COMMUNE DU VAUDELNAY

Lorsque vous vous dirigez du Puy Notre Dame au Vaudelnay, les initiés prennent une petite route passant par deux villages, l'un dénommé "La Brosse" et l'autre "Les Mousseaux"
Dans ce dernier vous passez par la route Francois Cevert, un garçon natif de ce village de la commune , berceau de la famille Cevert
Les anciens de la région se souviennent de ce beau jeune homme mais les jeunes ou les nouveaux habitants non avertis ne connaissent peut être pas cette jeune personne décédé prématurément
D'un accident de voiture me direz vous? Oui bien sûr mais sur un circuit automobile puisqu'il s'agit d'un ancien champion de Formule 1 qui est enterré au cimetière du VAUDELNAY
En mémoire j'ai recherché les éléments de sa carrière sur wikipedia que je vous soumets



François Cevert, de son vrai nom Albert François Cevert Goldenberg, était un pilote automobile français né le 25 février 1944 à Paris (France), et décédé le 6 octobre 1973 sur le circuit de Watkins Glen lors des essais du GP des États-Unis.
Lauréat du « Volant Shell » en 1966 devant Patrick Depailler, François Cevert (beau-frère de Jean-Pierre Beltoise) devient champion de France de Formule 3 en 1968. Il court en Formule 2 en 1969 chez Tecno et remporte alors au finish le Grand Prix de Reims de Formule 2, devant Jackie Stewart. Ken Tyrrell le remarque alors.

En 1970, quand Johnny servoz-gavin décide d'abandonner la compétition, Tyrrell choisit Cevert pour le remplacer dans son écurie, surtout pour ses talents de pilote, et aussi pour plaire à son sponsor français Elf. Le Tyrrell Racing fait alors courir des March en championnat du monde de Formule 1.

Aux côtés de son coéquipier britannique Jackie Stewart (qui jouera le rôle de mentor pour le jeune pilote français), François Cevert montre rapidement un talent certain. En 1971, première année où Tyrrell fait courir ses propres voitures, Cevert termine 3e du championnat du monde des pilotes et participe activement au titre de champion du monde des constructeurs de l'écurie Tyrrell. En fin d'année, il remporte même à Watkins Glen son premier succès en Formule 1. Jeune, beau, cultivé, très populaire (surtout auprès de la gent féminine), Cevert est alors le symbole du renouveau du sport automobile français.

La saison 1972 fut mitigée, avec tout de même deux deuxièmes places.

Cevert revient au plus haut niveau en 1973. Cette année-là, il termine six fois 2e (dont trois fois derrière son leader Stewart, jouant ainsi le rôle du coéquipier modèle puisque de l'aveu même du pilote britannique, Cevert aurait été en mesure de lui contester la victoire). La retraite de Stewart à l'issue de la saison 1973 étant un secret de polichinelle, beaucoup d'observateurs s'accordent alors à faire de Cevert le futur leader de Tyrrell et l'un des favoris de la saison 1974. Mais à l'occasion des essais du GP des États-Unis, qui clôture la saison 1973, il est victime d'un accident mortel.

En parallèle à sa carrière en Formule 1, François a aussi couru en Sport-Prototypes, sur Matra. 2e des 24 Heures du Mans en 1972, il a longtemps détenu le record du tour sur le circuit du Mans. Il a couru également dans le championnat américain Can-Am.



Palmarès :

  • Vainqueur du Volant Shell (1966)
  • Champion de France de Formule 3 (1968)
  • Championnat d'Europe de Formule 2 : 3e (1969)


  • En Formule 1 :

====> 47 Grands Prix
====> 1 victoire (Grand Prix des États-Unis 1971)
====> 10 places de second
====> Pas de titre de champion (3e en 1971, 7e en 1972, 4e en 1973)
%%

  • 2e aux 24 heures du Mans 1972
  • Vainqueur à Donnybrooke (Can-Am, 1972)


En 1983, les élèves ont décidé de donner son nom au lycée professionnel d'Ecully. Une place de la ville de Vaison-la-Romaine (Vaucluse) porte également son nom, ainsi que des rues à Angers, La Roche-sur-Yon, Linas...

REVUE DE PRESSE

Commune du Puy Notre Dame

Réunion du Conseil municipal du Lundi 24 avril

Etude la mise à disposition d’un local
Pour l’accueil d’un médecin, la municipalité propose de mettre à disposition gratuitement l'ancienne poste située à côté de la pharmacie
Le Conseil de l’Ordre des médecins, qui s'est réuni le mardi 25 avril pour étudier le dossier d'un médecin qui propose de faire des consultations.
Les frais de télécommunication, d’eau et d’électricité seront à sa charge. Une convention sera signée entre la commune et l’association Sauvegarde du patrimoine, pour le transfert du gîte des pèlerins à l'étage.
Prochain conseil municipal
Lundi 29 mai à 19 h 30.

Subventions.
Les jeunes ont sollicité la mise à disposition d’un local pour pouvoir se réunir.
La salle Saint-Vincent a été retenue, mais des travaux doivent y être réalisés.
Ils seront effectués par les jeunes eux-mêmes, lors d’un chantier, pour un montant estimé à 6 500 €.
Une demande de subvention à hauteur de 2 600 € sera sollicitée auprès de la Direction départementale de la cohésion sociale de Maine-et-Loire.

Diagnostic thermique des logements communaux.
Construite en 1957, l’école communale abrite à l’étage les anciens logements des instituteurs, qui sont désormais loués à des particuliers.
Pour les rendre conforme aux normes en termes d’isolation, des travaux importants sont à prévoir.
Pour cela, un audit thermique doit être réalisé par un thermicien, pour un coût de 780 € HT.
Une subvention de 234 € sera sollicitée auprès de la Région « au titre de l’aide à la réduction de la facture énergétique.

Passé de la commune
Une habitante, Mme Martel, a témoigné sur le passé de la commune.
Ses propos ont été enregistrés et doivent être retranscrits pour un montant de 400 €.
Une subvention pourrait être demandée auprès de la Direction régionale des affaires culturelles.
Les personnes désirant témoigner sur leur passé communal sont invitées à se faire connaître auprès de la mairie.

Travaux à la collégiale
A la suite de la tempête Zeus, la toiture de la collégiale a été endommagée.
La commune a sollicité un couvreur, habilité par les architectes des Monuments historiques, pour établir un devis estimatif qui s’élève à 14 300 € HT.
L’assurance prenant en charge 3 945 €, il reste une somme de 10 335 € à la charge de la commune.
Un plan de financement a été établi pour obtenir des subventions de l’Etat et de la Région des Pays-de-la-Loire.

Projet Pedibus
Le Pedibus est un mode de ramassage scolaire.
L’enfant attend à un arrêt qu’un groupe de parents accompagnateurs volontaires vienne le chercher pour partir à l’école.
Ce projet est actuellement à l’étude avec l’école La Bonne Aventure et l’Association de parents d’élèves.
Un test sera effectué en juin.

Mise à disposition de graines
300 sachets de graines seront mis à la disposition des habitants en lien avec la démarche d’entretien mise en place par la commune.
Les habitants seront informés des modalités.

Football



Angers SCO en finale de la coupe de France
après sa belle victoire contre Guinguamp par 2 à 0

Route de Montreuil Bellay à Thouars

La déviation de Brion près Thouet a été inaugurée samedi dernier
L'ouverture aux automobilistes est prévue pour le 28 avril après les finitions de peinture

Athlétisme

Damien Poitevin de l’UAM Athlétisme est devenu champion départemental au saut en longueur à Saint Sylvain d'Anjou
avec un bon de 6,92 m.

Montreuil Bellay

29 avril : Cérémonie mémorielle au camp d'internement tsigane
Dans le cadre de la commémoration du souvenir des martyrs de la déportation, une cérémonie est organisée comme chaque année par la Municipalité de Montreuil-Bellay et l’État - Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, en mémoire de l'internement de 1940 à 1946 des nombreux "nomades" au camp inter-régional de Montreuil-Bellay.
Un flambeau y sera allumé et remis à un représentant des associations tsiganes, qui le portera le lendemain, dimanche 30 avril 2017 pour représenter le génocide tsigane lors de la cérémonie nationale du Souvenir au mémorial des martyrs de la déportation à l’Île de la Cité à Paris.

Infos pratiques : Samedi 29 avril 2017à 10h30, sur le site de l’ancien camp d’internement tsigane – route de Loudun à Montreuil-Bellay.

Vaudelnay

Le feuilleton aura duré plus de quatre mois.
Découverts fin mars au bord du Thouet à Vaudelnay, mais vraisemblablement déposés là au moins depuis décembre dernier, quatre fûts vides étiquetés « dangereux » et « toxiques » ont été pris en charge hier par une équipe de l’entreprise Chimirec.
Ce groupe, spécialisé dans le traitement des déchets industriels, dispose d’une antenne en Indre-et-Loire.
Selon la compagnie de gendarmerie, alertée le 24 mars par le dépôt de plainte du maire de la commune, Jean-Marcel Supiot, les fûts avaient été au préalable verrouillés, colmatés et positionnés sur une palette.
Les bidons de 200 litres servaient de contenant à du chlorure de méthylène, un puissant décapant à peinture.
Des investigations sont toujours en cours pour déterminer l’origine de ce dépôt sauvage.
En attendant, même si ces faits n’entrent pas dans ses compétences, c’est Saumur Val de Loire qui a pris en charge ce dossier.