Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dominique MONNIER

6 Juin 2017

Par Dominique Monnier, lundi 5 juin 2017 à 18:25 :: Informations cantonales

Lu sur le Courrier de l'Ouest

Commune du Puy Notre Dame

Les vignerons de l’appellation saumur-puy-notre-dame ont laissé s’envoler le millésime 2016.
Pour marquer le coup, ils conviaient dimanche à pique-niquer autour de leur vin.
Le parc ombragé de la mairie du Puy-Notre-Dame s’est transformé en salon vinicole de plein air dimanche midi.
Une trentaine de pique-niqueurs a pris place sur les tables dressées par les vignerons, d’autres préférant déplier la nappe sur l’herbe.
Des barriques disposées par une quinzaine de vignerons de l’appellation Saumur Puy Notre-Dame ont fait office de bar de dégustation même la cave Robert & Marcel y présentait la production de ses coopérateurs.
L’idée était de lancer le dernier millésime, celui de 2016, tout juste sorti de maturation.

Visite œnotouristique

Pour Guillaume Reynouard, le président fraîchement élu à la tête des 35 producteurs de cette jeune appellation, « c’est là un moyen de dire qu’on bouge et de dire qu’on existe.
Offrir un canon à ceux qui viennent avec leur pique-nique est une belle façon de faire vivre cette appellation.
L’idée en revient à Philippe Elliau, le précédent président.
Elle se complétera par une visite œnotouristique qu’on proposera chaque vendredi matin à partir du 16 juin et jusqu’en septembre.
Elle vient également compléter la journée qu’on organise en septembre à l’intention des cavistes et professionnels pour leur faire connaître nos vins ».
Le premier millésime de cette appellation remonte à 2008.
Elle totalise autour de 2 500 hectolitres par an pour un vin qui puise ses spécificités dans un cahier des charges encore plus restrictif que celui des autres appellations de l’Anjou-Saumur.
Il impose ainsi de ne pas dépasser 50 hectolitres de récolte par hectare.
Le désherbage chimique est interdit et ne peut jamais être intégral.
L’élevage du vin est au moins de huit mois…
Toutes ces caractéristiques méritaient bien ce moment d’échange avec un public qui était surtout local.
Pour la seconde édition, l’an prochain, la communication sera plus intense pour aller au-delà de ce cercle déjà conquis.

L’Association des randonneurs de Montreuil-Bellay, présidé par Jean-Michel Adam, a souhaité mettre à l’honneur deux associations humanitaires : Un Bouchon pour un voyage et les Dragonnes ladies, et leur apporter un soutien financier. Ces dons sont possibles grâce à la randonnée annuelle, organisée en octobre, qui a de nouveau mobilisé, comme l’évoque Jean-Michel Adam. Nicolas Thellier

Commune de Montreuil Bellay

Randonnée
Chaque mois d'octobre, la randonnée de la commune connaît un succès qui ne se dément pas
Le succès est toujours au rendez vous
L'édition 2016 a vu une fréquentation de 1655 randonneurs avec 442 repas du soir servis
Jean Michel Adam, le président organisateur, peut être satisfait lui qui il y a peu d'années envisageait de dépasser le seuil des 1000 participants
En réalité en 2005, c'est à dire il y a 11 ans la rando a commencé à 400 personnes
Quelle progression!
Il faut préciser que quinze à vingt bénévoles travaillent sur le projet toute l’année et mobilise plus de cent bénévoles le jour J « Nous souhaitons mettre des associations du secteur à l’honneur. L’an dernier, notre choix s’était porté sur l’association pour le syndrome de Prader Willi, une maladie génétique rare qui atteint environ un nouveau né sur 20 000 et demande un accompagnement des malades. Nous avions aussi choisi l’association Arc-en-ciel qui réalise les rêves des enfants malades. Cette année, nous avons retenu les associations Un bouchon pour un voyage et les Dragonnes ladies ».
« La randonnée se déroulera, comme chaque année, le premier dimanche du mois d’octobre.
La participation sera fixée cette année à 8 € par personne.
Trois parcours seront proposés et un petit circuit « annexe » sera établi autour du Château de la Salle, afin de permettre aux randonneurs de visiter le parc de ce Château et ses alentours. »

L’Amicale photo de Montreuil-Bellay
Nouvelle présidente de l’Amicale photo de Montreuil-Bellay, Christine Fleutry souhaite redynamiser cette structure qui rassemble des photographes amateurs.
« L’Amicale photo de Montreuil-Bellay a vu le jour dans les années 1980, puis est un peu tombée dans l’oubli.
Elle a redémarré en 1993.
Aujourd’hui, nous avons 17 adhérents, qui sont des photographes amateurs, possédant de bons matériels.
Notre but est de regrouper, lors de rencontres amicales, des photographes amateurs désireux de créer, de promouvoir et de diffuser une image photographique de qualité. »
« Lors de nos réunions bimensuelles, nous travaillons ensemble sur les réglages photo, l’utilisation optimale de l’appareil, le travail en studio, le matériel à utiliser…
En début d’année, nous choisissons aussi le thème de l’exposition annuelle. « Le contre jour » était le thème de l’an passé. »
« Notre projet actuel est l’exposition qui se déroulera du vendredi 9 au dimanche 11 juin, de 15 heures à 18 h 30, au Prieuré des Nobis à Montreuil. Le vernissage aura lieu mercredi 7 juin à 18 h 30. Cette année, le thème choisi est « En route et en chemin ». Nous exposerons une centaine de photographies. »

5 Juin 2017

Par Dominique Monnier, lundi 5 juin 2017 à 06:44 :: Informations cantonales

Commune du Puy Notre Dame

Consultations médicales
Afin de répondre aux attentes, notamment des patients ne pouvant pas se déplacer, le Dr Frédéric Delavigne, médecin généraliste, consultera trois après-midi par semaine dans la commune.
La commune du Puy-Notre-Dame était dépourvue de médecin généraliste, après le départ à la retraite du Dr Jean-Luc Claeys, en mars dernier.
A partir du mardi 6 juin, le Dr Frédéric Delavigne accueillera les patients, sur rendez-vous, dans un local mis à sa disposition par la municipalité.

Quelles sont vos responsabilités actuelles ?

Dr Frédéric Delavigne : « Je suis médecin généraliste à Nueil-sur-Layon depuis 1994.
Je suis également médecin coordonnateur à l’Hôpital local de Doué-la-Fontaine, consultant au SSR des Récollets (Soins de suite et de réadaptation).
Je prends également en charge des patients à la maison de retraite La Pensée du Layon à Nueil-sur-Layon et à la Résidence du Petit-Bois à Doué-la-Fontaine.
Et je vais désormais assurer des consultations au Puy-Notre-Dame. »

Quelles raisons vous ont décidé à proposer des consultations dans la commune ?

« Le médecin qui était en poste depuis 42 ans, au Puy-Notre-Dame, le Docteur Jean-Luc Claeys, a pris sa retraite.
Du fait de la proximité des deux communes, et sur le conseil de mon confrère, une partie de ses patients est venue en consultation à mon cabinet de Nueil-sur-Layon.
En outre, j’effectue déjà des visites à domicile pour les patients qui ont des difficultés à se déplacer et en cas d’urgence. »

Cela répond-il à une demande de la municipalité ?

« La municipalité du Puy-Notre-Dame a rapidement pris contact avec moi pour savoir si je serai disposé à venir consulter dans la commune.
Après cette sollicitation, j’ai effectué une demande auprès du Conseil de l’Ordre des médecins, qui a donné son accord.
Cependant, en aucun cas, je n’abandonnerai mes responsabilités antérieures ni mes patients de Nueil-sur-Layon. »

Quelles seront les modalités pour obtenir une consultation ?

« J’assurerai des consultations trois après-midi dans la semaine : le lundi, le mardi et le mercredi, dans le bâtiment de l’ancienne Poste, mis à disposition et aménagé par la commune (lire par ailleurs). Les patients qui désireront s’y rendre devront prendre rendez-vous au préalable, auprès de mon cabinet de Nueil-sur-Layon. »

A partir de demain, le Dr Frédéric Delavigne assurera des consultations, trois après-midi par semaine, dans le bâtiment de l’ancienne Poste.
C’est une réelle reconversion pour cet immeuble qui, après la fermeture du bureau de Poste, était devenu le refuge des randonneurs, sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Afin d’accueillir les consultations médicales, le bâtiment, idéalement situé au cœur de la commune, au pied de la Collégiale, a été transformé.
Tous les paramètres sont réunis pour que l’accueil des patients se fasse dans des conditions optimales.
Les locaux ont été repeints et insonorisé, afin de respecter la confidentialité entre la salle d’attente et le cabinet médical.
Quant au refuge des randonneurs, il demeure dans ce bâtiment, mais émigre au premier étage.