GRAND SAUMUR

Le réseau d’Agglobus s’agrandit avec la nouvelle agglo saumuroise.
Dès le 1er septembre, le nombre de scolaires transportés passera de 2500 à 5000.
La tarification suit la hausse du coût de la vie.
Sur les 5 000 jeunes concernés, ils sont déjà 1 700 inscrits auprès d’Agglobus qui recommande aux parents de passer par le site de Saumur Agglobus.
Saumur Loire développement à ses débuts avait déjà la compétence transports.
Agrandissant son territoire, Saumur Val de Loire exerce cette compétence en exclusivité sur son périmètre avec obligation de servir les scolaires au 1er septembre prochain.
Des négociations ont été conduites et se poursuivent avec les services du Département (qui avait la compétence avant) et de la Région (qui la récupère sur le reste du territoire, hors-Agglo).
Elles ont porté sur la tarification qui est le sujet de préoccupation des parents.
Deux axes ont été retenus dans un souci de clarification : d’abord l’harmonisation des tarifs sur l’ensemble du territoire, puis la continuité du service entre l’Agglo et les autres acteurs.
Guy Bertin, vice-président en charge de ces questions à l’Agglo, explique : « Dans le périmètre de l’Agglo, toute personne transportée est liée à la SPL Agglobus en exclusivité.
Il reste des conventions avec la Région pour tous les transports qui se font entre les EPCI, de Noyant pour venir à Saumur par exemple ou de Beaufort à Saumur, de Saumur à Cholet.
La Région continue alors d’être pilote et organisatrice des transports. »
Pour la rentrée scolaire, « tout est prêt aujourd’hui pour accompagner tous les enfants vers les établissements scolaires en lien avec leur secteur » poursuit Guy Bertin qui veut ainsi rassurer les parents.
La SPL est donc prête à prendre en compte les demandes et les abonnements dès à présent. L’Agglo était habituée à transporter 2 500 enfants jusqu’alors. Ils seront plus de 5 000 en septembre. « On passe du simple au double ! »
Tous les chefs d’établissements sur les trois intercommunalités qui ont rejoint l’Agglo (Gennois, Longuéen, Douessin) ont été rencontrés pour leur expliquer la démarche et l’organisation.
L’Agglo a choisi pour chacune des prestations le tarif le plus avantageux dans le territoire.
« Au bilan, tout le monde va gagner dans cette uniformisation de services qui va être importante » assure Guy Bertin.
La fusion des intercommunalités permet d’optimiser les ressources dans l’intérêt des usagers qui ne supporteront que la hausse du coût de la vie (soit +2,5 %).
Plus de proximité avec les territoires permet aussi de mieux adapter des circuits ou d’en créer, comme dans le cas du réseau de la commune nouvelle de Tuffalun qui réclamait un service spécifique pour les enfants de Louerre et d’Ambillou.
Autre progrès, la tarification tout public qui était zonale avec Anjoubus quand chaque zone franchie coûtait 2 € à l’usager. Un tarif unique à 1,40 € est retenu, ce qui fait passer le trajet Saumur - Saint-Georges-sur-Layon par exemple de 4 € à 1,40 €.
Pour les abonnements mensuels et annuels, les tarifs sont également lissés à la baisse sur ceux d’Agglobus : 275 € en tarif unique quels que soient les trajets effectués au sein de l’Agglo au lieu de 612 € auparavant quand il fallait franchir deux « frontières ».

Autres dossiers

Zone de la Ronde : la convention publique d’aménagement entre Saumur Val de Loire (SVL) et Atler Cités (ex-Sodemel) a été prolongée de 10 ans, c’est-à-dire jusqu’en 2028. L’objectif consiste à continuer des travaux d’aménagement qui concernent des parcelles ou encore la sécurisation des flux routiers.

Assemblée des élus : c’est une nouveauté introduite dans le règlement intérieur de SVL. Il y aura désormais une assemblée générale de tous les conseillers municipaux du Grand Saumurois. Ils seront réunis une fois par an. Ce nouveau rendez-vous, qui s’ajoute à la conférence des maires, vise à informer tous les élus sur l’activité de la collectivité.

Équipements sportifs : les communes de Mouliherne, de Vernantes, Saint-Philbert-du-Peuple et de Longué-Jumelles disposent de salles de sports qui étaient auparavant, du ressort de l’ancienne communauté de communes Loire Longué. Des travaux ont été engagés. « Au moment de la clôture des comptes et de la fusion, l’Agglo a récupéré de la trésorerie de l’ancienne communauté de communes Loire Longué. La décision a été de rendre cette trésorerie aux communes pour qu’elles financent les travaux », explique Yann Cristel, directeur général des services de SVL. La propriété des salles restera communale.

Alter Eco : SVL va acheter au département de Maine-et-Loire 3 100 actions de 62,57 € chacune pour un montant total de 193 967 €. L’idée est d’entrer au capital et disposer d’un siège à Alter Eco. Alter Eco construit des bâtiments industriels pour le compte d’entreprises ou d’entrepreneurs, qu’elle loue ensuite à ceux-ci. Alter Eco a un capital de 10 millions d’euros. Il est constitué pour 60 % par le département de Maine-et-Loire.

Piscine de Doué-en-Anjou : au 1er juillet, le centre aquatique sera géré en régie directe par SVL.

COMMUNE DE MONTREUIL BELLAY

Calligraphie.
Du lundi 3 au mercredi 5 juillet, de 10 heures à 13 heures et de 14 heures à 18 heures, à l’atelier Anima Libri, 180, rue Nationale, David Lozach fait explorer les formes italiennes à partir de la « chancelière », lettre cursive humaniste du XVe siècle italien, qui deviendra la « bâtarde » puis « l’anglaise ».
Découverte ainsi des principes de la cursivité, qui ont participé à la création de l’écriture contemporaine.
Tarifs : 273 €, adhésion annuelle Anima Libri : 15 €.
Inscription avant le 30 juin.
Contact : 02 41 38 55 72, animalibri@gmail.com, www.anima-libri.fr

COMMUNE DU COUDRAY MACOUARD

Le projet du lotissement des Deux-Provinces va entrer dans sa phase active.
Le début des travaux est annoncé pour l’automne.
Le dirigeant de la société saumuroise Escoval, annonce son intention de commencer « à l’automne prochain » les travaux de construction de deux maisons.
Le chantier lancera ainsi le nouveau lotissement des Deux-Provinces au Coudray-Macouard.
Deux permis de construire ont été déposés.
À la fin de l’année 2011, l’association Les Amis du Coudray avait été créée pour défendre le patrimoine local.
Elle combat ce projet situé au lieu-dit Le Poitou, à l’une des entrées du village, juste en limite d’Artannes-sur-Thouet.
D’après les responsables de l’association, ce lotissement « introduisait 12 constructions neuves dans la partie historique du village », à l’intérieur d’une zone de protection du patrimoine architectural urbain (ZPPAU).
Aujourd’hui, Jean-Pierre Benoist annonce donc le lancement des travaux : « Ceux qui ont lancé le recours contre le permis de lotir ont été déboutés. Nous allons pouvoir commencer la construction des deux premières maisons avant la fin de cette année. »
La société Escoval se charge de la construction des logements, avant de vendre ensuite les maisons.
12 parcelles de 400 à 900 m2 sont à lotir.
Les constructions se feront de façon progressive, au fur et à mesure des ventes.
Escoval compte investir 2,5 millions d’euros dans cette opération immobilière, et annonce des prix de vente inférieurs à 200 000 €.

COMMUNE DE BROSSAY

Le vide-greniers de Brossay a bénéficié cette année d’une affluence remarquable, certainement due, pour partie, à une météo des plus avantageuses.
Cette manifestation est organisée tous les ans par un collectif de cinq associations (Les Voltigeurs saumurois, le Club de troisième âge, l’Association des chasseurs, le Cercle Saint Girard et les anciens combattants AFN du Vaudelnay et Brossay).
René Chiron, président des retraités dresse un bilan très satisfaisant :
« Nous avons accueilli 70 exposants et la fréquentation a été très bonne.
Je tiens à remercier tous les bénévoles et en particulier les jeunes de Brossay ou d’ailleurs, qui nous ont rejoints ».

GRAND SAUMUR

Jean-Jacques Micoud, 52 ans, vient d’être choisi pour diriger la nouvelle SPL Saumur Val de Loire, chargée de développer le tourisme dans toute l’agglomération.
Interrogé, il a indiqué qu'il connaissait les vins, la Loire, la Loire à vélo, les châteaux, le château de Saumur, et aussi le Bioparc.
Ce territoire est un peu le symbole de l’art de vivre à la française.
On n’a pas la mer, ni la montagne, mais on a tout le reste.
On a ici une synthèse de tout ce qui fait que la France est leader en matière de tourisme dans le monde : du patrimoine, des activités, des savoir-faire, de la gourmandise… »
« On ne part pas de rien. La base est solide.
L’Agglo a déjà fait beaucoup de choses ces dernières années, notamment un travail de diagnostic.
Maintenant, l’objectif est d’accélérer la « mise en tourisme » à partir de ce qui a été observé.
À aucun moment vous ne m’entendrez dire qu’on part de rien, ou qu’il faut faire table rase du passé.
Un choix fort a été fait avec la création de cette société publique locale (SPL) qui va devoir maintenant orchestrer, mettre en musique les points forts du territoire, et faire vivre tout cela. »

Note de Dominique Monnier:

Ayant dirigé pendant 11 années le comité départemental du tourisme, je m'intéresse toujours aux personnes susceptibles de développer notre région
Laurent Boron, mon ancien directeur et également ancien directeur de l'office du tourisme de Saumur, m'a indiqué bien connaître Jean Jacques Micoud avec lequel il a eu de très bonnes relations
Il semble bien que ce garçon, un vrai professionnel du tourisme, soit l'homme de la situation
Je pense qu'il saura travailler avec tous les partenaires départementaux car pour réussir il ne faut pas se limiter au Saumurois
Je lui souhaite bon vent dans ce nouveau défi dont le Saumurois a bien besoin

COMMUNE D'EPIEDS

Samedi, le Comité des fêtes a organisé sa première fête des voisins.
Sur l’esplanade herbée, les tables étaient dressées pour accueillir les participants.
Pour cette première édition, une quarantaine d’habitants du bourg mais aussi des hameaux d’Epieds, se sont retrouvés pour partager ce moment de convivialité.
Autour de l’apéritif, chacun a pu faire connaissance. « Chacun apporte son repas et nous mettons à disposition un barbecue pour les personnes qui souhaitent faire des grillades, précise la présidente Vanina Guillebault. Après le repas, nous allons faire des jeux : course en sac, pétanque et les enfants peuvent profiter des jeux à disposition ».
Le beau temps et la chaleur s’y prêtant, c’est tard dans la soirée que les convives se sont séparés, encore une fois ravis de leur fête des voisins.