De retour de randonnée vélo pendant 5 jours autour de Cherbourg, je ne résiste pas au plaisir de reprendre un article du Courrier de l'Ouest de ce matin agrémenté de mes photos personnelles
En effet vendredi matin , en ouvrant la fenêtre de mon logement , j'ai découvert le Queen Mary 2 arrivé dans la nuit
J'ai eu la chance de le voir partir le soir même en direction de Saint Nazaire, en effectuant une manœuvre calmement et majestueusement devant les yeux rivés de milliers de spectateurs



Pour sortir de la rade de Cherbourg, il a d'abord du reculer lentement

Le paquebot revient aujourd’hui là où il est né pour s’aligner au départ de la transat The Bridge, face à quatre multicoques.
Nantes et Saint-Nazaire ne font décidément rien comme les autres.
Les deux cités portuaires font vivre depuis une semaine un événement d’exception, The Bridge, qui culmine ce week-end.
Pour commémorer l’arrivée des soldats américains à Saint-Nazaire en 1917, les organisateurs ont affrété, avec le soutien de 150 entreprises, l’emblématique Queen Mary 2.
Le majestueux paquebot, lancé à Penhoët en 2004, ralliera New York depuis Saint-Nazaire.
Mais il ne sera pas seul.
Quatre multicoques vont le défier à travers l’Atlantique et tenter de le devancer.
La mission sera ardue face aux vents dominants.
L’élite des marins français à la barre
À la barre de ces oiseaux du large, l’élite des marins français : François Gabart, Thomas Coville, Francis Joyon.
Les coureurs les plus rapides autour du monde en solitaire.
Excusez du peu. Il ne manquera qu’Armel Le Cléac’h, qui construit en ce moment un trimaran géant.
Mais à leurs côtés : Yves Le Blévec, autre funambule aguerri sur trois coques.
The Bridge va par ailleurs bien au-delà de cet étonnant défi océanique.



Puis virer de bord sur place, dans la petite rade

« L’événement promet des émotions maritimes, culturelles, musicales et sportives », soulignait la semaine dernière Patrick Boissier, président de l’association organisatrice.
Ainsi, le week-end dernier, les trimarans ont rallié le port de Nantes avec le trois-mâts Belem.
Le parc des anciens chantiers navals a accueilli pour sa part la coupe du monde de basket à trois joueurs.
Le Français Tony Parker parraine l’ensemble de l’événement.
Jeudi dernier, la flotte a rejoint Saint-Nazaire, où l’association des Sauveteurs en mer (SNSM) va fêter ses 50 ans.
Le Queen Mary 2 est attendu pour sa part cet après-midi vers 17 heures.
Des retrouvailles chargées d’émotion avec un grand feu d’artifice en soirée.
La flotte quittera Saint-Nazaire demain dans l’après-midi.
À 19 heures, cap sur New York. Le Queen Mary 2 embarquera un millier d’acteurs économiques qui ont participé au projet pour un « forum au long cours » inédit sur le thème de l’entreprise demain.
Le « liner » devrait arriver outre-Atlantique le samedi 1er juillet au terme d’une transat riche de symboles.
Emmanuel VAUTIER
emmanuel.vautier@presse-océan.com



Avant de partir dans la grande rade, en direction de Saint Nazaire

COMMUNE DU PUY NOTRE DAME



De nombreux ballons ont été offerts

Samedi 17 juin, l’ESPV (Entente sportive Puy - Vaudelnay) accueillait sur les deux magnifiques terrains du Puy-Notre-Dame, le rassemblement U13 Niveau 2.
Et c’est justement le club du Puy-Notre-Dame/Vaudelnay qui avait été choisi par le District de Maine-et-Loire pour organiser la phase finale des U 13 du département.
En effet, le stade du Puy-Notre-Dame est connu pour la qualité de ses installations : la municipalité a été félicitée par le représentant, M. Augereau, et le club du Puy-Vaudelnay pour l’organisation.
Ce rassemblement de fin de saison organisé par le District de Maine-et-Loire de Football regroupait les 24 meilleures équipes du Challenge U13 Niveau 2.
C’est sous une chaleur étouffante que ces 300 joueurs se sont affrontés dans un état d’esprit exemplaire.
Joueurs, arbitres, éducateurs, dirigeants, parents, supporters de chaque équipe ont contribué à une énorme fête du foot donnant tout le sens au mot fair-play.
Chaque équipe a reçu un goûter et une coupe offerte par l’ESPV et un ballon a été offert à chaque joueur par le District.
La fête a été réussie grâce aux nombreux bénévoles présents sur place.
La journée s’est clôturée par un mot des représentants des deux communes et d’Arnaud Martin, nouveau président récemment élu.



Le nouveau président Arnaud Martin est en même temps un bénévole parmi tant d'autres

Les vignerons de l'appellation Saumur Puy Notre Dame racontent leurs vins

Des visites œnotouristiques auront lieu chaque vendredi de l’été chez les viticulteurs de l’Appellation d’origine contrôlée .
Du cep au verre : Les vignerons racontent le Saumur Puy-Notre-Dame ». Tel est le concept proposé tous les vendredis de l’été, jusqu’au 15 septembre, par l’Appellation d’origine contrôlée (AOC) Saumur Puy-Notre-Dame.
Chaque vendredi, le grand public peut participer à des visites œnotouristiques dans les domaines viticoles de la commune.
La première s’est déroulée hier, 23 juin. Un vigneron vous accueille dans son domaine pour une balade d’une heure à travers le vignoble et ses paysages remarquables, afin de vous faire partager son savoir-faire et les secrets de vinification de l’appellation Saumur Puy-Notre-Dame.
Puis les visiteurs sont invités à une dégustation commentée, avec modération naturellement, des plus belles cuvées de l’AOC, accompagnée d’un pique-nique composé de produits du terroir saumurois.
Une production annuelle de près de 290 000 bouteilles

L’Appellation d’origine contrôlée saumur puy-notre-dame a été créée en 2008. Elle représente une production annuelle de près de 290 000 bouteilles. Issu du cépage cabernet franc, le Saumur Puy-Notre-Dame se présente comme un vin rouge à la robe soutenue. Il est charpenté, puissant et harmonieux, et est dominé par des arômes de fruits rouges et de fruits noirs, avec une belle persistance en bouche, caractéristique des vins de garde.
Ces visites œnotouristiques sont organisées, entre 10 h 30 et 12 h 30, sur réservation préalable et obligatoire auprès de l’Office de tourisme du Saumurois, 8 bis, quai Carnot, 49 400 Saumur, ou par téléphone au 02 41 40 20 60.
Les tarifs sont fixés à 7 € par adulte et à 4 € par enfant.

Renseignements également auprès du Syndicat des Vins de Saumur au 02 41 51 16 40.

LU DANS LE COURRIER DES LECTEURS

« Pour quelques centimes de plus… »
« La France possède le plus gros cheptel européen avec 20 millions de vaches qui produisent 30 milliards de litres de lait par jour. Cela n’empêche pas la profession de subir des pertes insensées.
« Et si, chaque grande surface affichait le prix du lait acheté comparé à son prix de vente ?
Les consommateurs serviraient de juges en observant la part redonnée aux éleveurs et pourraient ainsi privilégier les centrales qui se montrent les plus généreuses, manière toute simple de sauver sans doute le réseau laitier. Voilà un comportement citoyen qui ne demanderait que du bon sens pour sauver notre France agricole, si méritoire mais profondément frappée !
« Suicides, désertification, le bonheur n’est plus dans le pré… A nous de redonner, à cette ruralité agonisante, ses lettres de noblesse. Elle mérite qu’on la traite avec plus de respect et de considération ! Et que ceux qui pensent que le sujet est « bidon », qu’ils aillent passer une seule journée au pis des vaches pour comprendre la difficulté du travail et le peu de récompense en retour. Bon nombre se retrouvent sur la litière. A qui la faute ? A un lobby, une fois de plus destructeur, qui « veut le beurre, l’argent du beurre et le lait (sous-payé) de la fermière… »
« N’oublions pas que si notre campagne est si belle, nous la devons au monde paysan. Déjà Flaubert avait donné l’alerte : « Il ne faut jamais laisser en friche les facultés de la nature ».
François MONNIER, Blois

COMMUNE DE MONTREUIL BELLAY

Les inspecteurs de l’environnement de l’Office National de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) ont interpellé des individus qui se livraient à de la chasse de nuit.
Depuis quelque temps, les policiers de l’environnement avaient collecté des renseignements récurrents d’indices de braconnage dans le sud du département, du côté de Montreuil-Bellay.
Ils ont donc décidé de mettre en place un dispositif de surveillance dans la nuit du 12 au 13 mai. Cette nuit-là, les quatre inspecteurs de l’ONCFS ont interpellé trois individus qui venaient en pleine nuit, à bord de leur véhicule, de tirer sur un sanglier.
Les trois hommes, tous originaires du Saumurois, ont été entendus quelques jours plus tard dans les locaux de la gendarmerie de Montreuil-Bellay.
L’ONCFS rappelle que la chasse de nuit dans ces conditions n’est pas autorisée. Ces pratiques, en plus de créer un sentiment d’insécurité dans les campagnes, mettent à mal les efforts de gestion du gibier mis en œuvre par les chasseurs locaux.
Pour ce délit de chasse de nuit avec usage d’un véhicule, les trois personnes mises en cause encourent une peine de quatre ans d’emprisonnement et de 60 000 € d’amende. Le tireur, seul titulaire du permis de chasser, risque également le retrait de son permis ainsi que la confiscation de son arme.