REVUE DE PRESSE LOCALE

Peu d'informations dans les journaux ce matin

A Brézé
Vendredi dernier les enfants de l’école Saint-Vincent et ont fêté carnaval déguisés en chevaliers, pirates, clowns, fées et princesses… .
Ils ont défilé dans les rues du village accompagnés des enseignants déguisés et entourés de leurs parents.

A Saint Cyr en Bourg
Le même jour, la bibliothèque communale organisait sa soirée Duo.
Le conteur Jean Tharrault, attendait les enfants avec son violon et son répertoire d’histoires.
Les adultes, un peu plus nombreux, et grâce à la présence de Maryse Fautrat, bibliothécaire intercommunale pour le réseau des bibliothèques de l’Agglomération de Saumur, les échanges sur les ouvrages récents, les livres du Prix Cesam et autres coups de cœur ont été très enrichissants, chacun ayant pu s’exprimer librement.
L’assemblée générale de la bibliothèque aura lieu mardi 28 mars, à 20 heures, à la Maison des Associations.

A Montreuil Bellay
L’association de motards Melting Potes a réusi sa première fête irlandaise de la bière.
300 entrées payantes et le groupe de danse El Dorado a même proposé une initiation à la pratique du fest-noz.
Les Pink Ladys ont chauffé la salle avec du rock français avant l'entrée du groupe Acidité qui a bénéficié d'un succès apprécié
La salle de la Closerie est tout à fait adaptée pour de telles prestations.

Vu sur le Courrier de l'ouest
Parents, professeurs, médecins, enseignants, assistantes maternelles étaient réunis, vendredi 10 mars, à la salle de la Closerie, afin de suivre la conférence organisée par Planète enfance du Centre social et culturel intercommunal Roland-Charrier. Animée par Jean-François Laurent, « également écrivain sur la précocité intellectuelle, j’ai exercé pendant 30 ans dans l’Education nationale », confie-t-il, cette soirée fut un réel enrichissement.
L’ambition de Jean-François Laurent est de faire avancer la précocité intellectuelle sur une autre manière d’apprendre et d’accompagner l’enfant et de l’éduquer. Il demande une meilleure prise en compte des enfants précoces. « Je souhaite toucher un vaste public et je ne peux m’appuyer sur des valeurs de solidarité, si je ne suis pas moi-même solidaire du plus grand nombre », affirme-t-il.
Pour lui, une des caractéristiques de l’enfant précoce est le manque de confiance en soi. « Ce n’est pas dans notre culture et pour les parents, la première chose à faire avec des enfants précoces, est de leur donner confiance en eux. La confiance, cela se cultive tous les jours avec ses enfants et ceci ne peut se faire qu’en leur apportant beaucoup d’amour et de bienveillance. Leur donner de l’amour et de la confiance permet d’envoyer à leur cerveau leur D.O.S.E., c’est-à-dire dopamine, ocytocine, sérotonine, endorphine. Elle a pour effet de diminuer leur anxiété, d’augmenter la motivation, de favoriser le bien-être et la détente, ce qui amène la bienveillance ».
Le conférencier souligne que les précoces sont hypersensibles et que le cadre a autant d’importance que la bienveillance. Jean-François Laurent indique aussi comment s’y prendre avec les enfants précoces qui sont souvent en prise avec des tempêtes émotionnelles. « Il faut avoir un décodeur pour comprendre le comportement de ceux qui ressentent un sentiment d’injustice », a-t-il conclu.

ASSEMBLEE GENERALE DES ANCIENS MAIRES DE MAINE ET LOIRE



Une partie de l'assemblée

Elle s'est déroulée le 17 mars
Beaucoup de personnes ignorent son existence
L'objet de l'association est de se retrouver en toute amitié et d'intervenir dans les écoles pour expliquer la citoyenneté et le travail des mairies aux enfants
Elle a eu lieu à Villevêque en présence de 55 anciens maires sur les 118 qui adhèrent à l'association
Cette association est présidée par Annie Potier, ancienne élue de Souzay Champigny
Elle a ouvert l'assemblée en remerciant tous les présents ainsi que Gilles Samson Maire de Villevêque.
Elle a remercié particulièrement J.L. Davy , Président des Maires de Maine et Loire et indiqué que le Président Gillet du Conseil Départemental serait présent pour les débats.
Le Maire de Villevêque a ensuite présenté sa commune de 3000 habitants
C'est la commune la plus étendue de l’agglo avec 800 Ha de terres inondables, 30 exploitations agricoles : maraichères, horticoles, arboricoles et petits fruits.
340 élèves fréquentent les écoles
Sa commune était la ville de détente des Evêques d’Angers dès le 11ième Siècle (Manoir Episcopal) d’où le nom de Villevêque.
Ensuite, il fait présenter sa commune très touristique avec beaucoup d’activités touristiques et un fort patrimoine, sous forme de diaporama.
Le Président des Maires de Maine et Loire a ensuite félicite notre Assemblée et nous a remercié pour les action et réflexions que nous engageons chaque année.
Il a indiqué la révolution territoriale du Maine et Loire, soit au 1er Janvier 2017 : - 9 intercommunalités contre 30 au paravant et 186 Communes au lieu de 357 précédemment.ù
Michel Bordereau, le secrétaire a rappelé l’activité croissante de l’Association.



De gauche à droite:
Jean Luc Davy, président des Maires de Maine et Loire, Jean Louis Gascoin, vice président de l'association, Jeanne Behre/Robinson, directrice de la Chambre des Métiers de Maine et Loire, Annie Potier, président de l'association, Eric Groud, vice président régional de la chambre de commerce, Didier Legall, 1er Vice -Président du C.A. de l’Université d’Angers, Eric Groud, vive président régional de la chambre de commerce, Christian Gillet, président du Conseil Départemental, Gilles Samson, Maire de Villevêque

Manifestations 2016

Le C.A a organisé le 9 Juin 2016 la visite de la commune de Aubigné sur Layon avec la participation du Maire Pierre Robé- Cne 4 Fleurs- avec ensuite déjeuner au Domaine de Mihoudy ( Mr Cochard) et excellente dégustation.
Le repas annuel a eu lieu le 14 octobre 2016 dans le Saumurois avec la visite de l’Abbaye de Fontevrault et déjeuner au restaurant de La Croix Blanche.
Le C.A. a ensuite organisé au Conseil Départemental le 17 Novembre 2016 la Conférence sur l’eau : Qualité de l’eau-Environnement- Gestion et Distribution-Prévention des risques, animée par des agents de l’Etat et du Conseil Départemental.
D’autre part, J.L. Gascoin a été chargé de l’organisation de la réflexion sur le thème de notre A.G. d’aujourd’hui :
Comment l’Education et la Formation peuvent- elles répondre aux désirs de la jeunesse et aux besoins actuels et futurs ..
Nous nous sommes engagés avec l’Association des Maires de Maine et Loire dans la Marianne du civisme compte tenu des élections nationales.
Nous avons également décidé de faire un bulletin d’informations supplémentaires en juin qui sera envoyé en pièce attachée par Mail.
D. Monnier trésorier a présenté le Budget 2016

Rapport moral et d’orientation :
Annie Potier indique que nous n’avons pas eu d’actions tant dans le cadre de la Réserve citoyenne que dans les actions de l’émulation civique. Elle suggère une visite de la commune de Bourg d’Iré pour le 15 juin, Un bulletin de liaison sera envoyé fin juin. En octobre/novembre une conférence sur l’économie départementale sera également proposée.

A la suite de l'assemblée générale a eu lieu une table ronde et débat sur le thème 
« Comment l’Education et la Formation peuvent -elles répondre aux désirs de la jeunesse et aux besoins actuels et futurs »

J.L.Gascoin salue et présente les intervenants :



Les intervants de gauche à droite:
Eric Groud, vive président régional de la chambre de commerce, Jeanne Behre/Robinson, directrice de la Chambre des Métiers de Maine et Loire ,Yves Boiteau, rédacteur en Chef d’Anjou MAG, Didier Legall, 1er Vice -Président du C.A. de l’Université d’Angers, Jean Louis Gascoin, vice président de l'association

L’université c’est 28OOO étudiants- La chambre des Métiers 800 jeunes en CFA – La Chambre de Commerce et d’Industrie 3000 apprentis Le thème est un débat sur le savoir connaissance, le savoir Etre mais aussi sur les rêves et projets. Les lignes forces pour l’Université : C’est une volonté de professionnalisation- Meilleure réussite sur 3 ans avec les licences Pro, les IUT, les Masters ; avec des projets d’établissement pour l’insertion professionnelle..(I.P.).Quatre éléments à retenir dans les projets : Pluridisciplinaire- PluriPass ( projet alternatif pour s’orienter vers d’autres champs professionnels (langues, lettres, sciences )-Développer des séjours à l’étranger-Faire travailler les étudiants différemment avec des supports nouveaux ( (Internet….) Les lignes forces pour la Chambre des Métiers : Accompagner et réaliser l’employabilité- Faire tomber les barrières, les clichés sur les Patrons et les Salariés- Tenir compte des besoins économiques- Bien voir l’évolution des Métiers ( Ex le charcutier qui devient traiteur)- Travailler les savoir- faire. Les tendances actuelles : Individualisation des parcours- Faire des échanges à l’International- Accompagner des adultes 35- 40 ans qui changent complètement de métier. Ils ont de l’expérience, de la maturité. Ils ont une volonté, un désir, parfois une revanche à prendre, ce qui crée une émulation. Les lignes forces pour la Chambre de Commerce et d’Industrie : Eric Groud nous indique qu’il a réalisé un livre pour donner son témoignage et ses propositions. :, Nécessité d’aider les jeunes à s’orienter- L’apprentissage doit se transmettre par l’exemple et non les discours. Mettre les jeunes dans la motricité- Faire des têtes bien faites et non bien pleines. Nous avons le devoir d’allumer un feu , un désir – Développer la formation continue- Apprendre tout au long de la vie- Accompagner les entreprises avec des plans de formation et être au côté des Ecoles supérieures- A partir des Savoir Faire et des Ecoles on peut relancer des entreprises. Il est rappelé le taux de chômage : moins de 25 ans 16,8%. Plus de 50 ans 25 % On doit aider les personnes qui sont sans formation, au plus près des bassins de vie et on arrive à des meilleurs taux de réussite et d’emploi. Jeanne Behre/Robinson : On a un rôle civique et citoyen à jouer. On est malheureusement suspect lorsqu’on veut parler de formation , d’apprentissage dans les collèges publics. En zone rurale on a le souci des métiers de proximité mais il y a un manque de visions partagées. L’artisanat ne délocalise pas. Il crée des entreprises. C’est petit mais besogneux. Didier Legall : se plaint d’une Université sous dotée mais qui a 2500 vacataires dont 50% sont des professionnels.. Il y a plus de 2000 étudiants chaque année. Il faut que chaque étudiant soit accompagné par un professeur, qu’il ait un référent afin de l’aider à formaliser son projet. «  La jeunesse a acquis le fait qu’elle n’aura que des CDD » Jeanne Behre/Robinson : indique qu’on fait peser un poids sur les épaules des jeunes en disant qu’ils devront changer de métier, qu’ils seront en concurrence avec d’autres jeunes, des adultes. Les jeunes ont d’autres aspirations : un équilibre familial, acquérir des qualifications, avoir aussi un filet de sécurité, passer de salarié à entrepreneur…. Eric Groud : Il faut de l’adaptabilité, de l’agilité. Donner de la chance à l’imprévu. Développer l’aventure, le risque. Didier Legall : l’urgence d’un travail immédiat n’est plus, chez le jeune. On vit plus longtemps. L’horizon des jeunes n’a plus en ville les représentations des métiers. C’est le désir qui motive, c’est l’ouverture qui est nécessaire….Il faut aiguiser le sens critique. Apprendre à avoir du recul- Travailler sur l’engagement et la responsabilité. Réponses à différentes questions posées par l’Assemblée : Jeanne Behre/Robinson : On a besoin de valoriser les chefs d’entreprise, de les accompagner face à des situations nouvelles ( Violence, addictions…)Besoin aussi d’aider les jeunes chefs d’entreprise. Eric Groud : Développer les savoir Etre, savoir Faire. Les olympiades des métiers sont des bons moyens- Utiliser pour l’emploi Facebook , internet, le Bon Coin…. En guise de conclusion : Faire que la vie déborde votre rêve et non que le rêve déborde votre vie.- Servir encore en intervenant près des Chefs d’entreprise pour qu’ils engagent des jeunes—Relever le gant pour que le futur enthousiasme la jeunesse. Le Président Gillet du Conseil Départemental nous indique que le département à la charge et la responsabilité d’éduquer 2000 jeunes confiés à l’aide social à l’enfance ; alors comment aussi intervenir près des parents dont nous n’avons pas beaucoup parlé dans la responsabilité éducative ??? J.L Gascoin conclue en remerciant l’Assemblée pour son attention, pour les questions posées qui ont animé le débat et les trois intervenants qui ont intéressé par leur connaissance tous les participants.
Cet article est extrait du rapport de Michel Bordereau , notre secrétaire