Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dominique MONNIER

29 Juin 2017

Par Dominique Monnier, mercredi 28 juin 2017 à 20:53 :: Informations cantonales

LE THOUET

La préfète de Maine-et-Loire a décidé des mesures de protection de la ressource en eau sur tout le département.
Pour autant, le réseau d’alimentation en eau potable n’est pas affecté.
« La situation hydrologique du Maine-et-Loire est délicate. » tient à signaler Béatrice Abollivier.
Ainsi, le comité de l’eau présidé par la préfète prend les mesures suivantes :
Pour les eaux souterraines :
Classement en « alerte renforcée » : l’Oudon. Soit, il est interdit de prélever dans ce bassin-versant sauf pour des « usages vitaux et prioritaires. »
Classement en « alerte » : Romme-Brionneau, Layon. Tout prélèvement est interdit de 10h à 20j sauf pour des « usages vitaux et prioritaires » dans les bassins-versants concernés.

Classement en « vigilance » : Aubance-Thouet-Ouere, Authion Moyen, Erdre, Mayenne.
Ce classement fait « appel à la vigilance » de tout le monde sur l’utilisation de la ressource en eau dans les bassins-versants concernés.

Pour le prélèvement en eaux superficielles :
Classement en « alerte renforcée » : Hyrome, Aubance, Divatte, Couasnon, Dive, Layon, Brionneau, Erdre, Thau. Tous les prélèvements sont interdits sauf pour des « usages vitaux er prioritaires. » Classement en « alerte » : Oudon, Argenton, Mayenne, Evre, Thouet, Moine. Autrement dit, il est interdit de prélever de l’eau de 10h à 20h sauf pour des « usages vitaux et prioritaires. » Classement en « vigilance » : Lathan, Romme. Ce qui a pour conséquence « l’autolimitation des prélèvements et usages de l’eau. »
En suivant les orientations du SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion de l’Eau) Loire-Bretagne et au regard des débits mesurés dans les bassins versants du département, la préfète décide que le remplissage de tous les plans d’eau est interdit dans tout le département.

Note de Dominique Monnier

Je suis toujours avec passion le Thouet et l'opération "Arasage des barrages" sur laquelle j'ai toujours été réservé, pour ne pas dire contre
Il n'y a rien de mieux que les photos pour comprendre l'utilité de l'opération
Vous pourrez comparer la situation de la rivière à Vieux Moulin sur la Commune du Vaudelnay au 15 juin 2017 et au 28 juin 2017 soit 13 jours après.



La vue au 15 juin 2017



Au même endroit au 28 juin 2017 soit 13 jours après

Après avoir ouvert les barrages pour que les poissons remontent mieux le cours d'eau, on comprend mieux pourquoi Madame la Préfète de Maine et Loire interdit les prélèvements d'eau des agriculteurs!!!!!
Mais pour prélever quoi?
Les mesures de protection sont elles vraiment utiles!!!!
Les spécialistes et consultants qui ont milité pour abattre les retenues d'eau devraient venir aujourd'hui nous expliquer la continuité écologique!!!!!!
Avec des exemples concrets telles que les photos, cela mériterait le déplacement sur le terrain en réunion publique pour expliquer l'opération auprès de la population
Une grosse déception supplémentaire la situation des barrages ouverts tels des blokauss qui gâchent l'esthétique du paysage
Prochain rendez vous dans quelques semaines pour voir l'évolution
À la prochaine photo, on pourra traverser à pied
(à suivre)

SAUMUR AGGLO

Lu sur Saumur Kiosque
%% Les 8 piscines de l'agglo sont prêtes pour l'été et préparent l'avenir
Depuis le 1er janvier dernier, la nouvelle Communauté d'agglomération Saumur Val de Loire est dotée de compétences élargies en matière d'équipements sportifs.
Parmi eux, on compte à présent huit piscines communautaires qui sont désormais prêtes à accueillir du public.

La piscine de Gennes aura elle aussi son lot de changements
L'agglomération est en effet responsable et gestionnaire des cinq piscines en extérieur, situées sur les communes de Brain-sur-Allonnes, Montreuil-Bellay, Gennes-Val de Loire, les Rosiers-sur-Loire et Longué-Jumelles.
De plus, s'ajoutent 3 piscines couvertes : Val de Thouet et Offard à Saumur et le Centre aquatique de Doué-en-Anjou.
Pour cette piscine, le contrat de Délégation de Service Public (DSP) arrive à son terme le 30 juin prochain et sa gestion sera reprise en « régie directe » au 1er juillet prochain par l'agglomération.

Amélioration du service à l'usager

Depuis le 1er janvier dernier, les élus de la Communauté d'Agglomération ont donc souhaité travailler autour de plusieurs points, notamment l'amélioration du service à l'usager.
La priorité depuis le mois de janvier ayant été l'ouverture des piscines découvertes pour la saison estivale.
Pour faciliter cette mise en place, le travail en partenariat avec les différentes communes, notamment grâce à la mutualisation des actions sur l'aspect technique, permet actuellement d'atteindre l'objectif souhaité.

Améliorer les services à l'usager

Pour assurer l'accueil des usagers dans des conditions optimales de sécurité, un protocole d'harmonisation des pratiques en lien avec l'hygiène et la sécurité a été mis en place sur l'ensemble des équipements. L'ensemble des Plans d'Organisation de Surveillance et de Secours (POSS) et tous les règlements intérieurs des établissements aquatiques ont été revus. Des travaux de sécurisation et de mise en conformité ont été réalisés dans certaines piscines afin de préparer l'accueil du public. Par exemple, les fonds du bassin ludique et de la pataugeoire de la piscine des Rosiers-sur-Loire ont été rénovés avec un nouveau « liner », le toboggan a été sécurisé ainsi qu'une partie des plages. Les plongeoirs des piscines des Rosiers-sur-Loire et de Gennes Val-de-Loire ont été supprimés pour des raisons de sécurité. De même que le chauffe-eau remplacé et les margelles sécurisées, pour la piscine des Rosiers-sur-Loire. Tandis que sur les autres piscines d'été, des travaux plus ponctuels ont été réalisés.

Nouveaux tarifs et horaires d'ouvertures

De conception quasiment similaire et avec une proposition de cours identique à chaque établissement, la Communauté d'agglomération Saumur Val de Loire a souhaité harmoniser les tarifs des 5 piscines extérieures. Ainsi, et c'est une nouveauté de cette année, une carte d'abonnement composée de dix entrées enfants et dix entrées adultes donne l'accès à toutes les piscines extérieures. Les jours de fermetures de certaines piscines ont été modifiés pour permettre aux usagers de disposer chaque jour d'une piscine extérieure ouverte sur le territoire de l'agglomération. Au centre aquatique de Doué en Anjou, la suppression de la différenciation géographique a été supprimée. Elle permet une simplification et une meilleure lisibilité. D'autant plus, certains tarifs ont été revus à la baisse, c'est désormais avec un tarif unique que les usagers pourront venir se baigner.

L'apprentissage de la natation, une seconde priorité

La seconde priorité est donnée sur l'apprentissage de la natation, toutes les piscines en proposeront des cours. Ces derniers sont organisés sur des cycles de 5 ou 10 séances. La séance sera proposée sur un temps de 45 minutes et est accessible à tous les enfants de plus de 6 ans au tarif de 6 euros. Afin de proposer à tous un accès au cours de natation, une tarification spécifique et équitable (réduction de 50%) est également applicable sur justificatif d'un quotient familial inférieur à 605. Pour proposer à tous les enfants des conditions d'apprentissages optimisées, l'ensemble du matériel pédagogique a été harmonisé entre les différents équipements avec une réflexion partagée sur l'évolution du projet pédagogique pour tendre progressivement vers les enseignements dispensés à la piscine du Val de Thouet. Si vous êtes plus grand et plus sportif, vous pourrez profiter de cours d'aquagym proposés dans chaque piscine, à l'exception du bassin de Gennes Val-de-Loire. On peut compter également sur une longue réflexion au niveau de l'accueil et de l'apprentissage scolaire. Les élus et les équipes travaillent dès maintenant à préparer la rentrée et ont entamé une réflexion pour déterminer le futur intérêt communautaire de la natation scolaire. L'objectif prioritaire sera d'accompagner les territoires carencés au plus vite, et si possible dès la rentrée 2018.

Fermetures techniques

La collectivité a choisi de différencier les périodes des fermetures techniques obligatoires pour vidanger les bassins des piscines de Doué en Anjou et Saumur Val-de-Thouet. Afin d'éviter la fermeture simultanée de ces 2 établissements, le centre aquatique de Doué-en-Anjou sera en maintenance entre le 1er et le 7 juillet et la piscine de Saumur Val-de-Thouet sera, quant à elle, fermée après l'été, à partir du 4 septembre. Il vous est rappelé que ces vidanges imposées par l'Agence Régionale de Santé permettent un nettoyage complet des bassins et un entretien approfondi, le tout, afin de vous garantir les meilleures conditions d'hygiène et de sécurité sanitaire.

CIZAY LA MADELEINE

Lu sur Saumur Kiosque

Du bois pour chauffer l’Abbaye de Fontevraud, à qui le tour ?
Le samedi 17 juin dernier a eu lieu une visite du pôle énergétique de l’Abbaye de Fontevraud, qui depuis 2012 se chauffe aux granulés de bois, ainsi que de la société LBG Environnement. L’occasion de dévoiler les dessous d’une chaufferie hors-normes, mais aussi tous les points positifs apportés par ce type de chauffage.

Le Pôle Énergétique de l'Abbaye Royale de Fontevraud

Le bois a toujours son mot à dire ! La société LBG Environnement, implantée à Cizay-la-Madeleine, organisait le samedi 17 juin 2017 une visite de l’Abbaye de Fontevraud et de son pôle énergétique.
250 personnes, élus, professionnels du chauffage et travaillant dans les bureaux d’études sont conviées à cette effigie.
LBG Environnement et l’Abbaye : une association payante
Depuis que la bâtisse du XIIe siècle se chauffe au bois, son empreinte carbone s’élève à 10,9 kg par mètre carré contre 18,5 auparavant. Le fait que LBG Environnement organise cette visite n’est pas anodin. La société se charge du chauffage de l’Abbaye depuis 2012 par le biais de sa branche Anjou Bois Energie qui collecte puis recycle le bois pour en faire du bois de chaufferie.

Une société polyvalente, écolo et qui marche !

Session Abbaye terminée, la visite se poursuit à Cizay-la-Madeleine dans la société LBG Environnement, spécialisée dans la valorisation des déchets verts. Ici, le maître mot est polyvalence. Pour Lucien Gerbier comme pour ses 42 salariés, le bois est une matière dérivable sous toutes ses formes. Des feuilles à la souche de l’arbre, tout est susceptible d’être efficace rien qu’en matière de chauffage. Et avec les machines achetées récemment, le rendement est impressionnant. Avec 60 000 tonnes de déchets verts recyclés et une production de 18 000 tonnes de granulés par an, sans oublier les plaquettes, bûchettes ou encore le paillage, LBG Environnement observe des recettes fertiles avoisinant les 10 millions d’euros.

Le bois, une matière à exploiter

Le bois, un produit qui se perd dans les domiciles du département. Pourtant il constitue un moyen facile de se chauffer en polluant moins. L’exemple de l’Abbaye de Fontevraud emmènera-t-il avec lui les familles Saumuroises vers une transition énergétique boisée ?

Note de Dominique Monnier
Un article sur les portes ouvertes est à lire sur ce blog à la date du 20 Juin 2017

28 Juin 2017

Par Dominique Monnier, mercredi 28 juin 2017 à 06:14 :: Informations cantonales

COMMUNE DU PUY NOTRE DAME

Compte rendu de la Commission Environnement / cadre de vie du 19 juin 2017

Retour sur la visite des jardins
4 jardins ont été visité : la commission tient à remercier Isabelle et François Aubel, Françoise Gourdon, Bill et Betty et Jacqueline Gounou.
Il est proposé de renouveler ces visites à une autre saison.
La date du samedi 16 septembre est arrêtée car elle coïncide avec les journées du patrimoine.
Le programme définitif des jardins à visiter sera arrêté ultérieurement.

Plantations de la rue Sainte 
Quelques plantes repoussent spontanément.
Il est proposé d’utiliser les graines distribuées par la mairie et de compléter avec des plantes apportées par les habitants.
Claudie Landelle suggère d’utiliser la liste des plantes relevée lors de la visite des jardins et celle donnée lors de la réunion par Mme Tilley.
Cette dernière est intéressante car certaines sont des plantes dites miraculeuses ou plantes de la Saint Jean (lien avec la collégiale, la sainte ceinture, le pèlerinage de Compostelle).
Il est proposé de faire un atelier plantation à l’issue de la visite de jardins.

Choix du visuel pour illustrer «  la ceinture fleurie »
L’agence de communication Epifolio a fait des propositions de visuel pour illustrer les interventions sur le cadre de vie rassemblées sous le nom « ceinture fleurie ».
Un visuel a été choisi :
Il figurera sur tous les documents, panneaux, communication ayant un lien avec la commission environnement/cadre de vie et ses actions.

Organisation d’un troc plantes
  La date du samedi 14 octobre est proposée pour organiser cette manifestation de 10h à 12h (échange de plantes et de graines).
Il faut communiquer tout de suite pour prévenir les habitants afin qu’ils aient le temps de prévoir des boutures ou de stocker des graines.
Proposition d’emprunter une exposition sur les bonnes pratiques en terme de jardinage auprès du CPIE.

Plantations sur la commune
Anthony Fouet, employé communal en charge des espaces verts, explique le travail réalisé dans les jardinières et la mise en place de plantes comestibles.
Les habitants peuvent se servir ; il a fait pousser des salades, des courgettes, des concombres, du persil, …

Suspensions
Les suspensions fleuries étant supprimées (consommation excessive d’eau, mal proportionné par rapport à la collégiale), il est proposé de les remplacer par des « enseignes » en fer forgé reprenant les plantes que l’on retrouve le plus sur la commune.
Projet à étudier en fonction du coût, de la mise en œuvre, etc

Agenda à venir :
Visite de jardins : samedi 16 septembre 2017 (horaire et programme à préciser)
Troc plantes : samedi 14 octobre de 10h à 12h

Plantes adaptées à la sécheresse
Achillée
Agastache
Rose trémière
Ail
Gazon d'Espagne
Armoise
Aster
Bourrache
Souci
Bleuet
Valériane rouge
Pied d'Alouette
Cosmos
Montbrétia
Delosperma
Œillet de pentecôte
Echinacée/Rudbeckia
Boule azurée
Vergerette
Panicaut
Giroflée
Euphorbe
Pavot Californien
Gaillarde
Pavot Californien
Gaillarde
Gaura
Géranium vivace
Hysope
Pois vivace
Lavande
Linaire
L'Alysson maritime
Grande mauve
Myosotis
Calament/Menthe des chats
Nigelle de Damas
Oenothère
Marjolaine/Origan
Pavot
Galane
Sauge de Sibérie
Phlomis
Romarin
Rudbeckie
Sauge arbustive
Sedum
Coquelourde des jardins
Oreille d'ours
Tagète/Œillet des Indes
Thym/Serpolet
Capucine
Verveine de Buenos Aires

DEPARTEMENT

Lu sur Saumur kiosque

100% fibre en Maine-et-Loire : L'opérateur sera désigné fin 2017

Le Syndicat Mixte Ouvert Anjou Numérique a diffusé le premier numéro de sa newsletter trimestrielle, intitulée « # 100 % Fibre ». Dans celui-ci, le SMO confirme que 2018 est « l’année qui marquera le début des travaux, et notamment la commercialisation des premières prises à la fibre optique », mais que « 7 ans devraient être nécessaires à la couverture totale du territoire » (relire notre article). Anjou Numérique a toutefois délivré une bonne nouvelle : l'opérateur sera désigné à la fin de l’année 2017...
Dans le cadre du projet « 100 % FttH » lancé par le SMO Anjou Numérique, 220 000 prises seront installées sur le département de Maine-et-Loire, au terme de ce déploiement, ce qui correspond à pas moins de 13 000 kilomètres de fibre optique.

Particuliers ou entreprises : 400 euros d'aide

400 euros, c’est le montant de l’aide allouée par le Syndicat Mixte Ouvert Anjou Numérique aux usagers (particuliers ou entreprises) qui souhaitent monter en débit en attendant l’installation de la fibre optique. « Des solutions alternatives, soumises à éligibilité, existent : le satellite, le Wimax ou la 4G fixe », précise Anjou Numérique. Puisqu'en effet, le 100 % fibre, ce n'est pas pour tout de suite : il faudra attendre 2025.

365 millions d'investissements sur une période de 7 ans

Le début des travaux, et notamment la commercialisation des premières prises à la fibre optique, est attendu pour 2018. À partir de là, « 7 ans devraient être nécessaires à la couverture totale du territoire », annonce le SMO. Pour rappel, le déploiement du Très Haut Débit sur l'ensemble du département Ligérien représente un investissement de 365 millions d'euros sur 7 ans, cofinancés par le Département (28 millions d'euros), les Communautés de Communes et d’Agglomération (83 millions d'euros), la Région (23 millions d'euros), l’État (99 millions d'euros), ainsi que l’Europe (3,5 millions d'euros). Si l'échéance semble encore loin, Anjou Numérique se félicite d'avoir déjà franchi « une étape essentielle », dans le cadre de son projet « 100 % FttH » sur la totalité du territoire rural départemental... Au début de ce mois de juin 2017, la Commission de Délégation de Service Public (CDSP), composée de Philippe Chalopin, Marc Schmitter, Jean-Louis Roux, Dominique Ozange, Philippe Courpat et Éric Mignot, s’est effectivement réunie afin d’examiner les offres émanant du lancement de la Délégation de Service Public (DSP), qui a eu lieu au mois de mars dernier.

L'opérateur lauréat sera désigné à la fin de l'année 2017

En clair, les élus du SMO (Syndicat Mixte Ouvert) ont réceptionné les dossiers de candidature des futurs délégataires ayant répondu à l’appel d’offres pour le déploiement de la fibre optique en Maine-et-Loire (hors zone AMII, Appel à Manifestation d'Intention d'Investissement). Comme l'explique le SMO, « plusieurs opérateurs se sont portés candidats, répondant à un cahier des charges dense et précis (ndlr : relire notre article) ». Une nouvelle étape a été franchie le lundi 19 juin dernier... La CDSP (photo des membres ci-contre, lors de l’ouverture des offres le jeudi 8 juin dernier) s’est penchée cette fois sur l’analyse des offres. Prochaine étape, désormais, la négociation qui aboutira à la désignation du lauréat, à la fin de l'année 2017. Le SMO Anjou Numérique demande donc de la « patience ».
« Vers un projet « 100 % FttH » pour tous »... Le mot du président d'Anjou Numérique

Philippe Chalopin : « Le compte à rebours est lancé. Nous venons de passer un cap. Une étape primordiale pour mener à bien nos ambitions numériques pour le Maine-et-Loire. Suite au lancement de l’appel d’offres pour la délégation de service public en mars dernier, plusieurs entreprises se sont portées candidates. L’ouverture des offres nous a permis de mesurer l’appétit des prétendants pour le projet de notre territoire. Les perspectives sont désormais très claires, le délégataire sera désigné cet hiver, après une période automnale consacrée à la négociation avec chaque candidat. Un choix qui, grâce au « 100 % FttH » pour tous (particuliers, entreprises, collectivités), favorisera l’implantation de nouvelles entreprises en Maine-et-Loire, renforcera l’attractivité du territoire et désenclavera les zones rurales. Je tiens donc à saluer l’engagement de nos partenaires – le Département (28 millions d'euros), les Communautés de Communes et d’Agglomération (83 millions d'euros), la Région (23 millions d'euros), l’État (99 millions d'euros), ainsi que l’Europe (3,5 millions d'euros) – sans qui rien n’aurait été possible ».

Nota Bene : Le SMO Anjou Numérique a lancé son site internet, à la mi-mai 2017.
Rendez-vous sur www.anjou-numerique.fr. Et pour tous renseignements, envoyez un mail à contact@anjou-numerique.fr.