains joueurs se déplaçaient très loin pour jouer à la pétanque.
Et tout cela à un moindre coût et à la suite d’une demande.
J’espère que d’ici à deux ans, un club de pétanque verra le jour. J’adhérerai ».
Vendredi était aussi l’occasion d’inaugurer l’aire de jeux pour les enfants, près du parking.
Sur cette esplanade, des jeux, une table, une table de ping-pong.
« Dès le lendemain de la pose, mercredi, des marcheurs ont déjeuné sur la table, d’autres ont joué au ping-pong.
Tout a été effectué par les employés communaux ». Le coût n’a pas excédé 5 000 €.

COMMUNE DE MONTREUIL BELLAY+

Cette semaine, les scolaires peuvent profiter d’une initiation de deux heures, aux arts du collectif Artiflo.
Ce collectif, créé lors d’une rencontre à la fête Saint-Flo (lire CO de dimanche), s’implique bénévolement et fournit les matériaux nécessaires.
Lundi matin, les CP/CE1 et CE2 de l’école de Méron se sont initiés à la sculpture et à l’Aquarelle.
Josiane Cantin, sculpteur, explique aux enfants, très attentifs, les techniques de modelage.
« Le thème proposé est : l’animal.
Cependant, les enfants laissent parler leur imagination.
Nous avons des princesses, des monstres. Les animaux ont évolué.
Les enfants commencent leur création à plat. Ensuite, ils découvrent le volume et la trois dimension. »
Sylvie Marrot, aquarelliste, détaille la tenue du pinceau et les mélanges de couleur.
Les enfants écoutent et reproduisent le modèle défini. Chacun y va de sa touche pour finaliser son aquarelle. D’autres profiteront de ces initiations.
Les parents pourront venir découvrir les œuvres des enfants qui seront exposées jusqu’à vendredi soir.
Ensuite, les sculptures et peintures signées, seront restituées à leur créateur.

Jocelyne Martin, conseillère municipale, fait un point sur la ZI de Méron en soulignant qu’il faut « tenir les engagements pris en 2013 et aller au bout ».
A la suite des propos tenus lors du conseil municipal du 12 mai, Jocelyne Martin, conseillère municipale de l’opposition, tient à faire un point sur la zone industrielle de Méron.
Elle revient plus particulièrement sur les propos du maire où il parle d’un manque de concertation sur le dossier de la ZI.
Tout d’abord, un retour sur la genèse de la ZI.
Jocelyne Martin : « Dans les années 50, les Américains achètent et aménagent les 200 ha du camp pour stocker du matériel de transmission.
Ils embauchent près de 1 300 salariés civils.
Quand les Américains sont partis, s’est posée la question du devenir de cet espace.
Comment peut-on redévelopper l’emploi ?
C’était une volonté d’Edgard Pisani, alors maire de Montreuil-Bellay, et de Paul Loupias, sachant que dans les années 67, il y a eu le rapprochement de Montreuil-Méron.
Le développement engagé s’est bien poursuivi jusque dans les années 2010 avec déjà, la prise en compte de l’intérêt environnemental.
« En 1998, une étude environnementale avait débouché sur une charte de développement durable signée par les partenaires locaux .
En 2000, on constate que la capacité à accompagner le développement de la zone industrielle ne pouvait se limiter à une politique cantonale.
Les limites du développement étaient atteintes.
D’autres partenariats, la prise en compte d’une politique conduite sur un territoire plus large était à construire.
A ce moment-là, il y a eu le transfert de la compétence économique, suite de la création de la communauté d’agglo.
La volonté de développer cette zone passait aussi par la mise en valeur du ferroutage.
« En 2009, la charte de développement durable arrivait à son terme et devait être repensée.
Cette concertation s’est poursuivie au-delà, avec le lancement d’une étude naturaliste.
Près d’une vingtaine de réunions se sont tenues entre avril 2010 et septembre 2011, auxquelles ont participé les acteurs locaux concernés : Etat, PNR, Sodemel, Agglo, Dreal, DDT, Conservatoire botanique de Brest, LPO, Sauvegarde de l’Anjou, Agence de développement…
Un dossier largement accompagné par le PNR. »
Comment peut-on dire qu’il n’y a pas eu concertation ? Sur quels éléments s’appuie le maire pour tenir ces propos ?
« Toute cette concertation a permis d’arriver à un accord ; il faut continuer à entretenir cette concertation et s’engager pour aboutir à la création d’une réserve naturelle régionale.
Les engagements qui ont été pris en 2013, il faut les tenir et aller au bout, il y a des espaces de concertation à mettre en place.
La seule façon d’avancer est de concilier l’économique et l’environnemental.
Cette concertation a existé et elle est à poursuivre aujourd’hui si l’on veut que les choses avancent.
Les décisions actées dans les arrêtés préfectoral et ministériel doivent être tenues.
On ne peut à la fois se plaindre de la situation actuelle, la déplorer et l’avoir provoquée.
Des engagements ont été pris, ils sont à tenir pour permettre le développement attendu depuis trop d’années. »
Jocelyne Martin précise aussi que deux arrêtés ont été pris début 2013 : un départemental sur la flore et un national sur la faune qui soulignent les conditions de développement de la zone tout en préservant les espaces naturels.
Des dossiers d’entreprises sont étudiés dans le même temps : Euramax, Veg’Extra, pour permettre leur développement.
« Un engagement est pris dans ces arrêtés par l’Agglo de faire une demande de classement en réserve naturelle régionale (50 ha dans la ZI et 70 ha à l’extérieur). »

Le collectif ArtiFlo a accroché ses œuvres sur les murs de l’Hôpital Saint-Jean.
Le vernissage de l’exposition se déroulait vendredi.
Quatre artistes féminines présentent leurs œuvres du 10 juin au 18 juin.
La mairie met gracieusement cette salle à la disposition des artistes et offre le vernissage.
Des œuvres différentes plus ou moins décalées sont le fruit du travail de ces artistes.
Très disponibles, elles se font un plaisir d’expliquer leurs créations aux néophytes.
Afin de faire partager leur passion et de sensibiliser les enfants à l’art, ces artistes travailleront avec les scolaires dans la semaine.
Ainsi, ils pourront à leur tour découvrir le travail de « la matière ».
Entrée gratuite, du mercredi au vendredi de 14 h 30 à 18 h 30, les samedis de 10 h 30 à 19 heures, et les dimanches à partir de 10 h 30 à

L’Hôpital participe au circuit Art et Chapelle
Restauré et finalisé, l’Hôpital Saint-Jean revit.
Un parquet a été installé à l’intérieur, et la voirie de Montreuil-Bellay a permis une ouverture complète sur ce magnifique bâtiment.
« La ville de Montreuil-Bellay a repris le planning des expositions », précise Anne Clasquin.
Onze expositions d’artistes locaux seront proposées aux Montreuillais, durant toute la saison estivale.
« Notre objectif est de faire tourner les artistes » reprend Anne Clasquin.
Cette année, Art et Chapelle a décidé de poser ses valises à l’Hôpital Saint-Jean.
C’est un bel hommage à cet édifice.
Ce dispositif investit six chapelles avec six artistes différents, et chaque artiste crée une œuvre in situe pour un lieu spécifique.
Pour des raisons techniques, ces œuvres doivent être installées en amont.
Par conséquent, cette exposition Art et Chapelle sera ouverte aux scolaires au mois de juin.
Vendredi 23 juin, Laurent Verheyde fera son tout premier vernissage.
Cet artiste sculpteur plasticien exposera des « moulages de visages ».
Cette exposition sera ouverte du samedi 24 juin au dimanche 2 juillet.

12 Juin 2017

Par Dominique Monnier, samedi 10 juin 2017 à 20:51 :: Informations cantonales

ELECTIONS LEGISLATIVES DE SAUMUR SUD

Inscrits : 74275
Abstentions : 35342 soit 47.58%
Votants : 38.933 soit 52.42%
Blancs : 677
Nuls : 268
Exprimés 37988
Saint Paul :14.196
Touron 6937
Merlaud 4744
Moreau 3451
Jamin 2138
Baba 1895
Cardet 1324
Daviaud 836

VITICULTURE



Une belle récompense pour ce domaine du Puy Notre Dame, passée sous silence pour l'instant, et pour lequel j'ai le plaisir de reprendre un article découvert sur Facebook
Le Domaine de la Paleine est très fier d'avoir remporté cette année la Médaille Bourge , que nous avions reçue il y a quelques années pour notre sélection parcellaire :
Moulin des Quints en Saumur Puy-Notre-Dame .
Cette fois la médaille Bourge a été décernée à notre Saumur Rouge 2016 "Cuvée du Moulin" qui avait obtenu une médaille d'or à l'occasion du dernier Concours des Vins de Saumur .
Rappelons que la médaille Bourge qui est octroyée chaque année est la médaille des médailles d'or du Concours des Vins de Saumur .
Alex Bourge , qui était architecte de la Ville de Saumur a été interné pendant la seconde Guerre Mondiale au camp de Buchenwald .
Dans des conditions de vie terribles , il y rencontre Marcel Michelin avec qui il devient ami .
Pour faire face à leurs terribles conditions de détention , les deux amis parlent beaucoup de gastronomie .
À la Libération , Marcel Michelin créera le Guide qui porte son nom et Alex Bourge créera le Club des Gastronomes .
C'est en son honneur que cette médaille est décernée et nous sommes très fiers d'avoir obtenu cette distinction !
Félicitations à toute l'équipe du Domaine pour ce beau succès !

COMMUNE DU PUY NOTRE DAME



Le début de la soirée en attendant le gros du public

Très belle soirée de musique organisée hier soir dans la rue de la Collégiale
Des bénévoles ont participé aux buvettes , restauration, réalisation de fouées en attendant le passage de deux groupes musicaux
Les batteries ont résonné tard dans cette belle nuit du samedi au dimanche avec succès
Une fête réussie



Les ponots n'ont pas hésité à soutenir les organisateurs

Félicitations aux organisateurs qui n'ont laissé aucune trace ce dimanche matin pour permettre un passage à la circulation
Personne ne peut aujourd'hui se douter de l'animation de la soirée



Le populaire Monsieur Fouée du Puy

COMMUNE DE BROSSAY

Les Voltigeurs saumurois participaient, avec la Vendée, la Loire-Atlantique et le Maine-et-Loire au concours fédéral de Chaumont, distant de 420 km.
Les 2 623 pigeons du concours furent lâchés à 6 h 30 par beau temps.
Chez les Voltigeurs, ce fut le président, Jean-Claude Laville qui s’imposa.

Résultats :
1er : Jean-Claude Laville à la vitesse de 1 070,113 mètres par minute
2e : Gérard Gaultier à 1 059,498 m/mm
3e : Jean-Claude Moriceau à 922,568 m/mm
4e : Michelle Mallard à 653,748 m/mm
5e : Laurent Gauchet à 548,55 m/mm

10 Juin 2017

Par Dominique Monnier, mercredi 7 juin 2017 à 07:04 :: Informations cantonales

Lu sur le Courrier de l'Ouest

COMMUNE DE MONTREUIL BELLAY

La Légion d’honneur remise le 1er juillet à Paul Loupias

Paul Loupias, qui fut maire de Montreuil-Bellay de 1989 à avril 2010, et inspecteur principal de l’enseignement agricole, a été fait chevalier de la Légion d’honneur en avril dernier, lors de la promotion de Pâques.
Il recevra sa distinction le samedi 1er juillet prochain au lycée agricole de Montreuil-Bellay, des mains d’Hervé Savy, doyen honoraire de l’Inspection de l’enseignement agricole et lui-même chevalier de la Légion d’honneur.



AUX AMATEURS DE COURSE
«12 heures d’effort, de souffrance»
Daniel Coutin, jeune retraité, a voulu relever le défi des 100 km à 61 ans.

A l’instar de Ghislain Dabin et Nadine Gourdon de la section locale de Vihiers, Daniel Coutin licencié au RCD Athlétisme depuis cinq ans, a participé aux 100 km de Chavagnes-en-Paillers (Vendée), le samedi 27 mai. Côtoyant beaucoup de jeunes coureurs, il a voulu démontrer qu’il pouvait relever le défi des 100 km à 61 ans. Il revient sur son parcours.

Quel est votre parcours en tant que coureur ?

Daniel Coutin : « Je suis un jeune retraité depuis le 1er juillet 2016 et je cours depuis une trentaine d’années. Après avoir commencé par des 10 et des 20 km, j’ai logiquement emboîté le pas sur le marathon, 42,195 km, vers 40 ans. L’idée de titiller une distance plus grande a alors mûri. C’est en 1998 que je me suis lancé sur mon premier 100 km. Cinq autres ont suivi jusqu’en 2006 ».

Quelle préparation avez-vous suivi pour cette course ?

« Après une préparation pour le marathon de Barcelone en mars, suivi du marathon de la Loire à Saumur en avril, l’entraînement pour la grande course s’est poursuivi chaque semaine à raison de 10 heures à 10 h 30 par semaine soit plus de 1 000 km au total ».

Comment s’est déroulée votre course ?

« Nous étions 210 coureurs au départ ce samedi 27 mai à 5 heures du matin. Malgré des douleurs aux jambes dès le 20e km et grâce au soutien de ma famille et des coureurs du club mais surtout grâce au soutien sans faille de mon épouse Gigi qui m’a accompagné toute la journée en vélo, j’ai franchi la ligne d’arrivée après 12 heures et 13 minutes d’effort et de souffrance. J’ai terminé 6e de ma catégorie d’âge. 134 coureurs sont arrivés au bout. Un bon tiers ayant abonné la course notamment à cause de la chaleur étouffante qui a régné tout au long de la journée ».

Si vous aviez des conseils à donner à une personne qui se lance dans la course à pied, quels seraient-ils ?

« Si je pouvais donner un conseil aux jeunes ou aux autres personnes désirant se mettre à la course à pied, c’est de croire que tout est possible. Il faut commencer doucement et écouter son corps. Il faut savoir s’arrêter à temps si l’on est blessé et ne pas brûler les étapes. L’assiduité et la régularité feront le reste ».

6 Juin 2017

Par Dominique Monnier, lundi 5 juin 2017 à 18:25 :: Informations cantonales

Lu sur le Courrier de l'Ouest

Commune du Puy Notre Dame

Les vignerons de l’appellation saumur-puy-notre-dame ont laissé s’envoler le millésime 2016.
Pour marquer le coup, ils conviaient dimanche à pique-niquer autour de leur vin.
Le parc ombragé de la mairie du Puy-Notre-Dame s’est transformé en salon vinicole de plein air dimanche midi.
Une trentaine de pique-niqueurs a pris place sur les tables dressées par les vignerons, d’autres préférant déplier la nappe sur l’herbe.
Des barriques disposées par une quinzaine de vignerons de l’appellation Saumur Puy Notre-Dame ont fait office de bar de dégustation même la cave Robert & Marcel y présentait la production de ses coopérateurs.
L’idée était de lancer le dernier millésime, celui de 2016, tout juste sorti de maturation.

Visite Å“notouristique

Pour Guillaume Reynouard, le président fraîchement élu à la tête des 35 producteurs de cette jeune appellation, « c’est là un moyen de dire qu’on bouge et de dire qu’on existe.
Offrir un canon à ceux qui viennent avec leur pique-nique est une belle façon de faire vivre cette appellation.
L’idée en revient à Philippe Elliau, le précédent président.
Elle se complétera par une visite œnotouristique qu’on proposera chaque vendredi matin à partir du 16 juin et jusqu’en septembre.
Elle vient également compléter la journée qu’on organise en septembre à l’intention des cavistes et professionnels pour leur faire connaître nos vins ».
Le premier millésime de cette appellation remonte à 2008.
Elle totalise autour de 2 500 hectolitres par an pour un vin qui puise ses spécificités dans un cahier des charges encore plus restrictif que celui des autres appellations de l’Anjou-Saumur.
Il impose ainsi de ne pas dépasser 50 hectolitres de récolte par hectare.
Le désherbage chimique est interdit et ne peut jamais être intégral.
L’élevage du vin est au moins de huit mois…
Toutes ces caractéristiques méritaient bien ce moment d’échange avec un public qui était surtout local.
Pour la seconde édition, l’an prochain, la communication sera plus intense pour aller au-delà de ce cercle déjà conquis.

L’Association des randonneurs de Montreuil-Bellay, présidé par Jean-Michel Adam, a souhaité mettre à l’honneur deux associations humanitaires : Un Bouchon pour un voyage et les Dragonnes ladies, et leur apporter un soutien financier. Ces dons sont possibles grâce à la randonnée annuelle, organisée en octobre, qui a de nouveau mobilisé, comme l’évoque Jean-Michel Adam. Nicolas Thellier

Commune de Montreuil Bellay

Randonnée
Chaque mois d'octobre, la randonnée de la commune connaît un succès qui ne se dément pas
Le succès est toujours au rendez vous
L'édition 2016 a vu une fréquentation de 1655 randonneurs avec 442 repas du soir servis
Jean Michel Adam, le président organisateur, peut être satisfait lui qui il y a peu d'années envisageait de dépasser le seuil des 1000 participants
En réalité en 2005, c'est à dire il y a 11 ans la rando a commencé à 400 personnes
Quelle progression!
Il faut préciser que quinze à vingt bénévoles travaillent sur le projet toute l’année et mobilise plus de cent bénévoles le jour J « Nous souhaitons mettre des associations du secteur à l’honneur. L’an dernier, notre choix s’était porté sur l’association pour le syndrome de Prader Willi, une maladie génétique rare qui atteint environ un nouveau né sur 20 000 et demande un accompagnement des malades. Nous avions aussi choisi l’association Arc-en-ciel qui réalise les rêves des enfants malades. Cette année, nous avons retenu les associations Un bouchon pour un voyage et les Dragonnes ladies ».
« La randonnée se déroulera, comme chaque année, le premier dimanche du mois d’octobre.
La participation sera fixée cette année à 8 € par personne.
Trois parcours seront proposés et un petit circuit « annexe » sera établi autour du Château de la Salle, afin de permettre aux randonneurs de visiter le parc de ce Château et ses alentours. »

L’Amicale photo de Montreuil-Bellay
Nouvelle présidente de l’Amicale photo de Montreuil-Bellay, Christine Fleutry souhaite redynamiser cette structure qui rassemble des photographes amateurs.
« L’Amicale photo de Montreuil-Bellay a vu le jour dans les années 1980, puis est un peu tombée dans l’oubli.
Elle a redémarré en 1993.
Aujourd’hui, nous avons 17 adhérents, qui sont des photographes amateurs, possédant de bons matériels.
Notre but est de regrouper, lors de rencontres amicales, des photographes amateurs désireux de créer, de promouvoir et de diffuser une image photographique de qualité. »
« Lors de nos réunions bimensuelles, nous travaillons ensemble sur les réglages photo, l’utilisation optimale de l’appareil, le travail en studio, le matériel à utiliser…
En début d’année, nous choisissons aussi le thème de l’exposition annuelle. « Le contre jour » était le thème de l’an passé. »
« Notre projet actuel est l’exposition qui se déroulera du vendredi 9 au dimanche 11 juin, de 15 heures à 18 h 30, au Prieuré des Nobis à Montreuil. Le vernissage aura lieu mercredi 7 juin à 18 h 30. Cette année, le thème choisi est « En route et en chemin ». Nous exposerons une centaine de photographies. »

5 Juin 2017

Par Dominique Monnier, lundi 5 juin 2017 à 06:44 :: Informations cantonales

Commune du Puy Notre Dame

Consultations médicales
Afin de répondre aux attentes, notamment des patients ne pouvant pas se déplacer, le Dr Frédéric Delavigne, médecin généraliste, consultera trois après-midi par semaine dans la commune.
La commune du Puy-Notre-Dame était dépourvue de médecin généraliste, après le départ à la retraite du Dr Jean-Luc Claeys, en mars dernier.
A partir du mardi 6 juin, le Dr Frédéric Delavigne accueillera les patients, sur rendez-vous, dans un local mis à sa disposition par la municipalité.

Quelles sont vos responsabilités actuelles ?

Dr Frédéric Delavigne : « Je suis médecin généraliste à Nueil-sur-Layon depuis 1994.
Je suis également médecin coordonnateur à l’Hôpital local de Doué-la-Fontaine, consultant au SSR des Récollets (Soins de suite et de réadaptation).
Je prends également en charge des patients à la maison de retraite La Pensée du Layon à Nueil-sur-Layon et à la Résidence du Petit-Bois à Doué-la-Fontaine.
Et je vais désormais assurer des consultations au Puy-Notre-Dame. »

Quelles raisons vous ont décidé à proposer des consultations dans la commune ?

« Le médecin qui était en poste depuis 42 ans, au Puy-Notre-Dame, le Docteur Jean-Luc Claeys, a pris sa retraite.
Du fait de la proximité des deux communes, et sur le conseil de mon confrère, une partie de ses patients est venue en consultation à mon cabinet de Nueil-sur-Layon.
En outre, j’effectue déjà des visites à domicile pour les patients qui ont des difficultés à se déplacer et en cas d’urgence. »

Cela répond-il à une demande de la municipalité ?

« La municipalité du Puy-Notre-Dame a rapidement pris contact avec moi pour savoir si je serai disposé à venir consulter dans la commune.
Après cette sollicitation, j’ai effectué une demande auprès du Conseil de l’Ordre des médecins, qui a donné son accord.
Cependant, en aucun cas, je n’abandonnerai mes responsabilités antérieures ni mes patients de Nueil-sur-Layon. »

Quelles seront les modalités pour obtenir une consultation ?

« J’assurerai des consultations trois après-midi dans la semaine : le lundi, le mardi et le mercredi, dans le bâtiment de l’ancienne Poste, mis à disposition et aménagé par la commune (lire par ailleurs). Les patients qui désireront s’y rendre devront prendre rendez-vous au préalable, auprès de mon cabinet de Nueil-sur-Layon. »

A partir de demain, le Dr Frédéric Delavigne assurera des consultations, trois après-midi par semaine, dans le bâtiment de l’ancienne Poste.
C’est une réelle reconversion pour cet immeuble qui, après la fermeture du bureau de Poste, était devenu le refuge des randonneurs, sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Afin d’accueillir les consultations médicales, le bâtiment, idéalement situé au cœur de la commune, au pied de la Collégiale, a été transformé.
Tous les paramètres sont réunis pour que l’accueil des patients se fasse dans des conditions optimales.
Les locaux ont été repeints et insonorisé, afin de respecter la confidentialité entre la salle d’attente et le cabinet médical.
Quant au refuge des randonneurs, il demeure dans ce bâtiment, mais émigre au premier étage.

4 Juin 2017

Par Dominique Monnier, dimanche 4 juin 2017 à 07:15 :: Informations cantonales

Puy Notre Dame



L’association Canyon and Co, dont le siège social est situé au Puy-Notre-Dame, a tenu sa dernière assemblée générale sur le site de Sierra de Guara, en Espagne, où a débuté l’aventure, voilà 17 ans.
Le siège de l’association Canyon and Co se situe au Puy-Notre-Dame et, chaque année, de nombreux adeptes viennent grossir le nombre des adhérents.
Et il est à noter que les femmes rejoignent de plus en plus le groupe, qui était jusqu’alors masculin.
Toutes et tous partagent une même passion : celle du canyoning.
Il est certain que les canyons sont rares dans le secteur, et les membres de l’association n’assurent, au Puy-Notre-Dame, que leur préparation physique.
Ils entretiennent leur musculation et travaillent leurs performances sportives, avant d’évoluer dans les canyons.

« Chacun a pu s’adonner à sa passion »

La pratique de la discipline se déroule sur des terrains de circonstance, notamment en Espagne, et plus particulièrement en Sierra de Guara, où les adhérents de l’association se lancent à l’assaut des canyons.
« Pour sa 17e année d’existence, l’association Canyon and Co a vu les choses en grand, pour son assemblée générale.
Le projet était calé depuis plus d’un an et consistait à rassembler tous les adhérents là ou tout a commencé, il y a 17 ans », commente Benoît Monnier, le président de l’association.

Les adhérents ont donc été conviés à se retourner en Sierra de Guara, en Espagne, afin de partager, outre l’assemblée générale, deux journées de canyoning dans la bonne humeur.
« L’endroit, aussi magnifique qu’il est, est également propice à la pratique du canyoning pour tous.
Le niveau était différent entre les 25 adhérents qui ont participé à ce week-end.
Sous un soleil chaud et printanier, chacun a pu s’adonner à sa passion, et l’initiative fut une réussite complète », souligne Benoît Monnier.
En compagnie de leurs amis et guides de canyoning espagnols, les membres de l’équipe de Canyon and Co ont vécu 48 heures de bonheur.

L’assemblée générale a permis de revenir sur les activités de l’année 2016 et d’évoquer le projet de cette année, qui sera la découverte des canyons de l’île de Madère.
Le bilan financier témoigne de la bonne gestion de l’association.
Le bureau, quant à lui, a été réélu.
Le président Benoit Monnier est assisté d’un secrétaire, Arnaud Monnier et d’un trésorier, Morgan Cartier.

Viticulture

Ingénieurs de formation, Pauline Mourrain et Laurent Troubat se tournent aujourd’hui vers la viticulture.
Ces néo-vignerons ont créé leur domaine.
Un vent de jeunesse souffle sur les vignes ponotes.
Les viticulteurs, très nombreux au Puy-Notre-Dame, cessent progressivement leur activité en partant à la retraite, et transmettent le fruit de leur passion à des néo-vignerons.
Ainsi, Pauline Mourrain et Laurent Troubat viennent de s’installer dans un vignoble du Puy-Notre-Dame.
Pourtant, au départ de leurs études, rien ne laissait pressentir un tel parcours professionnel.
Le chai est situé sur la route de Saint-Macaire-du-Bois juste en sortie du Puy-Notre-Dame.
L’opportunité leur a été donnée par Françoise et Philippe Gourdon, vignerons au Château de la Tour Grise, qui, cessant leur activité, leur ont loué une parcelle de 4 ha.
Ainsi est né le domaine l’Austral, dont le chai est situé sur la route de Saint-Macaire-du-Bois, juste au sortir de la commune du Puy-Notre-Dame.

Le jeune couple, installé en 2016, a déjà remporté un concours. Pour les aider dans la filière viticole, Pauline et Laurent bénéficient de l’appui du collectif des vignerons du Puy-Notre-Dame et de Philippe Gourdon. Ils sont certifiés bio et produisent différents crus - leur production avoisinera les 14 000 bouteilles par an -, dont un pétillant naturel baptisé « Jolie brise » (vent de force 4), relatif à la passion de Laurent Troubat pour la voile. « Sur l’échelle de Beaufort, les fines bulles sont à jolie brise ce que l’écume est à la mer », précise ce dernier.

Originaire de Bretagne, Pauline Mourrain (30 ans) s’est découvert une véritable passion pour la viticulture et l’a transmise à son compagnon, Laurent Troubat : « Nous nous sommes rencontrés en 2008 à l’INSA (N.D.L.R. : Institut national des sciences appliquées) de Strasbourg, alors que nous poursuivions nos études d’ingénieurs. Diplômés en 2011, nous sommes partis en Australie afin de définir un projet de vie … La rencontre avec trois Å“nologues australiens nous a orientés sur la voie du vin ».

« Nous pouvons échanger sur nos pratiques »

De retour en France, Pauline a suivi des études d’œnologie à Dijon et obtenu un diplôme, avant de travailler dans différentes exploitations et notamment au domaine Mélaric au Puy-Notre-Dame. « Mélanie et Aymeric, vignerons de ce domaine, nous ont informés du souhait de Françoise et Phillippe Gourdon de transmettre des parcelles en location à des néo-vignerons. Nous avons saisi l’opportunité sur l’occasion et obtenu 4 ha de vignes menées en biodynamie depuis 20 ans », souligne Pauline.

Laurent Troubat (29 ans) est savoyard, passionné de ski et de voile qu’il a enseigné pendant ses études d’ingénieur. Il a créé en 2016, avec Pauline Mourrain, le domaine l’Austral, en relation avec l’Australie, pays où s’est concrétisée leur vocation de vignerons. « Cest un réel challenge qui s’ouvre à nous. Nous avons rencontré de jeunes vignerons qui partagent la même passion que nous. Nous pouvons échanger sur nos pratiques et bénéficions de l’expérience inégalable de Philippe Gourdon », précise Laurent.

« Ce concours nous a confortés »

Le couple a participé à un concours Vignerons et terroirs d’avenir. « Nous avons rédigé un business plan qui nous a permis d’être sélectionnés et de pouvoir défendre notre projet à l’oral à Montpellier. Il a été évalué comme étant hors cadre familial, qualitatif et aventurier. Nous avons pu bénéficier d’un film, mettant en valeur le terroir du Puy-Notre-Dame et la dynamique des néo-vignerons qui se met actuellement en place. Nous avons bénéficié d’une aide financière et surtout de l’apport de conseils de professionnels ainsi que l’accès à la filière viticole. Ce concours nous a confortés dans notre projet de vie et nous a donné confiance en nous », termine Laurent Troubat.

Aujourd’hui, le couple de néo-vignerons cherche à acquérir 4 ha supplémentaires, car la superficie actuelle ne permet pas de faire vivre deux personnes sur le domaine.

Contact : Pauline Mourrain, domaine l’Austral au Puy-Notre-Dame au 06 20 63 07 34.

Montreuil Bellay

Le service civique,
une opportunité pour les jeunes

La loi du 10 mars 2010 a créé le dispositif du Service civique en France. Cet engagement, accessible aux jeunes de 16 à 25 ans, leur permet d’effectuer cette mission dans les associations de loi 1901, et agréées par la Direction de la cohésion sociale.

Missionnés par l’Etat dans neuf domaines d’intervention jugés prioritaires (culture et loisirs, développement international et action humanitaire, éducation pour tous, environnement, intervention d’urgence en cas de crise, mémoire et citoyenneté, santé, solidarité et sport), les jeunes peuvent saisir l’opportunité de servir les valeurs de la République et de s’engager dans un projet collectif en effectuant une mission d’intérêt général.

Près de 30 jeunes ont déjà profité des missions confiées par la Maison familiale rurale (MFR) « La Rousselière » de Montreuil-Bellay, afin d’accompagner les élèves dans le cadre de leur scolarité. Ces jeunes, diplômés ou non, peuvent également acquérir une première expérience dans le cadre de ces missions. Ils sont séduits par le contact avec les étudiants.

Les volontaires, indemnisés par l’Etat, peuvent également profiter de sorties professionnelles pour visiter les entreprises du territoire mais aussi bénéficier de voyages en Europe organisés par le Centre de formation des apprentis (CFA) de l’établissement. Ces expériences acquises durant ces missions contribuent à un enrichissement personnel et leur permettent de réfléchir sur l’avenir de leur parcours professionnel.

Huit places disponibles

Ce dispositif est ouvert aux ressortissants européens. Ainsi, la MFR de Montreuil-Bellay a accueilli de jeunes Espagnols. Tous ont pu découvrir des expériences de cultures européennes différentes. « Ces jeunes amènent un bonus auprès des élèves qui gagnent en confiance et en autonomie », souligne Anatole MIchaud, directeur de la MFR. Huit places sont encore disponibles pour effectuer des missions de huit mois à à partir de septembre prochain, à la MFR de Montreuil-Bellay.

Vaudelnay

L’assemblée générale du Centre social et culturel intercommunal Roland-Charrier de Montreuil-Bellay, s’est tenue mardi 30 mai, au foyer rural de Vaudelnay.

Jean-Marcel Supiot, maire de Vaudelnay, a présenté sa commune à une assistance composée des maires des communes de l’ex-canton de Montreuil-Bellay, de Jocelyne Martin, conseillère départementale et de Lionel Fleutry, président du syndicat intercommunal, ainsi que de nombreux adhérents et responsables d’activités proposées au sein de la structure.
Le président, Claude Boireau, a dressé le bilan financier 2016. « Le centre social fait preuve d’une bonne gestion et d’une bonne maîtrise.
Cette situation permet de voir l’avenir avec sérénité », a-t-il souligné.
Quentin Le Meur, commissaire aux comptes, remarque « qu’aucune anomalie n’a été détectée ».
Les comptes ont été approuvés.

Nouveau directeur

Le président Claude Boireau a aussi évoqué le projet social 2014-2017, qui arrive à échéance.
Le Centre social et culturel, qui a enregistré l’arrivée d’un nouveau directeur en la personne de Pascal Bouchard, va se pencher sur la préparation du prochain projet social 2018-2021.
Les directeurs ou directrices de chaque secteur d’activités ont présenté les différentes animations, et dans un premier temps celles de la petite enfance : Relais assistantes maternelles, multi-accueil, « avec une fréquentation quotidienne de 30 enfants âgés de 2 mois à 4 ans », les ateliers parents enfants, les activités communes à la Maison de l’Enfance, l’accueil de loisirs intercommunal et l’accueil périscolaire de Montreuil-Bellay.

« Le plus important »

Puis, dans un deuxième temps, ont été évoquées les activités en direction du secteur jeunesse : la ludothèque, les animations jeunesse, l’accompagnement des parents, la coordination du Projet éducatif territorial (PEDT), la prévention des conduites à risques et l’éducation à la santé.
Enfin, les actions collectives auprès des familles, telles les ateliers de co-réparation, le groupe bien vieillir, le yoga du rire, ont été exposées. « C’est le secteur qui a le plus grand développement avec une multitude d’activités seniors et une prise en charge par des bénévoles référents », note le président, qui a rappelé que « le Centre social et culturel Roland-Charrier, situé dans le milieu rural, est le centre social le plus important de tout le Maine-et-Loire. »